Bienvenue !

Vous avez des choses à dire...
Vous vous posez des questions, pour donner un sens à votre vie...
Vous cherchez un espace d'échange convivial pour exprimer ce que vous ressentez...
Vous attendez des réponses à vos questions...


...Alors, en réponse à vos attentes, la paroisse Montfort sur Sèvre en Vendée ouvre ce blog et vous propose de vous exprimer librement.
Ici, tout pourra être dit dans les limites de la courtoisie et du respect mutuel.

Merci d'avance de votre participation.


Depuis novembre 2007, le Père Olivier Gaignet partage sur son blog ses réflexions sur Dieu et sur l’Eglise. bien sûr,
mais aussi sur la marche du monde. Il nous invite à réfléchir à des thèmes aussi essentiels que : notre société, les autres religions,
la télé, la politique, l’art, sans oublier ses propres paroissiens.
Les billets des cinq premières années (de novembre 2007 à septembre 2012 )ne figurent plus sur ce blog. Pour les consulter, se référer aux cinq volumes intitulés: "Ma paroisse.com", que vous pouvez vous procurer en envoyant un mail à : olivier.gaignet@yahoo.fr

samedi 23 mars 2013

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1.651 : Bergoglio : "la main de Dieu" !

L'impression générale laissée par François me semble assez bien résumée par cette remarque du métropolite Emmanuel, du Patriarcat de Constantinople : "Nous avons été surpris par le nouveau style introduit dans la papauté, une approche beaucoup plus humaine encore que celle jamais perçue au Vatican, même avec Jean XXIII, Paul VI et leurs successeurs."
Il y a huit jours, Etienne, le responsable de la rédaction du journal "L'Écho de l'Ouest" pour la Vendée, m'a demandé de donner mes impressions. Je lui ai envoyé l'article ci-dessous, paru hier dans ce journal. Je le redonne ici à l'attention de ceux qui ne sont pas abonnés, et c'est leur grand tort, à "L'Écho de l'Ouest". Je signale cependant que mon article a été écrit dimanche dernier 17 mars ; des choses ont pu évoluer depuis.


BERGOGLIO   :   LA   MAIN   DE   DIEU  !

Jorge Bergoglio, en tant que passionné du ballon rond, ne nous en voudra pas d’utiliser l’expression fétiche de Diego Maradona, « la main de Dieu », pour souligner que seul l’humour divin pouvait faire que, d’après les bruits de couloir,  aux environs de 90 cardinaux sur 114, et le plus souvent conservateurs, fassent de ce cardinal argentin, âgé et fragile, mais si humble et si humain, notre grand frère à tous !

Dans le journal « Le Monde » daté du 17 mars, deux photos significatives et sortant un peu de l’ordinaire des pompes vaticanes, à propos de ce grand-frère : en première page, François nous est montré en train de régler sa note à l’hôtel où il a séjourné durant les congrégations préparatoires au conclave ; tandis qu’en page quatre, il nous est présenté, une fois élu, assis dans un minibus du Vatican en compagnie de quelques cardinaux, après avoir refusé d’utiliser la mercedes papale qui lui était affectée.

Notre société est peut-être avide d’images sensationnelles ; mais elle est capable aussi d’être sensible aux signes qui ne trompent pas. Et l’attrait actuel des médias pour cet évêque de Rome d’un style si évangélique fait honneur aux capacités insoupçonnées de renouvellement de notre Église, quand elle se laisse fouetter enfin par l’Evangile !  Cet intérêt d’ailleurs dépasse sans doute de très loin le simple fait religieux, tant nos contemporains sont en attente d’une Église toujours plus proche de ce qu’ils pensent être, à bon droit, le désir du Christ !

Par-delà les médias, je trouve très édifiante aussi la réaction de plusieurs dirigeants à travers la planète. Ainsi, quand la première ministre australienne, Julia Gillard, ouvertement athée, a salué l’élection « historique » d’un pape du « Nouveau Monde » ; tandis que la présidente du Brésil, Dilma Rousseff, souligne que tous les Brésiliens l’attendent « avec impatience » à Rio de Janeiro pour les JMJ en juillet prochain. Sans oublier que c’est un musulman qui est le premier responsable politique d’un pays à l’inviter officiellement sur son territoire, en la personne de Mahmoud Abbas, le président palestinien.

Pour des millions d’hommes et de femmes en tout cas, du Nord comme du Sud, les premiers pas, les premiers gestes de François, comme auparavant sa façon de vivre et de se situer en tant qu’archevêque de Buenos-Aires, ont fait se lever une immense espérance. « Finie, la vieille Église obscurantiste », comme me le disait un paroissien, à la sortie de la messe du 17 mars, en poussant un grand « ouf » de soulagement. Nous commencions tous en effet, prêtres, diacres, religieux, religieuses et laïcs, à étouffer et à nous demander si notre Église n’allait pas définitivement, de gaffes en scandales et de retours en arrière en multiples incompréhensions, s’écarter du beau chemin de l’Evangile !

Tout cela m’a fait repenser au geste si symbolique de Jean XXIII ouvrant en grand les fenêtres de son bureau papal, alors que quelqu’un venait lui demander à quoi allait bien servir ce soi-disant Concile qu’il voulait lancer.

En tout cas, ce dimanche 17 mars, en début de messe, lorsque j’ai demandé à Saint Laurent-sur-Sèvre, dans une basilique archicomble, aux personnes présentes si elles étaient heureuses de l’arrivée de François à Rome, une très chaude salve d’applaudissements a retenti. Les chrétiens ne sont pas fous ! « C’est une émotion énorme », m’a dit l’un d’eux.  « Je n’y croyais plus », m’a avoué un autre. Tous ont compris, en un instant, que quelque chose était en train de bouger, que l’Evangile revenait enfin au premier plan.

Pensez donc : un cardinal que, dans son diocèse, l’on appelait par l’un de ses prénoms : Mario, ou Padre Jorge, ou tout simplement :  Bergoglio  !  Pas question, paraît-il, de lui donner du « Monseigneur » !  J’hallucine !!!  Cela est-il vraiment possible ?  De même, à Rome, il semble qu’il refuse de s’encombrer de dentelles pour son habillement liturgique. Au diable évidemment les trop célèbres mocassins rouges ! La chasuble qu’il portait ce dimanche 17, en tout cas, était toute simple et très sobre en ornementation.

Et quand, à la sortie de la messe, sous les yeux effarés du service d’ordre, François s’est offert un bain de foule, tout à coup, il a fait la bise à une jolie jeune femme ; je n’en suis pas revenu ! Le journaliste de la télé a fait alors cette remarque : « il est sorti dans la rue comme un curé ! » Très belle comparaison, et très touchante, qui honore profondément les curés de base que nous sommes, loin des cérémonies surannées et en phase avec nos paroissiens !  De quoi nous redonner un grand bonheur dans notre sacerdoce !

Décidément, comme l’a fait remarquer un prêtre romain, le Père Angelo : « A Rome, l’air est en train de changer ! »  Eh bien, cher Père Angelo, sachez que ce grand courant d’air pur est déjà arrivé aussi chez nous : l’air du grand large, l’air de l’Evangile, l’air de l’espoir et de la fraternité. C’est comme si le Christ était en train de revenir parmi nous, ainsi que je l’ai exprimé lors des homélies de ce dimanche 17 mars.

Une dernière remarque : avez-vous vu cette vidéo qui circule sur internet et qui montre le cardinal Bergoglio au cours d’une messe, arpentant le devant de l’autel avec un micro et interpellant les fidèles durant son homélie ?  Une façon de faire qui lui vaudra sans doute les critiques des franges catholiques les plus attachées à une liturgie classique et figée.  Un François un peu cool dans sa façon de se comporter cependant, cela sera peut-être plus difficile à accepter par certains, qui vont craindre que son attitude ne « désacralise » la fonction de pape… Mais Jésus était-il sacralisé ? 

Notre souhait à tous : que François reste ce qu’il a toujours été, et qu’il continue de nous surprendre ainsi, et de nous entraîner à la suite du Christ, avec nos sœurs humilité et simplicité, pauvreté et liberté, fraternité et compassion, joie et beauté !

Merci au Christ, merci au peuple argentin et à son Église, merci les cardinaux-électeurs, merci aux journalistes, merci François !

 

 
                       

3 commentaires:


B.Tarnier a dit…

J’ai envie de faire écho à votre bel enthousiasme que je partage tout à fait, par ce complément de mise au point : Ce qui est sacré, pour moi, c’est Dieu, d’abord, et donc l’homme restauré en Jésus-Christ, c’est l’œuvre d’amour du Créateur et du Rédempteur, c'est la vie (du commencement à la fin notamment en ce qui concerne la vie humaine) ; c’est, pour nous, catholiques, ce sommet qu’est la célébration de la sainte Eucharistie, en actes, en paroles (la Parole !), et en humble recueillement, ce que les fidèles désirent ardemment et savent bien reconnaître !
J’espère que le pape François sera autant aimé et respecté universellement que St François d’Assise, y compris dans ses relations avec les responsables musulmans ! Il est manifestement un homme de Dieu et de Son évangile, tout à fait en responsabilité… Il a le soutien de nos prières unanimes, je pense ! Elle est belle et jeune, notre Eglise (sainte et composée de pécheurs) !
Merci, père Olivier !

Bernard…

soeur Eliane a dit…

oh oui, ma prière a été plus que comblée et je le svais bien ! Quel air frais ! quel goût d'évangile ! Je signe ton article. Nous rencontrer quel que soit le service que nous ayons dans l'Eglise comme frères, soeurs avec les mots de tous les jours, les gestes de tous les jours : bonjour, bonsoir, manger ...en faisant en sorte que tous aient un lieu ou dormir, un vêtement pour s'abriter et de quoi manger !

GUILLIER a dit…

Bonjour et merci Olivier pour ton article.
Oui, un "vent conciliaire" vient de souffler sur la Coupole Vaticane (c'est dans le Nouvel Obs, p 86 du 21 mars). Et p 87 "Tout de blanc vétu, le nouveau pape rompait avec tous les usages. Il ne portait pas la mozetta (petite cape rouge), il arborait une croix de fer au lieu de la parure d'or, demande que l'on prie humblement pour lui avant de bénir le peuple. Il ne se présente pas comme pape mais comme évêque de Rôme. Une geste, tout un programme... une Perestoïka vaticane, exulte le théologien libéral Hans Küng."
Le pape François a choisi d'apposer, sur ses armes pontificales, le cryptogramme du Christ, symbole de la Compagnie de Jésus : il nous aide à nous rapprocher du Christ.
Michel Guillier, diacre