Bienvenue !

Vous avez des choses à dire...
Vous vous posez des questions, pour donner un sens à votre vie...
Vous cherchez un espace d'échange convivial pour exprimer ce que vous ressentez...
Vous attendez des réponses à vos questions...


...Alors, en réponse à vos attentes, la paroisse Montfort sur Sèvre en Vendée ouvre ce blog et vous propose de vous exprimer librement.
Ici, tout pourra être dit dans les limites de la courtoisie et du respect mutuel.

Merci d'avance de votre participation.


Depuis novembre 2007, le Père Olivier Gaignet partage sur son blog ses réflexions sur Dieu et sur l’Eglise. bien sûr,
mais aussi sur la marche du monde. Il nous invite à réfléchir à des thèmes aussi essentiels que : notre société, les autres religions,
la télé, la politique, l’art, sans oublier ses propres paroissiens.
Les billets des cinq premières années (de novembre 2007 à septembre 2012 )ne figurent plus sur ce blog. Pour les consulter, se référer aux cinq volumes intitulés: "Ma paroisse.com", que vous pouvez vous procurer en envoyant un mail à : olivier.gaignet@yahoo.fr

jeudi 22 février 2018

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 2140 : A l'écoute d'un frère bouddhiste, gratuitement

Hier soir mercredi, au Château d'Olonne, la salle paroissiale des Nouettes était archi-comble (120 personnes) pour accueillir celles et ceux qui voulaient entendre le témoignage du moine bouddhiste Thrinlé, déjà bien connu sur les Sables. Soirée organisée à l'initiative du groupe inter-religieux "Dialogue pour la paix" du Pays des Olonnes. Avec présence de juifs, musulmans, membres de l'Eglise Protestante Unie, de l'Eglise Protestante baptiste avec Gérard leur pasteur, bouddhistes, catholiques et même d'une femme appartenant à l'Eglise Apostolique arménienne ; et bien sûr, le bonheur d'avoir parmi nous de nombreuses personnes tout simplement humanistes ou en recherche, par rapport au bouddhisme particulièrement.                                
Bien évidemment, il ne s'agissait pas d'inviter les chrétiens à se convertir au bouddhisme, mais d'écouter et de comprendre ce qui se vit dans le bouddhisme, et de nous enrichir de cette recherche spirituelle, dont le Concile Vatican II disait qu' "elle apporte un rayon de vérité".
 Impossible de rendre compte, dans un espace si limité, de la richesse d'une telle soirée, dont tous sont ressortis enchantés.  Simplement quelques points, très partiels et loin d'être exhaustifs.

Le coeur du bouddhisme, mais au terme de toute une progression qui a ses règles, c'est la méditation qui seule peut "éveiller" chacun à une vie intérieure profonde, grâce aux enseignements du Bouddha.
Bouddha est un être historique ; il a vécu il y a 2500 ans, en Inde, au temps de Pythagore. Certains considèrent le Bouddha comme un dieu ou une idole ; mais on ne doit pas se préoccuper de rendre hommage au Bouddha ; il n'est désormais qu'une représentation extérieure de notre vie intérieure, et il nous rappelle que nous devons oeuvrer à sa lumière pour développer notre vie intérieure. Mais sans nous attacher à lui, ni au bouddhisme, ni à son enseignement.
Autre point : c'est la mode aujourd'hui de placer des statues de Bouddha dans les centres de relaxation, dans nos appartements, etc.. A quoi cela rime-t-il ?  C'est un peu déplacé !  Et l'on propose des modes de méditation soit-disant inspirés par le bouddhisme, mais cela ne veut rien dire. D'ailleurs, l'on remarque que, dans les centres bouddhistes en France, il y a beaucoup moins de monde que dans les années 70 et suivantes : les gens se sont aperçus que le bouddhisme était une voie très exigeante, demandant un choix total et un réel engagement de toute la vie, ce qui en a éloigné beaucoup, qui en plus, se faisaient une idée toute à fait inexacte de ce qu'est réellement la réincarnation. En fait, le bouddhisme, ce n'est pas, comme beaucoup le pensent, une voie intéressante pour développer notre "moi", notre "ego", mais au contraire, il a pour but de dissoudre le "moi". Il invite à se détacher de tout, y compris de soi-même, puisqu'un jour, on devra tout quitter.
Le bouddhisme peut être considéré comme une sorte de philosophie de la vie, mais bien plutôt comme une voie, un chemin de vie, que l'on peut suivre d'une manière laïque (philosophique...), mais aussi religieuse; d'où des aspects de foi, de dévotion, de confiance, des fêtes, des prières...  Eviter en tout cas de faire des parallèles avec la tradition judéo-chrétienne par exemple. Considérer le bouddhisme en lui-même, et non par rapport à nos connaissances d'autres religions, c'est mieux le respecter.
Le bouddhisme est une voie non théiste, mais qui n'est pas anti-théiste. Le moine Thrinlé est lui-même très engagé dans le dialogue inter-religieux. Il lui arrive régulièrement de lire des textes des traditions chrétienne (St Jean de la Croix, Ste Thérèse de Lisieux), soufie, juive ou autres, et de s'en enrichir spirituellement.
L'esprit du bouddhisme se résume en deux points, qui n'en font qu'un : la sagesse et la compassion.
Dernier point : peut-on être à la fois bouddhiste et chrétien ? Non : on ne peut pas habiter deux maisons à la fois et en même temps ; à chacun de faire un vrai choix ! Et durant tout cet échange, nous chrétiens avons pu glaner des pistes ou des considérations pouvant nous inviter à repréciser, sinon à purifier notre propre foi ! A renouveler notre vie intérieure en tout cas, en dialogue profond avec le Christ.

En tout cas, vu le succès d'une telle soirée, le bureau de "Dialogue pour la paix" se sent appelé à proposer d'autres rencontres du même type, dont chacun sera averti en temps voulu.

P-S  :  possibilité de relire sur ce blog le billet n° 2063, publié le lundi lundi 5 juin 2017 sur le même sujet.

0 commentaires: