Bienvenue !

Vous avez des choses à dire...
Vous vous posez des questions, pour donner un sens à votre vie...
Vous cherchez un espace d'échange convivial pour exprimer ce que vous ressentez...
Vous attendez des réponses à vos questions...


...Alors, en réponse à vos attentes, la paroisse Montfort sur Sèvre en Vendée ouvre ce blog et vous propose de vous exprimer librement.
Ici, tout pourra être dit dans les limites de la courtoisie et du respect mutuel.

Merci d'avance de votre participation.


Depuis novembre 2007, le Père Olivier Gaignet partage sur son blog ses réflexions sur Dieu et sur l’Eglise. bien sûr,
mais aussi sur la marche du monde. Il nous invite à réfléchir à des thèmes aussi essentiels que : notre société, les autres religions,
la télé, la politique, l’art, sans oublier ses propres paroissiens.
Les billets des cinq premières années (de novembre 2007 à septembre 2012 )ne figurent plus sur ce blog. Pour les consulter, se référer aux cinq volumes intitulés: "Ma paroisse.com", que vous pouvez vous procurer en envoyant un mail à : olivier.gaignet@yahoo.fr

vendredi 20 avril 2012

Le Blog du Curé de Fontenay-le-Comte n° 1422 : Le service de la fraternité

Durant cette campagne électorale pour les présidentielles, au milieu de multiples enjeux pas toujours vraiment fondamentaux, il est parfois question de la fraternité. Mais cet aspect demeure malheureusement, le plus souvent, au second plan. Or, l'enjeu du vivre-ensemble n'est-il pas essentiel pour le devenir de notre société ? Sur ce plan, il faut reconnaître que les Eglises ont sans doute une belle longueur d'avance ! Les centaines de milliers de baptisés qui, en France, que ce soit côté catholique ou protestant, sont engagés pleinement dans les actions du Secours catholique, de St Vincent de Paul, du CCFD, de la Pastorale des migrants, de l'Armée du salut, de la Cimade comme dans de multiples autres associations caritatives non confessionnelles, ne me démentiront pas.
Sur la paroisse Saint Hilaire de Fontenay-le-Comte, il en est de même, Dieu merci ! Mais à présent, nous aimerions aller plus loin, et faire en sorte que le service du frère, déjà si bien assuré par ces divers organismes, soit pris en charge aussi par l'ensemble des baptisés. Tel est l'objectif de la campagne "Diaconia", lancée récemment à travers toute l'Eglise catholique de France. Et cela, à l'appel du pape Benoît XVI dans son encyclique "Dieu est Amour", au n° 25 : "La charité n'est pas pour l'Eglise une sorte d'activité d'assistance sociale qu'on pourrait laisser à d'autres, mais elle appartient à sa nature, elle est l'expression d'elle-même à laquelle on ne peut renoncer."
"Diaconie", cela veut dire "service". C'est une autre façon de parler de la charité, en y mêlant des notions telles que justice, alliance, entraide, altruisme, écoute, générosité... Tout cela désigne des engagements sociaux et politiques au service du frère, en référence à l'attitude diaconale du Christ-serviteur, lavant les pieds de ses disciples, invitant à suivre l'exemple fraternel du bon Samaritain ou donnant en exemple la pauvre veuve qui a su partager le peu dont elle disposait.
Sur la paroisse, tous ont été invités à entrer dans cette grande démarche. C'était le thème central de notre Carême ! Et depuis, à deux reprises, y compris dimanche dernier, sur toutes les feuilles de messe, une page à découper invitait à réfléchir à partir de ces deux questions :
-  Quelles sont les situations de fragilité que je rencontre ?  Ceci pour nous inviter à savoir regarder autour de nous, et plus largement.
-  Quels sont les gestes d'entraide, de fraternité dont je suis acteur ou témoin ?
Tous ont été invités à une soirée-partage, le vendredi 27 avril prochain, de 20h30 à 22h, à la salle Saint Nicolas, en vue de faire le "bilan fraternel" de ces découvertes et actions.
Le philosophe Maurice Blondel écrivait : "Le vrai but de l'égoïste, c'est soi."  Il ne peut en être de même d'un baptisé. Nous sentons bien qu'il n'est plus possible de se contenter de déléguer quelques membres de la communauté chrétienne pour servir les pauvres, mais que c'est aussi chacun de nous qui est envoyé. Aussi, à travers le billet de ce jour, j'invite chacun à essayer de répondre, personnellement, en famille ou avec d'autres, aux deux questions ci-dessus et, pourquoi pas, à venir partciper à la réflexion paroissiale collective sur ce thème, le vendredi 27 au soir.
Le Jeudi-Saint, nous étions nombreux à l'église Notre-Dame pour revivre dans la liturgie l'action du Christ-serviteur ; il nous faut à présent être aussi nombreux pour passer de la prière à l'action, et pour emboîter le pas au Christ désormais, dans le concret de notre existence.
"Comprenez-vous ce que je vous ai fait ? Vous m'appelez Maître et Seigneur, et vous dites bien car je le suis. Si donc, je vous ai lavé les pieds, moi le Seigneur et le Maître, vous devez vous laver les pieds les uns aux autres. C'est un exemple que je vous ai donné, pour que vous fassiez, vous aussi, ce que j'ai fait pour vous. En vérité, en vérité je vous le dis, le serviteur n'est pas plus grand que son maître, l'envoyé plus grand que celui qui l'a envoyé." (Jean 13/12-15)
Et si, "faire de la politique", cela passait aussi par là ?

(avec mes excuses pour le retard, suite à un problème d’ordinateur)

0 commentaires: