Bienvenue !

Vous avez des choses à dire...
Vous vous posez des questions, pour donner un sens à votre vie...
Vous cherchez un espace d'échange convivial pour exprimer ce que vous ressentez...
Vous attendez des réponses à vos questions...


...Alors, en réponse à vos attentes, la paroisse Montfort sur Sèvre en Vendée ouvre ce blog et vous propose de vous exprimer librement.
Ici, tout pourra être dit dans les limites de la courtoisie et du respect mutuel.

Merci d'avance de votre participation.


Depuis novembre 2007, le Père Olivier Gaignet partage sur son blog ses réflexions sur Dieu et sur l’Eglise. bien sûr,
mais aussi sur la marche du monde. Il nous invite à réfléchir à des thèmes aussi essentiels que : notre société, les autres religions,
la télé, la politique, l’art, sans oublier ses propres paroissiens.
Les billets des cinq premières années (de novembre 2007 à septembre 2012 )ne figurent plus sur ce blog. Pour les consulter, se référer aux cinq volumes intitulés: "Ma paroisse.com", que vous pouvez vous procurer en envoyant un mail à : olivier.gaignet@yahoo.fr

samedi 9 novembre 2013

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1.728 : Une église, un rond-point ?

Nos églises, même les plus abîmées, représentent au coeur de nos communes un lieu unique.
Une église en bon état, c'est une belle image de marque, et un signe de bonne santé pour une commune !  Un village qui perd son église, même si ce n'est pas un chef d'oeuvre, perd une belle partie de son âme.  Car une église représente un signe fort de rencontre et de fraternité. Une église, c'est aussi, pour bien des familles, un lieu de souvenir et d'espérance.
Prenons l'exemple de l'église Saint Hilaire de Mortagne ; la situation n'est pas simple, et nous nous trouvons face à un dilemme :
-  d'une part, un conseil municipal qui vient de voter la destruction de cette église, à six voix de majorité.  Vu le faible nombre de pratiquants, le conseil propose de remplacer cette église par une petite chapelle ; mais est-ce une bonne solution ?
-  et d'autre part, la position de notre évêque qui, avec  son conseil, a fait savoir clairement son opposition à la destruction de cette église. Mais est-ce réaliste ?
En même temps, un décret de loi, en date du 17 mars 1970, rappelle qu'une commune ne peut pas décréter comme ça la désaffectation d'une église. La désaffectation est prononcée "par arrêté préfectoral à la demande du conseil municipal lorsque la personne physique ou morale ayant qualité pour représenter le culte affectataire aura donné par écrit son consentement à la désaffectation."
La désaffectation ne peut donc avoir lieu sans le consentement préalable et écrit de l'évêque concerné. Or, notre évêque a fait savoir par écrit, dans deux courriers à la municipalité, l'un avant le vote du 4 juillet, l'autre après, et de façon très polie, je le cite, "qu'il reste favorable à la rénovation, au moins partielle, de cette église." Rénovation partielle, pour éviter de trop gros frais à la commune ; mais cela risque de revenir plus cher qu'une rénovation totale globale en une seule opération...
Difficile, cependant, pour le curé et les paroissiens, de ne pas tenir compte de l'avis de leur évêque !
Et grand dilemme, pour les communes, que d'assurer, d'exercer, au mieux, leur obligation d'entretien des édifices religieux dont elles sont propriétaires. Mais jusqu'où est-ce possible ?
Aux paroissiens en tout cas de tout faire pour habiter leurs églises, les faire vivre et les aimer !
En n'oubliant pas que l'essentiel, c'est la croissance de l'Église avec un grand "E", le Peuple de Dieu !

1 commentaires:


Dominique de Beaupré a dit…

"Un conseil municipal qui vient de voter la destruction de cette église... propose de remplacer cette église par une petite chapelle ; mais est-ce une bonne solution ?" Oui car d'autre commune dans la même situation ne propose rien!
"La position de notre évêque qui, avec son conseil, a fait savoir clairement son opposition à la destruction de cette église. Mais est-ce réaliste ?" NON!
Sur le site du JDN, http://www.journaldunet.com/business/budget-ville/mortagne-sur-sevre/ville-85151 je lis aujourd'hui que l'encours de la dette de la ville est de 5 754 000 euros soit 923 euros par habitant (la moyenne nationale est de 604 euros). Quant à l’annuité de la dette (somme des intérêts d'emprunt et du montant du remboursement du capital) s'élève à 769 000 euros soit 123 euros par habitant. Les désengagements successifs des gouvernements concernant nos communes, les demandes de plus en plus importantes en biens d'équipement, sociaux et autres ne cessent de croître. Oui c'est une grande peine que de perdre une église mais si sa disparition peut profiter, en terme d'économie, au plus grand nombre, alors l'Eglise en sort grandie!

Dominique