Bienvenue !

Vous avez des choses à dire...
Vous vous posez des questions, pour donner un sens à votre vie...
Vous cherchez un espace d'échange convivial pour exprimer ce que vous ressentez...
Vous attendez des réponses à vos questions...


...Alors, en réponse à vos attentes, la paroisse Montfort sur Sèvre en Vendée ouvre ce blog et vous propose de vous exprimer librement.
Ici, tout pourra être dit dans les limites de la courtoisie et du respect mutuel.

Merci d'avance de votre participation.


Depuis novembre 2007, le Père Olivier Gaignet partage sur son blog ses réflexions sur Dieu et sur l’Eglise. bien sûr,
mais aussi sur la marche du monde. Il nous invite à réfléchir à des thèmes aussi essentiels que : notre société, les autres religions,
la télé, la politique, l’art, sans oublier ses propres paroissiens.
Les billets des cinq premières années (de novembre 2007 à septembre 2012 )ne figurent plus sur ce blog. Pour les consulter, se référer aux cinq volumes intitulés: "Ma paroisse.com", que vous pouvez vous procurer en envoyant un mail à : olivier.gaignet@yahoo.fr

dimanche 20 décembre 2015

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1.904 : A Noël, Jésus vient-il seulement pour les "bons" pratiquants ?

Vous allez me dire : "C'est un peu normal ! Il y a ceux qui attendent le Messie, qui vont à l'église pour se préparer à sa venue, et puis "les autres"... C'est-à-dire, ceux qui vont se contenter d'un "Noël païen", sans penser que cette fête a quelque chose à voir avec le Sauveur."
Alors, Jésus, pour qui vient-il finalement ?  Parce que, s'il vient chez tout le monde, ce n'est pas la peine que nous, chrétiens bons pratiquants, on se fatigue à le prier !
Non ! J'exagère, comme toujours ! En fait, pour tout "bon" pratiquant qui se respecte  -  même s'il n'est de bon que Dieu seul..."  -  je pense qu'il est bien compris que le Sauveur arrive à la rencontre de tous les hommes et femmes de cette terre, sans préférence ni distinction.
J - 4 : le compte à rebours est commencé ! Nos rues sont en fête, et les guirlandes de lumière donnent de la joie à tous, croyants comme non croyants.
Certains se disent peut-être : "Ces devantures de magasins, ces sapins décorés, ces Pères Noël qui escaladent les toits, c'est bien païen tout cela ! Et bien loin du sens profond de Noël..."  Mais au fait, qu'en savons-nous ? Et au nom de quoi douterions-nous de la venue de Jésus bien au-delà de nos cercles chrétiens, bien au-delà des murs de nos églises et de nous-mêmes ?
N'avons-nous pas remarqué, s'il nous a été donné de participer à un marché de Noël ou à l'une des nombreuses manifestations organisées à l'occasion de Noël au sein de notre société, qu'en de tels moments, le coeur de chacun se réchauffe, se remplit d'émotion, tandis que les uns et les autres, en se congratulant ou en s'offrant des cadeaux, se manifestent leur estime et leur affection ?
"Ouest-France" indiquait, dans son édition de ce samedi 19 décembre, que, même si à peine 20% d'entre eux vont participer à une messe, 65% des Français se disent heureux de fêter Noël. Ne faisons pas la fine bouche, en jugeant que leur démarche n'est pas vraiment chrétienne. En effet, le Sauveur peut-il être absent de la démarche de toutes ces personnes en quête de bonheur et de paix ?
D'autre part, comment le Dieu miséricordieux, qui considère chaque être humain, même non croyant bien sûr, comme son enfant, pourrait-il se désintéresser de la joie qui illumine tant de familles, et l'ensemble de notre société, autour du 25 décembre ?
Dernier chiffre proposé hier par notre quotidien régional : les Français sont 45% à avoir monté une crèche chez eux, alors qu'il n'y a que 4% de catholiques pratiquants dans notre pays.  On dira ce qu'on voudra, mais je ne peux pas imaginer que la présence de cette crèche, la présence de l'Enfant-Jésus Sauveur, soit absolument sans effet, sans rayonnement intérieur, sur la famille qui lui donne une place, même si c'est simplement d'ordre culturel, dans sa maison.
St Jean 1/14 : "Et le Verbe s'est fait chair, et il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire"..., même au-delà des murs de nos églises et de nos belles cérémonies..., autour de nous, dans le coeur des gens, tout simplement.