Bienvenue !

Vous avez des choses à dire...
Vous vous posez des questions, pour donner un sens à votre vie...
Vous cherchez un espace d'échange convivial pour exprimer ce que vous ressentez...
Vous attendez des réponses à vos questions...


...Alors, en réponse à vos attentes, la paroisse Montfort sur Sèvre en Vendée ouvre ce blog et vous propose de vous exprimer librement.
Ici, tout pourra être dit dans les limites de la courtoisie et du respect mutuel.

Merci d'avance de votre participation.


Depuis novembre 2007, le Père Olivier Gaignet partage sur son blog ses réflexions sur Dieu et sur l’Eglise. bien sûr,
mais aussi sur la marche du monde. Il nous invite à réfléchir à des thèmes aussi essentiels que : notre société, les autres religions,
la télé, la politique, l’art, sans oublier ses propres paroissiens.
Les billets des cinq premières années (de novembre 2007 à septembre 2012 )ne figurent plus sur ce blog. Pour les consulter, se référer aux cinq volumes intitulés: "Ma paroisse.com", que vous pouvez vous procurer en envoyant un mail à : olivier.gaignet@yahoo.fr

mercredi 25 janvier 2012

Le Blog du Curé de Fontenay-le-Comte n° 1.348 : L'année du dragon et de la fraternité

Ce lundi 23 janvier, vous en êtes-vous aperçus ? Nous venons de quitter l'année du lapin pour entrer dans la très attendue année du dragon. La légende raconte qu'un certain nouvel an chinois, Bouddha appela à lui tous les animaux de la création en leur promettant une récompense, à condition qu'ils daignent se déranger. Douze animaux seulement se rendirent à cet étrange rendez-vous : le rat, le buffle, le tigre, le lapin, le dragon, le serpent, le cheval, la chèvre, le singe, le coq, le chien et le cochon. A chacun d'eux, Bouddha offrit une année qui porterait son nom. Selon la tradition, en Chine, le dragon est l'animal le plus puissant. Il paraît, en conséquence, qu'il porte chance. En tout cas, pour célébrer cette nouvelle année, plus d'un milliard d'Asiatiques se sont rassemblés dans les rues, dans un concert étourdissant de pétards censés éloignés les mauvais esprits. Vous en avez peut-être entendu un échantillon aux infos à la télé : impressionnant en effet !
Mais, me direz-vous, ça ne nous intéresse pas ; ce n'est pas notre culture ! Peut-être ! Attention cependant : les Chinois font partie de la même humanité que nous. Si différents soient-ils de nous, nous habitons la même planète, le même sang coule dans nos veines, et notre destin est lié à jamais. Comme le disait si bien le poète latin Térence (- 190, - 159 avant JC) : "Je suis un homme, et rien de ce qui est humain, je crois, ne m'est étranger." Et Térence pouvait se permettre de parler ainsi : né en Afrique du Nord, à Carthage, jeune esclave africain, recueilli par un sénateur romain, pétri de culture grecque, ne résumait-il pas en sa personne une belle partie de l'humanité de son époque, dans sa diversité ?
Nous aurons beau faire, rien n'y changera : il nous sera désormais impossible de vivre comme si les autres n'existaient pas, comme s'il n'y avait que les Français, que les Vendéens, que les Bocains, que les chrétiens !
Je commentais hier, lors de la messe à la chapelle de l'Union Chrétienne, cet évangile de Marc (3/31-35) dans lequel, alors qu'on dit à Jésus : "Ta mère et tes frères sont là dehors qui te cherchent", celui-ci répond : "Qui est ma mère ? Qui sont mes frères ?" Et, continue Marc, parcourant du regard ceux qui étaient assis en cercle autour de lui, Jésus dit : "Voici ma mère et mes frères(...)."
Une fois de plus, Jésus, le Frère universel, nous fait aller au-delà des liens qui nous unissent à nos proches ; il nous entraîne encore et toujours vers une fraternité qui n'a pas de frontière. Bouddhistes, Chinois, mais aussi, Arméniens, Turcs, ou encore, gens de droite, de gauche ou du centre en France, vous êtes mes frères. Et dans le Christ, nous osons croire que déjà, entre les Etats et dans les coeurs, la fraternité universelle est en train de l'emporter !

2 commentaires:


Henri Loisance a dit…

AMEN ... !

Dominique de Beaupré a dit…

En cliquant sur raccourcis du blog j’ai toujours en moi des questions : Quel voyage va me proposer l’Arche de Noé aujourd’hui, quelle ouverture va-t-elle provoquer ?
« L'année du dragon et de la fraternité » Un fait somme toute anodin : Le passage dans l’année du dragon !
Mais l’œil avisé du père Olivier, avec son « ouverture à l’autre » chevillée au corps et au cœur, nous fait faire un aller et retour fulgurant. Du plus lointain au plus proche pour une ouverture à nous-mêmes, inaugurant le chemin de l’universel, la reconnaissance de l’autre comme frère.
La citation du poète Térence est éclairante et m’a immédiatement faite penser à un autre poète que j’apprécie profondément François Cheng. Chéng Bàoyī qui signifie « Qui embrasse l'Unité » est né en Chine en 1929, il arrive en France en 1948. Naturalisé français en 1971 il est élu à l’Académie française en 2002. « Reconnaître l’autre en se reconnaissant ; se reconnaître en se reconnaissant autre » écrit-il. Aller à la rencontre de l’autre oblige à se re-connaître, à sortir de soi et se tenir en posture d’accueil, « oeil ouvert et coeur battant ».
Au confluent des voies d’Orient et de la voie christique, son pèlerinage nous invite à sentir le « souffle » du monde, en faisant « le vide » en soi, c’est-à-dire « ne pas penser à rien, ne pas être endormi, mais accueillir les choses et les êtres tels qu’ils surviennent. »
« Aller au-delà des liens qui nous unissent à nos proches » ne peut de faire sans l’effort personnel que nécessite la place à créer pour accueillir l’autre. Comme l’explique monsieur Cheng « il nous faut, à l’instar des artistes, nous mettre dans une posture d’accueil, ou alors, à l’instar des saints, dans une posture de prière, ménager constamment en nous un espace vide fait d’attente attentive, une ouverture faite d’empathie d’où nous serons en état de ne plus négliger, de ne plus gaspiller, mais de repérer ce qui advient d’inattendu et d’inespéré. » François Cheng, Œil ouvert et cœur battant.
Autrement dit : « Heureux les serviteurs que le maître, à son arrivée, trouvera en train de veiller. Amen je vous le dis : il prendra la tenue de service, les fera passer à table et les servira chacun à son tour.» Luc 12, 35 et 38-40.

Dominique