Bienvenue !

Vous avez des choses à dire...
Vous vous posez des questions, pour donner un sens à votre vie...
Vous cherchez un espace d'échange convivial pour exprimer ce que vous ressentez...
Vous attendez des réponses à vos questions...


...Alors, en réponse à vos attentes, la paroisse Montfort sur Sèvre en Vendée ouvre ce blog et vous propose de vous exprimer librement.
Ici, tout pourra être dit dans les limites de la courtoisie et du respect mutuel.

Merci d'avance de votre participation.


Depuis novembre 2007, le Père Olivier Gaignet partage sur son blog ses réflexions sur Dieu et sur l’Eglise. bien sûr,
mais aussi sur la marche du monde. Il nous invite à réfléchir à des thèmes aussi essentiels que : notre société, les autres religions,
la télé, la politique, l’art, sans oublier ses propres paroissiens.
Les billets des cinq premières années (de novembre 2007 à septembre 2012 )ne figurent plus sur ce blog. Pour les consulter, se référer aux cinq volumes intitulés: "Ma paroisse.com", que vous pouvez vous procurer en envoyant un mail à : olivier.gaignet@yahoo.fr

mardi 20 mars 2012

Le Blog du Curé de Fontenay-le-Comte n° 1.397 : Face à "la bête immonde"

Un tueur fou, vêtu de noir, caché derrière son casque intégral, anonyme, c'est-à-dire, sans personnalité profonde, incapable de relations vraies, profondément malade : ce "démon" vient de jeter sept personnes dans la mort, dont trois enfants, à Montauban et à Toulouse, tout en plongeant l'humanité entière dans la consternation. Ainsi que me l'écrivait hier une paroissienne : "C'est effrayant que notre société puisse aboutir à de tels dérèglements des comportements humains." L'énigme du mal, c'est qu'il surgit, anonymement, d'on ne sait où ! Cela me fait penser à ce moment de la passion et de la mort du Christ lorsque, nous dit Saint Matthieu (27/45), "A partir de midi, il y eut des ténèbres sur toute la terre." Les ténèbres du mal et de la souffrance ont fondu sur notre monde, Seigneur !
Bien sûr, il ne s'agit pas de dire que c'est Dieu qui nous a envoyé ce malheur ! Nous ne pouvons que l'interroger, ou déposer en lui notre fardeau. Voilà bien une question que ni les psychologues, ni les philosophes ne savent résoudre : la question du mal après la mort de Dieu. En effet, ainsi que l'explique l'écrivain Emile Cioran : "Tant qu'on croyait au diable, tout ce qui arrivait était intelligible et clair ; depuis qu'on n'y croit plus, il faut, à propos de chaque événement, chercher une explication nouvelle, aussi laborieuse qu'arbitraire, qui intrigue tout le monde et ne satisfait personne." En ce sens, il n'est sans doute pas anodin que le journal "Ouest-France", dans son édition de ce mardi, ait cité cette déclaration d'Avigdor Liebermann, le ministre israélien des Affaires Etrangères : "Seule une personne possédée par le démon peut massacrer des enfants dans une école."
En tout cas, il est une question que je me suis toujours posée : si le mal était simplement humain, est-ce que l'homme ne suffirait pas à le battre et à l'éliminer ? Et si le mal absolu, tel que nous venons d'en être les malheureux témoins, était le signe d'une faille profonde qui dépasse l'homme, tout en violant sa dignité ?
Albert Camus écrivait : "Le fléau universel n'a plus Dieu pour auteur, mais les hommes." Le rejet du diable dans la mythologie d'une part, et le rejet et la mort de Dieu d'autre part, ont fait qu'il n'y a plus que l'homme à accuser ! Terrible conséquence... C'est un fait que notre monde s'est plus vite débarrassé de Dieu que du mal. Dissipée "l'illusion" de Dieu, reste la réalité du mal, partout présente et agissante.
Sommes-nous donc dans une impasse ? Non, nous répondent en choeur Umberto Eco et le Cardinal Martini dans leur livre "Croire en quoi ?" Car "Il n'y a et il n'y aura aucune puissance humaine ou satanique pouvant s'opposer à l'espérance du croyant." Jamais la "Bête immonde" dont nous parle le Livre de l'Apocalypse, c'est-à-dire, la force du mal, ne pourra arrêter le grand mouvement de l'humanité vers la fraternité et la lumière ! Portons toutes ces familles éprouvées, et tous les efforts de chacun dans notre prière !

