Bienvenue !

Vous avez des choses à dire...
Vous vous posez des questions, pour donner un sens à votre vie...
Vous cherchez un espace d'échange convivial pour exprimer ce que vous ressentez...
Vous attendez des réponses à vos questions...


...Alors, en réponse à vos attentes, la paroisse Montfort sur Sèvre en Vendée ouvre ce blog et vous propose de vous exprimer librement.
Ici, tout pourra être dit dans les limites de la courtoisie et du respect mutuel.

Merci d'avance de votre participation.


SORTIE PROCHAINE DU TOME 5 DE "Ma paroisse.com".
Depuis novembre 2007, le Père Olivier Gaignet partage sur son blog ses réflexions sur Dieu et sur l’Eglise. bien sûr,
mais aussi sur la marche du monde. Il nous invite à réfléchir à des thèmes aussi essentiels que : notre société, les autres religions,
la télé, la politique, l’art, sans oublier ses propres paroissiens.
Pour imprimer le bulletin de souscription, << cliquer ici>>.



dimanche 29 janvier 2012

Le Blog du Curé de Fontenay-le-Comte n° 1.352 : La conduite des sépultures

Le 14 janvier dernier, je lançais un appel solennel aux paroissiens de Saint Hilaire de Fontenay-le-Comte, dans mon billet n° 1.337, à propos de la surcharge actuelle des prêtres : ils sont de moins en moins nombreux puisque, comme je l'expliquais, en un an, nous sommes passés de cinq prêtres en charge pastorale sur la paroisse, non retraités, à deux seulement.
Je crois que cet appel commence à être entendu. J'en veux pour preuve les deux faits suivants. Le premier m'a beaucoup touché ! Un lecteur de ce blog a photocopié le billet et est allé voir un de ses amis pour le lui montrer en disant : "On ne peut pas continuer comme ça, sur la paroisse ! Il faut qu'on fasse quelque chose, il faut qu'on soutienne nos prêtres." Et pourtant, ces deux là en font déjà beaucoup, sur Saint Hilaire de Fontenay. L'ami qui a été sensibilisé est venu me voir ; nous avons échangé longuement, et pensé à deux choses : la mise en place d'une petite équipe ayant pour mission d'étudier de quelles charges on peut soulager les prêtres, et comment appeler des personnes à s'engager ; d'autre part, nous organiserons un dimanche du bénévolat dans l'Eglise, le dimanche 11 mars, afin de sensibiliser l'ensemble des paroissiens par rapport à cette question.
Deuxième fait : tout récemment, une famille demande une sépulture avec messe. Ce jour-là, l'autre prêtre, Loïc était déjà pris, et moi de même, pour l'une des multiples charges pastorales qui remplissent nos journées, et qu'il n'est pas forcément évident d'annuler lorsqu'il s'agit de rencontres réunissant un certain nombre de personnes. "Et les prêtres retraités", m'a-t-on demandé ? Ils font ce qu'ils peuvent, et ils en font déjà beaucoup, je trouve ! Ils ont aussi leur vie, et leurs impératifs ! En fait, ce n'était pas possible pour eux non plus. J'ai bien aimé alors la réflexion de la famille ; mise devant le fait accompli, elle aurait pu protester, faire du forcing, comme je l'ai vu faire parfois. Ainsi, récemment, alors que je faisais savoir que je ne pourrais assurer une sépulture, devant accompagner un ami malade, l'on exigeait de moi que je m'occupe de mon ami un autre jour ! Incroyable !!!
A propos du fait précédent donc, pour la première fois, depuis cinq ans que je suis à Fontenay-le-Comte, j'ai entendu cette famille me faire la réflexion suivante : "Nous sommes des pratiquants réguliers ; nous aurions vraiment aimé avoir une messe avec communion pour la sépulture, mais nous voyons que pour vous, c'est difficile, et nous le comprenons. Nous savons que les sépultures avec des laïcs sont très belles aussi. Nous acceptons donc que la sépulture soit faite par un laïc."
Bravo, chère famille ! J'admire votre intelligence, et la grande ouverture de votre coeur. Comme me le répète souvent ma chère tante Thérèse (93 ans) : "Tu sais, si tu as quelque chose d'important le jour de ma sépulture, ne t'en fais pas ! Cela ne me fait rien que ce soit un laïc qui fasse ma cérémonie : ils font ça très bien sur la paroisse de Chaillé ! Et je sais que ce n'est pas parce qu'il y aura un prêtre que j'irai plus vite au ciel."
Certains pourraient croire que l'absence des prêtres aux sépultures signe la mort de l'Eglise. Quelle erreur ! Lorsque l'on voit ces laïcs qui prennent toute leur place de baptisés et accompagnent leurs frères dans la douleur, n'est-ce pas le signe d'une grande solidarité et d'une belle vitalité au sein du Peuple de Dieu ? Cela fait vivre nos communautés humaines et chrétiennes d'une autre manière, tandis que l'Eglise ne repose plus uniquement sur les épaules, limitées, des prêtres, mais sur chacun des baptisés, ce qui est bien plus conforme à l'Evangile finalement.
Pour en revenir aux sépultures, les familles des défunts sont invitées à participer à l'eucharistie l'un des dimanches suivants ; la messe est alors célébrée, par un prêtre, à l'intention toute spéciale des défunts en question.
Probablement désormais, ce cas de figure se produira de plus en plus souvent à l'avenir. Merci à tous de votre compréhension, et surtout, de votre actif soutien !
Quant à moi, un exemple de plus, je pars à présent célébrer dans ma deuxième paroisse, dont le prêtre est bien fatigué lui aussi !

2 commentaires:


Henri Loisance a dit…

La conduite des sépultures …\... étudier de quelles charges on peut soulager les prêtres …\ … du bénévolat dans l'Eglise … \ …

Voici un billet nº 1352 porteur de questionnements fondamentaux qui méritent réflexion, et décisions … Peut être que pour élaborer une solution compatible avec l’esprit de l’Eglise, est-il nécessaire de définir ce qu’est un Prêtre, peut être est-il nécessaire d’évoquer sa mission plutôt que ses charges, et peut-être serait-il bon d’envisager de promouvoir les engagements plutôt que le bénévolat …

Aborder ce thème à partir des sépultures, permet de bien situer la différence entre les fonctions attribuées au prêtre. L’une est une mission vers le divin, c’est l’exclusive possibilité de réaliser le sacré, les sacrements. L’autre est une fonction vers l’humain, d’accompagnement psychologique et social des familiers qui survivent au défunt, et qui ont, pour eux même, à « faire le deuil ».

Officier le sacramentel ne peut pas être délégué, c’est la prérogative et la raison d’être du Prêtre.

L’accompagnement psychologique et social est ouvert à tous, ainsi que l’administratif d’une paroisse.

Souhaitons que la structure n’étouffe pas la mission … que l’accumulation des actions dans l’humain, n’étouffe pas la mission de liaison vers le divin.

Anonyme a dit…

Je suis parfaitement d'accord avec les réflexions d'Henri Loisance.J'ajouterai que le bénévolat devra certainement l'emporter sur l'engagement car je suis pas certain que les finances de l'églises suivront. Dans tous les cas il devra y avoir une réelle formation des acteurs, comme pour ceux qui accompagnent les familles en deuil. Car certains services dans l'église ne peuvent pas souffrir d'amateurisme.

Louis-Marie Bouleau