Bienvenue !

Vous avez des choses à dire...
Vous vous posez des questions, pour donner un sens à votre vie...
Vous cherchez un espace d'échange convivial pour exprimer ce que vous ressentez...
Vous attendez des réponses à vos questions...


...Alors, en réponse à vos attentes, la paroisse Montfort sur Sèvre en Vendée ouvre ce blog et vous propose de vous exprimer librement.
Ici, tout pourra être dit dans les limites de la courtoisie et du respect mutuel.

Merci d'avance de votre participation.


Depuis novembre 2007, le Père Olivier Gaignet partage sur son blog ses réflexions sur Dieu et sur l’Eglise. bien sûr,
mais aussi sur la marche du monde. Il nous invite à réfléchir à des thèmes aussi essentiels que : notre société, les autres religions,
la télé, la politique, l’art, sans oublier ses propres paroissiens.
Les billets des cinq premières années (de novembre 2007 à septembre 2012 )ne figurent plus sur ce blog. Pour les consulter, se référer aux cinq volumes intitulés: "Ma paroisse.com", que vous pouvez vous procurer en envoyant un mail à : olivier.gaignet@yahoo.fr

mercredi 23 mai 2012

Le Blog du Curé de Fontenay-le-Comte n° 1.455 : Communes vivantes en Sud-Vendée

Je pense que, peu à peu, les gens qui réfléchissent se rendent compte que le Sud-Vendée est plus vivant et plus riche humainement qu'à une certaine période, on aurait voulu le faire croire. Nous en avons eu la preuve encore hier soir à Saint Martin de Fraigneau. Dans le cadre du projet pastoral de la paroisse Notre-Dame des Sources, l'équipe pastorale s'est rendue dans cette commune pour y rencontrer les responsables d'un certain nombre d'associations. Invités par des paroissiens pour cette soirée d'échanges, ceux-ci ont répondu à l'appel. Nous les avons alors longuement écoutés, et ils se sont aussi écoutés et découverts entre eux. Occasion assez extraordinaire de découvrir ce qui fait le coeur, la vie, l'espoir d'une commune et de ses habitants.
Parmi les exemples apportés, les deux fêtes des voisins, dans deux quartiers, qui rassemblent l'une quarante, l'autre cent personnes : "ensuite, quand on se rencontre, le reste de l'année, c'est beaucoup plus sympathique." Autre exemple : l'ADMR répond à des besoins réels de la population, pour aider les familles, les mamans, avec de multiples services ; les bénévoles assurent un travail formidable. Il y a aussi tout ce qui tourne autour du sport en général, du foot ; également, l'accompagnement des enfants, à travers l'aide aux devoirs, les camps d'été, la garderie des enfants, le caté, l'équipe ACE, mais aussi les journées de sortie organisées en lien avec les jeunes. Rôle important du théâtre, avec une très bonne équipe et des séances qui font le plein, depuis 20 ans : 30 adhérents, 10 acteurs, des bénévoles pour l'intendance, le résultat financier de chaque première représentation étant offert à une association (lutte contre le cancer ou autre) ; avec le souci de faire jouer aussi des enfants. Et je ne parle pas du club des anciens ni du MCR, ni de l'effort pour créer un lieu de service de proximité, en même temps qu'un lieu de rencontre, à travers le projet soutenu par la municipalité d'implanter une nouvelle boulangerie-pâtisserie.
Grâce à la présence de plusieurs conseillers municipaux et d'un ancien maire, nous avons parlé longuement aussi du rôle du conseil municipal, qui accompagne et soutient ces quinze à vingt associations locales, tout en prenant de nombreuses initiatives aussi dans le sens du vivre-ensemble. Telle était bien notre souci hier soir, de mesurer comment, dans une commune comme toutes les autres, des associations, des personnes, des quartiers oeuvrent pour que le tissu social se maintienne et pour que se vivent de belles initiatives de rencontres et de fraternité.
"Pourquoi faites-vous cela ?" nous a-t-on demandé en fin de rencontre ? Parce que, trop souvent, nous ne voyons de notre vie sociale que ce qui ne fonctionne pas, et qu'il nous faut apprendre à regarder autrement la vie sur nos territoires, essayer de prendre l'habitude d'y repérer les actions, les gestes de fraternité, avec un regard d'ensemble.
Entre chrétiens, trop fréquemment, nous ne parlons de telle commune que pour faire des remarques de ce genre : "Oh, là-bas, il n'y a que quinze pratiquants." Mais il nous faut avoir une autre approche des choses : non par le nombre de pratiquants ou d'enfants catéchisés, mais à partir de ce qui bouge, naît, grandit, même si c'est en-dehors de nous. A nous de savoir nous y intéresser, nous en réjouir, y prendre notre place bien sûr, et en rendre grâce au Seigneur.

2 commentaires:


B.Tarnier a dit…

Oui, père Olivier, je rends grâce aussi pour tout ce qui se vit de beau en Vendée (Sud notamment) dans les lieux communaux et associatifs.
Je n’en regrette pas moins que la foi en Dieu (pratiquée) et la catéchèse soient notoirement en panne de retransmission.
La nécessaire nouvelle évangélisation est, me semble-t-il, ancrée dans la charité, la prédication évangélique et magistérielle, la liturgie sacramentelle et l’humble unité - et obéissance - au pape et aux évêques. (Revoir la constitution dogmatique "Lumen gentium", notamment le chapitre 5).
Bernard

Denise Bodin a dit…

Chez nous, c'est vrai, il y a moins de chrétiens pratiquants qu'autrefois, mais il n'y a pas moins de chrétiens convaincus et pas moins de chrétiens profondément engagés.
Il me semble que l'essentiel, c'est de découvrir ou de faire découvrir autour de nous l'authentique visage du Christ aimant, à travers la prière, ou dans les multiples services et gestes fraternels comme le souligne ce billet.