Bienvenue !

Vous avez des choses à dire...
Vous vous posez des questions, pour donner un sens à votre vie...
Vous cherchez un espace d'échange convivial pour exprimer ce que vous ressentez...
Vous attendez des réponses à vos questions...


...Alors, en réponse à vos attentes, la paroisse Montfort sur Sèvre en Vendée ouvre ce blog et vous propose de vous exprimer librement.
Ici, tout pourra être dit dans les limites de la courtoisie et du respect mutuel.

Merci d'avance de votre participation.


Depuis novembre 2007, le Père Olivier Gaignet partage sur son blog ses réflexions sur Dieu et sur l’Eglise. bien sûr,
mais aussi sur la marche du monde. Il nous invite à réfléchir à des thèmes aussi essentiels que : notre société, les autres religions,
la télé, la politique, l’art, sans oublier ses propres paroissiens.
Les billets des cinq premières années (de novembre 2007 à septembre 2012 )ne figurent plus sur ce blog. Pour les consulter, se référer aux cinq volumes intitulés: "Ma paroisse.com", que vous pouvez vous procurer en envoyant un mail à : olivier.gaignet@yahoo.fr

vendredi 9 septembre 2016

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1.982 : Le Père de Montfort, un Saint pour aujourd'hui

Pour ceux qui n'ont que vaguement entendu parler du P. de Montfort, que représente ce Saint, décédé à St Laurent-sur-Sèvre en 1716, âgé de 44 ans seulement ?  Une figure vénérable sans doute, mais peut-être un peu antique et oubliée... Et pourtant, quand on relit sa vie, c'est tout le contraire qui apparaît !  Beaucoup d'entre nous, d'ailleurs, aujourd'hui, pourraient en prendre de la graine !
Je ne vais pas retracer ici son itinéraire, mais seulement vous proposer, en vrac, quelques flashes le concernant.
Déjà, tout jeune, au collège, il visitait les malades de l'hôpital tout proche ; il faisait aussi le caté, non pas auprès des enfants des familles plus favorisées, mais de ceux des familles de laquais (valets) ; et donc, pour eux, non pas dans la belle église St Sulpice, à Paris, mais dans les sous-sols de celle-ci. Car dès le départ, il fit le choix de se situer auprès de ceux que la société mettait de côté ; et c'est un choix qui va le guider toute sa vie. D'ailleurs, il n'aura de cesse de partager tout ce qu'il avait avec plus pauvre que lui : argent, vêtements, temps, amour, foi, espoir...
De fait, il s'est placé, économiquement, en-dehors du système économique et social de son époque ; ce n'était pas un choix politique, mais évangélique, à la façon dont Jésus déjà, s'était situé, auprès des plus démunis.
Il n'a eu de cesse d'interpeller ainsi le haut-clergé de l'époque, ainsi que tous ceux qu'il rencontrait. Mais ce qu'il avait le souci de vivre, ce dont il voulait témoigner, c'était bien de la radicalité de l'Evangile ! Pour lui, la Parole de Dieu se situait au-dessus de tout ; elle a façonné son âme profonde et irrigué toute sa vie de pasteur. Un exemple : lors d'une procession de Fête-Dieu, au lieu d'avancer sous le dais en proposant un bel ostensoir à la vénération des fidèles, au cours de l'une de ces cérémonies, c'est une Bible qu'il présenta à la dévotion des chrétiens présents ! Avec trois siècles d'avance sur son temps, par rapport à la place donnée chez lui et dans son enseignement à la Parole de Dieu.
Autre point étonnant pour l'époque : il osait alors prendre l'exemple des musulmans et de leur foi pour interpeller les chrétiens par rapport à leur façon de croire et de prier !
Il faisait aussi très confiance au laïcat, car pour lui, le Baptême était bien le sacrement essentiel qui fait de chaque chrétien quelqu'un de responsable et de missionnaire. Entre autres exemples, il confia l'animation d'une chapelle à un laïc, Jacques Boudaud, en un siècle où cela ne se faisait pas.. Et lors de ses enseignements, il donnait largement la parole aux gens qui l'entouraient.
Très moderne, il composa des chants sur des airs de l'époque, qui plaisaient aux gens, et ses cantiques, par la qualité de leur contenu, pouvaient être considérés comme un véritable catéchisme.
En pointe également, dans un autre domaine, à Fontenay-le-Comte par exemple, il installa un petit oratoire dans les halles, pour les commerçants.
Proche des SDF, plus que lui, tu meures ! Un bande de personnes, que les gens dits "honnêtes" qualifiaient de "vagabonds", le suivaient partout. C'est avec eux d'ailleurs qu'il se présenta à St Laurent-sur-Sèvre où, peu après, épuisé par une vie missionnaire plus qu'intense, il rejoignit celui en qui il avait mis toute sa foi : le Christ  crucifié, mais ressuscité.
La place me manque pour vous partager une multitude d'autres faits semblables ; mais ce que je vous ai relaté est suffisant pour permettre de comprendre la grande exemplarité, sans parler de la modernité du témoignage de ce missionnaire au coeur de feu !
Dimanche prochain, à Pontchâteau, avec participation de près de 150 personnes de notre paroisse, se dérouleront les fêtes de la clôture de l'année du Tricentenaire du départ du P. de Montfort vers celui qu'il a si bien aimé en aimant et en servant ses frères humains !
Père de Montfort, merci d'avoir été pour votre époque, comme pour nous aujourd'hui, un Apôtre capable d'entraîner chacun à vivre l'Evangile "jusqu'au bout" !

0 commentaires: