Bienvenue !

Vous avez des choses à dire...
Vous vous posez des questions, pour donner un sens à votre vie...
Vous cherchez un espace d'échange convivial pour exprimer ce que vous ressentez...
Vous attendez des réponses à vos questions...


...Alors, en réponse à vos attentes, la paroisse Montfort sur Sèvre en Vendée ouvre ce blog et vous propose de vous exprimer librement.
Ici, tout pourra être dit dans les limites de la courtoisie et du respect mutuel.

Merci d'avance de votre participation.


LE TOME 5 de "Ma paroisse.com" est paru. Vous pouvez vous le procurer en envoyant un mail à Olivier Gaignet en cliquant sur le lien "écrire au Père Gaignet" sous le compteur à gauche de l'écran.
Depuis novembre 2007, le Père Olivier Gaignet partage sur son blog ses réflexions sur Dieu et sur l’Eglise. bien sûr,
mais aussi sur la marche du monde. Il nous invite à réfléchir à des thèmes aussi essentiels que : notre société, les autres religions,
la télé, la politique, l’art, sans oublier ses propres paroissiens.

dimanche 21 août 2016

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1.977 : "J'ai encore besoin de 5 mns pour prier !"

Le temps me manque pour vous partager toutes les merveilles dont je suis, en permanence, l'heureux témoin, sur la paroisse, mais aussi au-delà.
Encore hier, cette confidence de l'une des personnes chargées d'ouvrir-fermer l'église de Mortagne. Incroyable !  Une femme, relativement jeune, en prière devant le Saint-Sacrement à la chapelle Saint Léger, s'apercevant que l'on était en train de fermer l'église, est sortie rapidement de la chapelle pour dire à la personne traversant la nef pour fermer : "Oh madame, ne fermez pas, j'ai encore besoin de 5 minutes pour prier !"
La dame s'est donc assise, profitant elle-même de ce moment imprévu pour entrer dans la prière. Cinq minutes passent, puis dix, puis quinze... Apparaît alors de nouveau cette jeune femme, heureuse et rayonnante, comme éclairée de la joie de Dieu. Cela valait bien la peine de lui donner le temps de rencontrer le Seigneur, au coeur de cette belle église de Mortagne qui, au dire de tous, de par son architecture, l'atmosphère qu'elle dégage, invite réellement à la prière.
Rien qu'en entendant cette histoire, tout en rendant grâce au Seigneur pour une telle merveille, sans oublier de remercier notre "ouvreuse" de service, je me suis dit en moi-même : eh bien, voilà pourquoi notre monde tient debout ; voilà pourquoi il ne s'écroule pas sur ses contradictions, ratés et échecs ! C'est parce que, partout, à travers le monde, en tout temps en tout lieu, et pas seulement dans les églises, des personnes, et pas seulement des moines ou moniales voués à la prière, donnent du temps à Dieu, prennent du temps pour remettre leur vie, et celle du monde entier, dans la main de Dieu.

Quelques citations, toujours les bienvenues, puisque vous me faites savoir que vous les appréciez  :
-  Gandhi : "La prière est la clef du matin et le verrou du soir."
-  Léon Bloy : Il n'y a ni désespoir ni tristesse pour l'homme qui prie beaucoup."
-  St François de Sales : "Une demi-heure de méditation est essentielle, sauf quand on est très occupé : alors, une heure est nécessaire !"
-  Martin Luther : "Le métier du chrétien, c'est la prière."
-  St Jean Chrysostome : "L'homme qui prie a la main sur le gouvernail du monde."

mercredi 17 août 2016

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1.976 : François veut voir le pape !

Lorsque je me trouvais aux Sables d'Olonne, j'avais été surpris d'entendre, à diverses reprises, des marins-pêcheurs me dire que, ayant été victimes d'un naufrage, ou à deux doigts de chavirer, croyants ou non, ballottés par la mer en furie, ils s'en étaient remis à Dieu.
En effet, on a beau assurer devant tous qu'on ne croit à rien du tout, que se passe-t-il, au plus profond du coeur de beaucoup, lorsqu'ils se trouvent en face à face avec la mort ?
Bien entendu, je ne veux pas insinuer par là que notre président, en plein naufrage, se tournerait vers la statue imposante du pape pour implorer le salut ! Quoique...  Mais une chose est sûre, comme je le soulignais dans mes billets des 2, 4 et 5 août, la façon dont les religions se sont situées, face aux terribles évènements récents, a été exemplaire. Un sociologue comme Michel Wieviorka, président de la Fondation maison des sciences de l'homme, a souligné ce fait dans l'édito du quotidien "Ouest-France" de ce mardi 16 août : "Dans ce contexte, la société semble perdue (...) Mais un élan de solidarité s'est mis en place, et si la société civile s'active, c'est avant tout du fait des religions (...) Depuis St Etienne du Rouvray, aux JMJ, et aussi lors du pèlerinage du 15 août à Lourdes, l'espace public a été rempli de paroles religieuses et par les appels au refus de la haine (...) Les Eglises viennent au secours de la République (...) Comment ne pas s'étonner du fait que les plus efficients sont non pas des acteurs sociaux, des syndicats et des intellectuels, mais des prêtres, des imams, des pasteurs ou des rabbins ?"   Dans un pays qui se veut "laïc" (au sens restreint du terme), c'est quand même un comble. Et que va penser le petit père Combes de cette visite du président au Vatican, allant demander conseil (et soutien ?) au pape François ?
Question : le pape François est-il pour ou contre le port du burkini sur les plages de France ? Ou préfère-t-il le nudisme intégral ?  Il s'en f... complètement, je pense, et il aimerait bien mieux que les Français s'ouvrent davantage à ce qu'est réellement l'Islam, et que toute question litigieuse soit réglée dans un vrai dialogue.
Par contre, nos deux François vont peut-être échanger ce soir sur ce que nous apprend une récente enquête, à savoir que 55% des catholiques français, dont des évêques et des prêtres, ont peur de l'Islam. D'où vient cette peur ?  Comment l'affronter, la raisonner, l'apaiser ?
Cette peur, en tout cas, des attentats, du burkini (?), doit nous poser question, car elle donne raison aux terroristes, qui peuvent crier victoire ! Mais c'est alors qu'il faut nous rappeler que, en tant que chrétiens, nous sommes appelés à oeuvrer pour le dialogue avec les autres religions, pour l'unité de la famille humaine, et pour la construction, si difficile soit-elle, d'un monde nouveau dès à présent. Avec les gens autour de nous, si différents de nous soient-ils, tels qu'ils sont, de bonne volonté le plus souvent !

mardi 16 août 2016

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1.975 : A toi, curé !

J'ai trouvé tellement beau le texte d'Yvon Etienne reçu hier 15 août, en commentaire du billet n° 1970 de ce blog, que je suis heureux de le proposer à votre méditation.
Un bel hommage à la vie de curé du P. Jacques Hamel !
Et peut-être aussi, même si nous ne le méritons pas vraiment, à tous les curés...
Avec un très grand merci à Didier !


Comme en écho à l'article du 4 août, me sont revenues les paroles de la chanson "Curé" d'Yvon Etienne, un chanteur Breton, qui nous amusait au début des années 80, mais qui savait aussi nous faire grandir avec de beaux textes comme celui là.
Merci pour le blog.

Didier Baudry



Curé,

Sous un ciel détrempé
Tu vas je ne sais où
Emportant avec toi
Des paroles sacrées
De ta route trop vieille
Tu iras jusqu'au bout
En laissant derrière toi
Une trace d'amitié

Tu n'as jamais bien su
Quel était ton vrai rôle
Un ange personnifié
Un apôtre déchu
Ce que tu as compris
Ce n'était pas bien drôle
Tout au long de ta vie
De génie méconnu

Avec les enfants tu sais être le maître
Le maître d'une école où ils n'iront jamais
Ou bien en revenant de la guerre peut-être
S'ils n'ont pas trop marché dans le sang des damnés

Avec les jeunes tu sais être le frère
Le frère d'une famille qui n'a plus de parents
Le frère compréhensif qui sait encore se taire
Quand dans leur vie morose il fait du mauvais temps

Avec les vieux tu sais toujours être là
Pour réconforter ceux, ceux qui ne savent plus
Vivre en ami très sûr et de vie à trépas
Pour se faire passer préfèrent t'avoir connu

Et c'est bien souvent ceux que tu n' regardes pas
Que tu crois ennemis et qui viennent vers toi
Qui suivent de leur mieux le chemin de tes pas
Bien sûr qu'ils ne croient plus au même Dieu que toi

Mais laisse-moi te dire, moi, je suis infidèle
Je ne suis pas dévot, ni croyant, ni méchant
Je crois autant que toi que la vie peut être belle
Je me crois ton ami, ton proche et pourtant

Le jour où las de vivre toi tu partiras
Quand tu auras fini ton voyage chez nous
Je fleurirai ta tombe et je te pleurerai
Curé je t'aime bien car tu es près de nous

Je fleurirai ta tombe et je te pleurerai
Curé je t'aime bien car tu es près de tout




 

vendredi 12 août 2016

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1.974 : "Pensez à quelque chose de beau !"