P-S : rendez-vous à tous ce mardi soir à 19h30, place Viète, côté fontaine, pour aller au Centre Saint Hilaire, à la Roche s/Yon, participer à la conférence de Florence Taubmann, pasteure à Limoges, présidente de l'Amitié Judéo-Chrétienne de France, sur le thème de la rencontre entre les religions.

2 commentaires:


Dominique de Beaupré a dit…

LA BETE IMMONDE,Michel Fugain
Elle est vivante, elle a encore
La haine au ventre, la rage au corps
La bête immonde

Qu'elle tourne au loin comme un vautour
Ou rampe et ronge tout autour
La bête immonde

Depuis le temps qu'elle fait le trou
De sa tanière grise
Là-bas, ici, partout
Au coeur de chacun de nous
Elle est l'enfant que la bêtise
A conçu avec l'ombre
La bête immonde

Depuis le temps qu'on laisse faire
Tous les suppôts de son enfer
La bête immonde

Qu'elle a vomi des Gestapo
Dans toutes les guerres, tous les ghettos
La bête immonde

Que les salauds dans des salons
Lui trouvent des excuses
Lui trouvent des raisons
Plébiscitées par les cons
Elle est la fille de la rue
Qui naît des décombres
La bête immonde

O pleure, pleure ma mère la terre
Des larmes de siècles et de sang
O pleure, pleure des gouttes d'océan

Sur les chants qui montent des wagons
Les camps, les tortionnaires
Les frères qui clouent leurs frères
Au poteau des religions

O pleure ma mère la terre
Au fond de tes entrailles gronde
La bête immonde

Mais qui va lui planter le pieu dans le coeur ?
Qui va l'amputer du goût de l'horreur ?

Elle qui étrangle les ethnies
Massacre les poètes
Etouffe l'homme honnête
Au baillon des calomnies
Il lui faut faire sauter la tête
Avec sa propre bombe
La bête immonde

Depuis qu'elle nous pollue l'histoire
A coup de glaive, à coup de gloire
La bête immonde

Que son crachat sur ton drapeau
Dépend de ta couleur de peau
La bête immonde

Depuis qu'elle rôde avec sa faux
Emblème de son règne
Depuis qu'elle dit Je t'aime
Aux cagoules, aux échafauds
Il faut cribler de chrysanthèmes
Jusqu'à ce qu'elle succombe
La bête immonde

O pleure, pleure ma mère la terre
Des larmes de siècles et de sang
O pleure, pleure des gouttes d'océan

Sur les bouquins, dans les bûchers
Les cris des ratonnades
Sur les croix des croisades
Et les continents barbelés

O pleure, ma mère la terre
Au fond de tes entrailles gronde
La bête immonde

Mais qui va lui planter le pieu dans le coeur ?
Qui va l'amputer du goût de l'horreur ?

O pleure, ma mère la terre
Au fond de tes entrailles gronde
La bête immonde

O pleure, ma mère la terre
Au fond de tes entrailles gronde
La bête immonde.

Annick a dit…

Combien de siècles, de douleurs encore avant le plein jour, Seigneur ?

Au coeur de la nuit sans étoiles, au coeur de mon espérance, un murmure : " Je suis au coeur de vos nuits sans étoiles " Seigneur, tu avances dans l'obscurité, tu viens à mon âme bouleversée, tu es la seule lampe ardente au coeur de l'absurdité.

Dans les douleurs du
monde, Seigneur nous t'attendons

Annick Ghannemi