Bienvenue !

Vous avez des choses à dire...
Vous vous posez des questions, pour donner un sens à votre vie...
Vous cherchez un espace d'échange convivial pour exprimer ce que vous ressentez...
Vous attendez des réponses à vos questions...


...Alors, en réponse à vos attentes, la paroisse Montfort sur Sèvre en Vendée ouvre ce blog et vous propose de vous exprimer librement.
Ici, tout pourra être dit dans les limites de la courtoisie et du respect mutuel.

Merci d'avance de votre participation.


Depuis novembre 2007, le Père Olivier Gaignet partage sur son blog ses réflexions sur Dieu et sur l’Eglise. bien sûr,
mais aussi sur la marche du monde. Il nous invite à réfléchir à des thèmes aussi essentiels que : notre société, les autres religions,
la télé, la politique, l’art, sans oublier ses propres paroissiens.
Les billets des cinq premières années (de novembre 2007 à septembre 2012 )ne figurent plus sur ce blog. Pour les consulter, se référer aux cinq volumes intitulés: "Ma paroisse.com", que vous pouvez vous procurer en envoyant un mail à : olivier.gaignet@yahoo.fr

dimanche 19 août 2012

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1.508 : Prendre le temps de relire sa vie

En ce temps d'été, nombreux sont ceux qui profitent de la période pour s'arrêter quelque temps, à l'ombre ou non d'une abbaye, ou tout simplement, dans le secret de leur coeur, pour faire un peu le point sur leur vie. A ce sujet, je voudrais vous proposer une réflexion du Père Ephrem Tenaud, curé de Chaillé-les-Marais ; réflexion elle-même reprise d'un texte de Mgr Yves Boivineau, évêque d'Annecy, le frère de Joseph Boivineau, qui habite rue Mizière à Fontenay, et qui est l'un de nos sympathiques sacristains de semaine à l'église Notre-Dame de Fontenay-le-Comte :

"Bilan ou relecture ?
Il est bon de prendre le temps de faire le bilan de nos activités. Mais il n'est pas aisé de faire un bilan ; et même, faut-il faire un bilan ?
Un bilan peut être très subjectif : on peut s'arrêter aux impressions. Les souvenirs heureux ou moins heureux sont évidemment à prendre en compte, mais les événements vécus dépassent le sentiment qu'on en garde.
Certains tenteront des bilans en deux colonnes : ce qui a réussi et ce qui n'a pas réussi. Cet exercice conduit à conserver ce qui a bien fonctionné, en modifiant ce qui a moins bien réussi. On avance sous le mode de la répétition, sans s'ouvrir à la nouveauté. L'an prochain, on refera la même chose, en améliorant, mais sans se remettre vraiment en question. Au fond, faut-il faire un bilan ?
Que voulons-nous évaluer ? Ce que nous avons fait ? Ou ce que le Seigneur a fait ?
Plutôt que de tenter de faire le bilan de ce que nous avons fait, nous pouvons tenter de relire ce que le Seigneur a réalisé dans la vie de ceux que nous accompagnons, et aussi, dans notre vie.
La question est moins : "qu'est-ce que nous avons fait" que la perspective : "dans l'exercice de mon activité auprès des enfants, des jeunes, des malades, qu'est-ce que je suis devenu ? Qu'est-ce qui m'a fait grandir ? Quel chemin les jeunes, les enfants ont-ils parcouru ? Que sont-ils devenus tout au long de cette année ?"
Nous sommes sûrs qu'à l'intérieur de nos hésitations, de nos tâtonnements, de nos réussites, le Seigneur accomplit sa promesse. Nous ne sommes que les humbles serviteurs d'une oeuvre qui nous dépasse.
Après une telle relecture, prendre le repos nécessaire pour ouvrir une nouvelle page de cette histoire que le Seigneur sera heureux d'écrire avec nous."

0 commentaires: