Bienvenue !

Vous avez des choses à dire...
Vous vous posez des questions, pour donner un sens à votre vie...
Vous cherchez un espace d'échange convivial pour exprimer ce que vous ressentez...
Vous attendez des réponses à vos questions...


...Alors, en réponse à vos attentes, la paroisse Montfort sur Sèvre en Vendée ouvre ce blog et vous propose de vous exprimer librement.
Ici, tout pourra être dit dans les limites de la courtoisie et du respect mutuel.

Merci d'avance de votre participation.


Depuis novembre 2007, le Père Olivier Gaignet partage sur son blog ses réflexions sur Dieu et sur l’Eglise. bien sûr,
mais aussi sur la marche du monde. Il nous invite à réfléchir à des thèmes aussi essentiels que : notre société, les autres religions,
la télé, la politique, l’art, sans oublier ses propres paroissiens.
Les billets des cinq premières années (de novembre 2007 à septembre 2012 )ne figurent plus sur ce blog. Pour les consulter, se référer aux cinq volumes intitulés: "Ma paroisse.com", que vous pouvez vous procurer en envoyant un mail à : olivier.gaignet@yahoo.fr

lundi 28 mai 2012

Le Blog du Curé de Fontenay-le-Comte n° 1.460 : Le portrait chinois du Saint-Esprit

Vous connaissez le principe du portrait chinois. Avec des indications commençant par "si j'étais", il faut deviner un personnage. Et si on essayait de se dire ainsi qui est pour nous le Saint-Esprit, et comment nous aimerions le définir ? D'ailleurs, dans l'Evangile, Jésus nous a mis un peu sur la piste, et il a déjà bien commencé le travail !

- si le Saint-Esprit devait être comparé à un être animé, sous forme imagée, il serait une colombe, c'est-à-dire, un symbole de paix, de pureté, de rayonnement, de liberté
- si le Saint-Esprit était une partie du corps, il serait le doigt de Dieu qui indique la route
- si le Saint-Esprit intervenait dans un sauvetage, il serait le souffle de Dieu qui réanime
- si le Saint-Esprit était une force naturelle, il serait le vent qui pénètre partout et qui reste insaisissable
- si le Saint-Esprit était une source d'énergie, il serait l'eau vive d'un torrent
- si le Saint-Esprit pouvait se résumer en trois lettres, il serait le feu : le feu qui réchauffe, qui éclaire, qui unit et qui soude
- si le Saint-Esprit était une trace, il serait l'ombre ! Il nous suit partout. Nous l'oublions, mais il ne nous oublie jamais
- si l'Esprit-Saint était une profession, il serait avocat : c'est notre défenseur

Les définitions proposées ci-dessus procèdent de symboles extraits de la Bible ; mais d'autres pourraient être proposées... Et je vous invite à continuer ce petit jeu personnellement :
- si l'Esprit-Saint était une couleur ?
- si l'Esprit-Saint était une saison ?
- si l'Esprit-Saint était une fleur ?
- si l'Esprit-Saint était un parfum ?
- si l'Esprit-Saint était une étoile ?
- si l'Esprit-Saint était un fruit ?
- si l'Esprit-Saint était une chanson ?
- si l'Esprit-Saint était une envie ?
- si l'Esprit-Saint était un objet ?
- si l'Esprit-Saint était une oeuvre d'art ?
- si l'Esprit-Saint avait un visage ?

Je vous laisse poursuivre la recherche ! Puissiez-vous ainsi rencontrer un peu plus intimement encore cette personne extraordinaire qu'est l'Esprit-Saint, que nous avons tous pleinement reçu au plus profond de nous-même.
Et cela, comme le disait si bien la 1ère lecture de ce dimanche de la Pentecôte, tirée du livre des Actes des Apôtres (2/1-11), que nous soyons de l'Egypte ou de la Libye, Romains, Juifs ou Arabes... Eh oui, même les Arabes ont reçu l'Esprit-Saint, et pas seulement les Vendéens ou les Européens, ou, mieux encore, pas seulement les catholiques non plus puisque, comme le disait clairement Saint Jérôme : "Tout homme naît avec l'Esprit-Saint" !
La bonté, l'ouverture d'Esprit de Dieu va jusque là !

2 commentaires:


Annick a dit…

La méditation de l'Evangile fait prendre en mon coeur le feu dévorant de la Parole et ne me fait pas craindre de faire surgir da la Parole de Dieu des significations nouvelles.

C'est ainsi que je me suis interrogée sur le rapport entre ces deux symboles de l'Esprit : la colombe et le feu. La blanche colombe, apparemment toute pure, emblème de la paix, en réalité, est un oiseau qui peut être violent et se nourrir de saletés. Le feu, c'est l'ardeur de l'amour, la chaleur du foyer, mais il peut être dévastateur et même provoquer des incendies criminels. Ambivalences des images. Ainsi, je ne peux enfermer Dieu, même dans les plus beaux symboles. Ce que nous révèlait déjà le prophète Elie : " Dieu n'est ni dans la brise, ni dans l'ouragan."

Dieu toujours ailleurs que dans nos logiques !

Annick Ghannemi

Denise Bodin a dit…

L'Esprit-Saint, difficile à décrire, il faut en vivre ! Ce matin, pourtant, je me suis mise à la recherche d'une autre définition.
- Si l'Esprit-Saint était un rayon de soleil ?
Sans subir aucune atteinte, ni division, il se donne en partage mais garde son intégrité. A l'image d'un rayon de soleil dont la grâce est présente à celui qui en jouit comme s'il était tout seul, mais qui brille sur toute la terre, la mer...
De lui viennent la joie sans fin, la demeure en Dieu...