Bienvenue !

Vous avez des choses à dire...
Vous vous posez des questions, pour donner un sens à votre vie...
Vous cherchez un espace d'échange convivial pour exprimer ce que vous ressentez...
Vous attendez des réponses à vos questions...


...Alors, en réponse à vos attentes, la paroisse Montfort sur Sèvre en Vendée ouvre ce blog et vous propose de vous exprimer librement.
Ici, tout pourra être dit dans les limites de la courtoisie et du respect mutuel.

Merci d'avance de votre participation.


Depuis novembre 2007, le Père Olivier Gaignet partage sur son blog ses réflexions sur Dieu et sur l’Eglise. bien sûr,
mais aussi sur la marche du monde. Il nous invite à réfléchir à des thèmes aussi essentiels que : notre société, les autres religions,
la télé, la politique, l’art, sans oublier ses propres paroissiens.
Les billets des cinq premières années (de novembre 2007 à septembre 2012 )ne figurent plus sur ce blog. Pour les consulter, se référer aux cinq volumes intitulés: "Ma paroisse.com", que vous pouvez vous procurer en envoyant un mail à : olivier.gaignet@yahoo.fr

lundi 12 décembre 2011

Le Blog du Curé de Fontenay-le-Comte n° 1.307 : "Je vais t'aider, mon Dieu."

Fatigué, blasé, trompé, écrasé, divisé, le monde va-t-il s'en sortir ? On parlait jadis de la grande peur de l'an Mil ; depuis lors, avons-nous vraiment progressé ? Il semble en effet que les grandes peurs qui tétanisent l'humanité depuis la nuit des temps soient toujours là. Alors, nous nous trouvons face à un défi : plier le genou devant ce qui nous semble, inévitablement, relever de la fatalité : "on n'y peut rien", ou continuer envers et contre tout à croire en l'humanité et en son avenir.
Sur le chemin de Noël, pour les chrétiens, comme pour tous les humanistes d'ailleurs, c'est-à-dire, tous ceux qui, comme le philosophe Pascal, croient que "l'homme passe infiniment l'homme", le choix s'impose : ne jamais céder à l'amertume ni au désespoir, mais, plus que jamais, retrousser nos manches pour faire advenir ce monde nouveau et fraternel dans lequel nous croyons.
On dit que Dieu vient nous sauver ; c'est vrai ! Mais il ne nous sauvera pas sans nous ! C'est ce que nous invite à comprendre Etty Hillesum, cette jeune fille juive morte à Auschwitz en 1943, et qui nous a laissé le témoignage suivant, que vous pouvez retrouver dans son magnifique journal publié dans "Une vie bouleversée" (Seuil) : "Je vais t'aider, mon Dieu, à ne pas t'éteindre en moi, mais je ne peux rien garantir d'avance(...) C'est tout ce qu'il nous est possible de sauver en cette époque et c'est aussi la seule chose qui compte : un peu de toi en nous, mon Dieu."
Hier dimanche, j'ai vécu cela lors de deux très beaux événements. Tout d'abord, lors de la matinée-dimanche vécue avec les parents d'une soixantaine d'enfants, pleinement attentifs, à l'occasion de la préparation de leurs petiots à la 1° Communion : un temps de partage très riche d'abord, suivie d'une eucharistie fort vivante dans une église Saint Jean plus jeune que jamais et archicomble.
Puis, l'après-midi, dans l'église de Foussais-Payré, merveilleusement animée à l'occasion du "Marché de Noël" sur la commune, avec exposition de travaux et broderies sur le thème de Noël, chants de circonstance, présentation d'une scénette tout à fait remarquable sur le sens de Noël aujourd'hui. Invité, en compagnie de M. Michel Beaud, de l'Orbrie, l'auteur bien connu de "Face au pire des mondes" dont j'ai déjà parlé à deux reprises sur ce blog, à l'occasion de la présentation de nos ouvrages, nous avons eu l'occasion d'échanger avec les nombreuses personnes de passage dans cette église.
Hier matin comme hier après-midi, des gens se sont bougés et, en bougeant, ils ont mis le pied dans la porte du Salut, l'empêchant ainsi de se refermer, et laissant passer largement le grand flot de l'espérance, de la lumière, de la joie, de la profondeur et de la beauté de Noël. Ainsi, des gens de chez nous ont, comme jadis Etty Hillesum, "aidé Dieu" à ne pas s'éteindre, mais à venir habiter et exister chez nous, plus que toujours et plus que jamais !

0 commentaires: