Bienvenue !

Vous avez des choses à dire...
Vous vous posez des questions, pour donner un sens à votre vie...
Vous cherchez un espace d'échange convivial pour exprimer ce que vous ressentez...
Vous attendez des réponses à vos questions...


...Alors, en réponse à vos attentes, la paroisse Montfort sur Sèvre en Vendée ouvre ce blog et vous propose de vous exprimer librement.
Ici, tout pourra être dit dans les limites de la courtoisie et du respect mutuel.

Merci d'avance de votre participation.


Depuis novembre 2007, le Père Olivier Gaignet partage sur son blog ses réflexions sur Dieu et sur l’Eglise. bien sûr,
mais aussi sur la marche du monde. Il nous invite à réfléchir à des thèmes aussi essentiels que : notre société, les autres religions,
la télé, la politique, l’art, sans oublier ses propres paroissiens.
Les billets des cinq premières années (de novembre 2007 à septembre 2012 )ne figurent plus sur ce blog. Pour les consulter, se référer aux cinq volumes intitulés: "Ma paroisse.com", que vous pouvez vous procurer en envoyant un mail à : olivier.gaignet@yahoo.fr

dimanche 18 décembre 2011

Le Blog du Curé de Fontenay-le-Comte n° 1.313 : Silence, sur la place du Marché

Comme l'explique Monique, la responsable de l'antenne fontenaisienne de la Pastorale des Migrants, "pour la 2° fois se tient à Fontenay-le-Comte, devant les halles, un Cercle de silence, ouvert à tous ceux qui rejettent le traitement inhumain réservé aux migrants, du seul fait qu'ils n'ont pas - ou plus - de papiers en règle. Notre silence veut interpeller sur l'égal respect dû à tous les hommes : les étrangers autant que nous-mêmes ou que les personnes qui font la loi ou la font appliquer."
Pendant une heure donc, ce samedi matin, autour d'un noyau dur d'une soixantaine de personnes, une bonne quarantaine d'autres, sinon plus, se sont joints à ce Cercle, pour quelques minutes ou davantage. Des gens de tous bords, des militants de divers mouvements et associations, des élus, des personnes venant aussi des cantons environnants ; des migrants également, originaires d'Arménie, de l'Afrique... Et cela, en plein marché de Noël, tandis que la foule se pressait autour de nous, sur la place, en quête de nourriture et de cadeaux à partager.
Au-dessus du Cercle de silence, une guirlande-enseigne symbolique souhaitant à tous "Joyeuses Fêtes", ce souhait étant enveloppé de sept étoiles lumineuses, sept, le chiffre parfait ! L'étoile pouvant rappeler aux chrétiens l'éclairage divin qui peut conduire les hommes d'aujourd'hui, comme jadis les Mages, sur le chemin de la rencontre avec le Sauveur.
De tels symboles n'ont pas manqué, autour de ce Cercle de silence :
- cette guirlande "Joyeuses Fêtes", nous invitant à n'oublier personne, pas même les migrants, dans nos festivités de fin d'année
- les étoiles : même si la guirlande n'exprimait pas un souhait de "Joyeux Noël", la présence des étoiles nous permettait cependant de nous en souvenir et de nous y référer
- ce silence profond d'une centaine de personnes en faveur d'un accueil des personnes déplacées dans notre bergerie française et européenne qui soit meilleur que celui reçu jadis, par Joseph et Marie, dans l'aubergerie de Bethléem
- ce silence faisant référence, pour les chrétiens, à Jésus-enfant, du terme latin "in-fans", qui signifie : "celui qui ne sait pas parler" ; Jésus, celui qui est venu dans le silence pour nous crier son appel à l'ouverture vers le ciel et à la fraternité
- ce questionnement, adressé à tous, témoin ce dialogue entendu : "Qu'est-ce qui se passe ici ?" "Oh ! Ca doit être une marche pour les immigrés, ou quelque chose comme ça..." Une "marche" à la façon de celle de Jésus dans son berceau, en silence, et sans bouger ; mais une marche qui a fait bouger le monde et continuera de le faire avancer !
- et ce gamin qui s'est arrêté, l'air interdit, et qui a enlevé son bonnet, tant ça avait l'air recueilli
- tout cela au son d'un accordéon tout proche, dont la musique a pu aussi rendre plus festive et nourrir notre réflexion et notre prière, tel cet air, parmi d'autres : "C'était le temps des fleurs, on ignorait la peur, les lendemains avaient un goût de miel..." (Dalida ?)
- des gens traversaient le Cercle de silence avec leur caddy, sans trop se rendre compte de ce qui se passait ; comme quoi, cela ne faisait peur à personne
- cet enfant arrivant en trombe avec sa trottinette et s'arrêtant pile devant la petite flamme posée au centre du Cercle, puis, demeurant alors au moins une minute à la contempler avant de repartir : quel symbole étonnant ! Et si cette petite lumière s'était aussi, hier, emparée de lui ?
- tandis que la sono des commerçants de la rue des Loges invitait chacun à des dégustations d'huîtres, de marrons grillés, de gaufres ou de barbe à papa, sans oublier le vin chaud : le père noël, c'était la rue d'à côté !
Un dernier air de cornemuse en fond de tableau, puis, Monique remercie chacun pour ce temps fort de silence et de fraternité. Rendez-vous est donné au prochain Cercle de silence, le samedi 12 mai.
Tiré de la 2° lecture de ce 4° dimanche de l'Avent : "Oui, voilà le mystère qui est maintenant révélé : il était resté dans le silence depuis toujours, mais aujourd'hui, il est manifesté." (Romains 16/25-26)

0 commentaires: