Bienvenue !

Vous avez des choses à dire...
Vous vous posez des questions, pour donner un sens à votre vie...
Vous cherchez un espace d'échange convivial pour exprimer ce que vous ressentez...
Vous attendez des réponses à vos questions...


...Alors, en réponse à vos attentes, la paroisse Montfort sur Sèvre en Vendée ouvre ce blog et vous propose de vous exprimer librement.
Ici, tout pourra être dit dans les limites de la courtoisie et du respect mutuel.

Merci d'avance de votre participation.


LE TOME 5 de "Ma paroisse.com" est paru. Vous pouvez vous le procurer en envoyant un mail à Olivier Gaignet en cliquant sur le lien "écrire au Père Gaignet" sous le compteur à gauche de l'écran.
Depuis novembre 2007, le Père Olivier Gaignet partage sur son blog ses réflexions sur Dieu et sur l’Eglise. bien sûr,
mais aussi sur la marche du monde. Il nous invite à réfléchir à des thèmes aussi essentiels que : notre société, les autres religions,
la télé, la politique, l’art, sans oublier ses propres paroissiens.

mercredi 2 mai 2012

Le Blog du Curé de Fontenay-le-Comte n° 1.434 : L'aveugle qui voit clair

L'honneur de "faire de la politique" ! Ce n'est pas toujours facile, en France, de s'engager en politique ! Il est plus facile de s'asseoir dans son fauteuil pour assister à un duel entre deux candidats que de servir le peuple à travers un engagement quotidien parfois bien lourd à porter. En tout cas, dans un certain nombre de pays, pour ne pas dire la plupart, faire de la politique, cela peut vouloir dire risquer sa vie. Les exemples ne manquent pas ! L'on pense à l'opposante birmane, Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la Paix, qui vient de redonner à la politique ses lettres de noblesse, elle qui a toujours été prête à tout donner, sans calcul, pour l'avenir de son pays.
Du côté de l'immense empire chinois, voici que se lèvent également des multitudes d'hommes et de femmes qui se battent pour faire émerger la liberté. Parmi eux, Chen Guanchen, cet avocat, non-voyant, mais qui, par ses engagements et son courage, est devenu une icône de la dissidence chinoise. Malgré son handicap, puisqu'il est non-voyant depuis son enfance, autodidacte, il mène un combat permanent vis-à-vis des autorités, au nom des sans-droits (villageois expulsés, femmes subissant des violences dans le cadre de la politique de l'enfant unique,...).  Sorti de prison en septembre 2010 après quatre années de détention, il vivait enfermé dans sa maison, surveillée par des dizaines de vigiles. Une nuit, tandis que sa femme faisait diversion, ce dissident est parvenu, malgré sa cécité, à franchir le mur érigé autour de sa maison, entre deux rondes de ses gardiens et à s'échapper. Opération si bien réussie que les sbires ne se sont aperçus de son évasion que quatre jours plus tard.
Tout cela pour dire que, faire de la politique, c'est quelque chose de sérieux ; et cela peut, dans un certain nombre de nations, vous conduire aux portes de la torture et de la mort. Il me semble qu'il y a là, pour nous Français, qui avons de la chance de vivre en démocratie et d'être la 5° puissance économique du monde, une belle leçon à méditer, et un appel à faire de l'engagement en politique un véritable service de la vérité, de la justice et de la fraternité : vu que nous en avons la possibilité et les moyens, jusqu'où sommes-nous prêts à aller pour servir nos frères ?
Vous allez me dire : mais la situation n'est quand même pas aussi grave en France ! C'est vrai ! Et il faut avoir une pensée pour nos prédécesseurs qui, dans notre pays, ont oeuvré pour que nous puissions vivre libres en effet. Mais que faisons-nous de cette liberté ?  Quelle place donnons-nous à la fraternité ? Comment chacun de nous se sent-il responsable, non seulement de son destin à lui, mais du bien commun de la nation ?
Le nom de ce dissident, Chen Guangcheng, manie les idéogrammes chinois de "lumière" et "sincérité : ce pourrait être un bel idéal, non seulement pour les candidats aux élections, mais pour nous tous également, citoyens d'une même cité, la France, au sein d'un même ensemble, l'Europe, au coeur d'un même univers humain, birman, soudanais, chinois y compris.

2 commentaires:


Blandine a dit…

Oui, il faut être courageux pour s'engager en politique !

Et les chrétiens en sont peut être trop absents... peur de se salir les mains ? peur de défendre ses convictions dans une société qui crache sur l’Église ? ... manque de courage sans doute...

Mais, si nous n'osons pas nous même nous présenter à des élections, ayons au moins le courage de soutenir les chrétiens qui osent le faire pour tous ! Ces hommes et femmes politiques qui osent mouiller leur chemise pour que la personne humaine soit respectée et que chaque vie soit accueillie ! Ils se donnent tout entier dans cette vocation politique et ont le courage d'essuyer les coups bas de leurs adversaires, les agressions des découragés, les "ragots" diffusés à voix basse...

Alors, nous qui sommes chrétiens, défendons notre Foi, défendons Celui qui est le Chemin, la Vérité et la Vie ! N'ayons pas peur de défendre la Vie des plus petits ! Ne soyons pas laches en nous faisant complices de programmes politiques qui renient la valeur de la vie et veulent reprendre à Dieu son pouvoir de donner la vie et de la reprendre.

Nous ne pouvons pas être chrétiens et rester muets devant des propositions de lois inhumaines.

« Vivre sans foi, sans un patrimoine à défendre, sans soutenir dans une lutte continue la Vérité, ce n’est pas vivre mais végéter. Nous ne devons jamais végéter mais VIVRE » disait Pier Giorgio Frassati.

Ne soyons pas chrétiens seulement à la messe, soyons le dans toute notre vie et en cette période toute spéciale, soyons chrétiens dans notre vote ! Pensons à nos enfants...

Jésus n'a pas eu peur de dire la Vérité, au prix de sa Vie, suivons-le !

Annick a dit…

Tout est radicalisé, pensé en termes d'opposition et non pas de synthèses, comme si le bien était dans un seul camp et le mal dans l'autre. Cette perversion de l'esprit conduit à diaboliser les idées des autres et à sacraliser la sienne.
Pour bâtir une cité terrestre, la foi ne peut offrir ni maquette ni programme mais simplement passer au crible de la Parole de Dieu toute entreprise humaine.
Les chrétiens sont provoqués à discerner les zones d'accord, de contradiction ou de défi. Avec courage. Pour un meilleur service de l'amour humain, de cet amour reflet de l'amour trinitaire.
Etre chrétien, l'art de faire apparaître les différences, voire les divergences non comme des barrières infranchissables mais comme des destins complémentaires au service du bien commun ?!

annick ghannemi