Hier matin jeudi, comme depuis quelques mois, je ne voyais plus grand chose de l'oeil droit, et j'étais incapable de lire, de même que je n'aurais pu conduire ma voiture, avec ce seul oeil. Et ce matin, après que cet oeil ait été opéré hier de la cataracte, j'ai retrouvé toute ma vision ; passant, comme par miracle, d'une acuité de 1/10ème à 10/10èmes ! J'ai félicité le médecin, d'ailleurs très content de son travail (banal pour lui) ; je lui ai dit qu'il était formidable !
Lors de la préparation de cette petite opération, le toubib me disait qu'il était impressionné par la façon dont, dans l'Antiquité, nos lointains prédécesseurs sur cette planète, Phéniciens, puis Egyptiens et autres, étaient déjà en mesure de soigner certaines affections des yeux (hémorragies du globe, conjonctivites...).
Ceci dit, hier, il y a eu un autre miracle ! Arrivé en salle d'opération, alors que l'infirmière qui me faisait une ultime prise de tension sentait que je me raidissais (appréhension), elle me dit ceci qui me frappa : "soyez zen, pensez à quelque chose de beau."  Rien de plus, mais cela a suffi pour m'apaiser en effet.
Une foule d'images me sont alors venues à l'esprit : des images de paix, de fraternité et autres, vécues et appréciées. Cependant, avant que l'anesthésie ne fasse effet, je me suis dit : "mais, pourquoi aller chercher dans ma mémoire ces diverses images, tandis qu'il m'en est offert de si belles en ce lieu ?"  Et de penser alors aux multiples paroissiens qui se sont proposés pour venir me conduire à la polyclinique, aux agents de service, infirmiers-ères, qui m'ont accueilli avec une parole gentille, un mot d'humour, un sourire ; à toutes ces personnes qui vous appellent par votre nom, à ce chirurgien qui vous salue comme s'il attendait un proche, à tous ceux qui vérifient que l'on va bien vous opérer de l'oeil qui est malade et non de l'autre...
Je résumerais tout cela d'un mot merveilleux : la "bien-veillance" !  Alors que l'on rencontre parfois des individus atteints de malveillance, qui ont une grande difficulté à voir clair sur leurs "frères", et sont atteints de "cataracte spirituelle", tant d'autres, Dieu merci, y compris des gens qui ne vous connaissent pas, portent sur vous un regard bienveillant et fraternel, un regard qui apaise, qui réconforte et fait grandir. Merci à eux, Seigneur !
Jésus a dit : "Je suis la Lumière du monde."  Puissions-nous découvrir cette grande Lumière, avec des yeux toujours neufs, dans la personne de tous ceux et celles qu'il nous est donné de rencontrer !

mercredi 10 août 2016

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1.973 : A Dieu, Jean-Marie

Grande tristesse, ce matin, avec la sépulture aux Herbiers de Jean-Marie, un prêtre ordonné comme moi en 1967, terrassé par la maladie !  Sa famille, ainsi que d'autres prêtres ordonnés en 67 et des amis étaient là pour l'accompagner dans le grand passage vers la Lumière qui ne finit pas.
Il y a quinze jours, c'était le Père Hamel qui partait, dans des circonstances horribles. Aujourd'hui, c'est un prêtre qui lui aussi a donné généreusement toute sa vie à Dieu et aux autres qui s'en va. Même si c'est, et heureusement, dans des circonstances moins tragiques, c'est aussi une vie donnée au Seigneur dont Jean-Marie nous laisse le souvenir. Ainsi que le faisaient remarquer des personnes à la sortie de la célébration, "tous ces prêtres, qui ont vécu tant d'années au milieu de nous, avec lesquels on a tellement partagé, c'est dur de les voir partir ; mais notre devoir est de leur dire merci !"
Une fois de plus, je suis ému, en pensant à tous ces laïcs qui nous aiment, qui nous soutiennent, qui nous consolent, qui nous font grandir !  Voilà pourquoi tant de prêtres vivent un sacerdoce heureux et épanoui, malgré la fatigue et les obstacles rencontrés. Merci à vous, religieux-ses, laïcs, diacres, pour votre immense soutien !
Avec Jean-Marie, nous commencions à penser à fêter nos 50 ans de sacerdoce l'an prochain, en juin 2017.  Mais c'est au ciel qu'il nous accompagnera - si toutefois nous sommes alors toujours nous-mêmes de ce monde !
Je faisais le calcul à partir d'une photo prise lors de nos 25 ans de sacerdoce, où nous étions 12 prêtres réunis dans la fête. Sur ce nombre, 3 sont décédés, 3 sont en retraite et 6 encore en activité. Tous les 9, nous souhaitons continuer à servir Dieu et son Peuple de tout notre être, autant que nous le pourrons ! Grâce à la compréhension et à l'appui de tous nos frères et soeurs de la terre.
Et avec une totale confiance car, comme le dit ce verset de psaume figurant sur l'avis d'obsèques de Jean-Marie dans "Ouest-France" : "Mes jours sont dans ta main, Seigneur !" (ps 30/16)