Bienvenue !

Vous avez des choses à dire...
Vous vous posez des questions, pour donner un sens à votre vie...
Vous cherchez un espace d'échange convivial pour exprimer ce que vous ressentez...
Vous attendez des réponses à vos questions...


...Alors, en réponse à vos attentes, la paroisse Montfort sur Sèvre en Vendée ouvre ce blog et vous propose de vous exprimer librement.
Ici, tout pourra être dit dans les limites de la courtoisie et du respect mutuel.

Merci d'avance de votre participation.


Depuis novembre 2007, le Père Olivier Gaignet partage sur son blog ses réflexions sur Dieu et sur l’Eglise. bien sûr,
mais aussi sur la marche du monde. Il nous invite à réfléchir à des thèmes aussi essentiels que : notre société, les autres religions,
la télé, la politique, l’art, sans oublier ses propres paroissiens.
Les billets des cinq premières années (de novembre 2007 à septembre 2012 )ne figurent plus sur ce blog. Pour les consulter, se référer aux cinq volumes intitulés: "Ma paroisse.com", que vous pouvez vous procurer en envoyant un mail à : olivier.gaignet@yahoo.fr

mercredi 31 mai 2017

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 2.060 : A l'aube d'une nouvelle vie...

Il y a déjà de nombreuses années, ma plus jeune soeur, Agnès, aimait dire avec humour : "Chez nous, parmi les frères et soeurs, il n'y a plus que le petit dernier qui travaille !"
Agnès, la plus jeune de mes frères et soeurs, a pourtant 15 ans de moins que moi ; mais elle est déjà en retraite depuis un certain temps. C'est la situation de mes cinq frères et soeurs, tandis que moi, l'aîné, le "petit dernier" en effet sur ce point, je suis toujours "en service" ; et souvent 12 heures par jour, presque sept jours sur sept.
Je repense encore à la réaction d'un cardiologue de Cholet, incrédule lorsque je lui ai appris que j'étais toujours au travail : "Non,à 73 ans, ce n'est pas possible ! Quelle est au juste votre fonction ? Des petits coups de main de temps en temps, pour ne pas vieillir trop vite ?" Mais lorsque je lui ai dit ce qu'il en était réellement, avec des réunions quasiment tous les soirs, etc..., il s'est presque fâché : "Mais, ce n'est pas normal ! On n'est plus au 19° siècle !  Il ne faut pas vous laisser faire comme ça ! Quand vous serez malade, ce n'est pas votre patron-évêque qui viendra vous border dans votre lit ! Réagissez !  Faut pas vous laisser exploiter !"  J'en suis resté pantois !
Et pourtant, j'ai fait l'expérience que le travail ne tue pas !  Un an après cette 1° visite mémorable chez ce cardiologue, lorsque celui-ci m'a ausculté à nouveau, puis, regardé mes analyses de sang, constaté que je n'avais plus de diabète ni tension, à nouveau tout étonné, me constatant en bonne santé, il m'a gratifié d'un sonore : "Félicitations !" comme je n'en avais jamais entendu de ma vie, du moins de la part d'un médecin !  Comme quoi... Il est vrai que j'avais suivi ses conseils à la lettre, particulièrement concernant l'alimentation ; avec une perte de 8 kgs qui m'a été très profitable !
Venons-en au fait : samedi dernier, j'ai appris officiellement que je quitterais Mortagne et St Laurent en septembre prochain. Ce ne sera pas sans regret bien sûr, car j'ai été profondément heureux sur cette dernière paroisse de mon existence sacerdotale ; comme d'ailleurs dans tous les ministères que j'ai eu le bonheur d'exercer durant 50 ans, en pas moins de 12 endroits différents.
Mais il faut savoir retirer l'échelle et laisser la place à du sang neuf. J'ai toujours trouvé tragique et un peu dérisoire l'attitude de ceux qui ne veulent pas décrocher, alors que nul n'est irremplaçable... En tout cas, je suis enchanté, comme la plupart des paroissiens, de savoir que le curé qui va me succéder est un homme d'ouverture, qui a été comme moi missionnaire en Afrique durant de nombreuses années. C'est un fils de Vatican II, qui a eu des responsabilités diocésaines en monde rural et sait travailler avec des laïcs.
Quant à moi, j'ai la chance de rejoindre la côte et le bord de la mer, en septembre prochain, non loin d'ailleurs de mes nombreux amis des Sables d'Olonne où j'ai passé dix belles années, à Bourgenay.
J'entamerai alors une nouvelle vie, avec au programme : prière, action de grâce, contemplation, rencontres, gratuites, services et engagements divers, mais paisibles et mesurés, au sein de la société et de l'Eglise...
Pour ces cinquante années de vie sacerdotale et pour les innombrables personnes rencontrées, merci Seigneur !
Et pour le temps qui vient également, par avance, merci Seigneur !

0 commentaires: