Bienvenue !

Vous avez des choses à dire...
Vous vous posez des questions, pour donner un sens à votre vie...
Vous cherchez un espace d'échange convivial pour exprimer ce que vous ressentez...
Vous attendez des réponses à vos questions...


...Alors, en réponse à vos attentes, la paroisse Montfort sur Sèvre en Vendée ouvre ce blog et vous propose de vous exprimer librement.
Ici, tout pourra être dit dans les limites de la courtoisie et du respect mutuel.

Merci d'avance de votre participation.


Depuis novembre 2007, le Père Olivier Gaignet partage sur son blog ses réflexions sur Dieu et sur l’Eglise. bien sûr,
mais aussi sur la marche du monde. Il nous invite à réfléchir à des thèmes aussi essentiels que : notre société, les autres religions,
la télé, la politique, l’art, sans oublier ses propres paroissiens.
Les billets des cinq premières années (de novembre 2007 à septembre 2012 )ne figurent plus sur ce blog. Pour les consulter, se référer aux cinq volumes intitulés: "Ma paroisse.com", que vous pouvez vous procurer en envoyant un mail à : olivier.gaignet@yahoo.fr

samedi 3 mars 2018

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 2147 : Est-ce que Dieu va me pardonner mes péchés ?

En tant que prêtres, nous entendons souvent, de la part de nombreuses personnes, et pas seulement au moment des (rares) confessions, mais surtout lors d'échanges inter-personnels, cette question angoissée qui tourmente nombre de coeurs : "Quand je pense à tout ce que j'ai fait de mal, je me demande si Dieu va bien me pardonner tout cela !"
La liste de ces fautes, vous la connaissez aussi bien que moi : "je ne vais pas à la messe tous les dimanches", "il m'est arrivé de tromper ma femme, mon mari", "je suis brouillée avec un frère, ou un de mes enfants", "je n'arrive pas à pardonner à X...qui m'a fait du mal", "avec mon mari, on a utilisé le préservatif", et j'en passe...
Et Dieu, là-dedans ?  Qu'en pense-t-il ?  Comment nous regarde-t-il ?  Après tout cela, on se sent mal à l'aise pour le prier, avec l'impression de lui avoir été infidèle, de nous être caché de lui.
Et nous voici plongé dans une inquiétude profonde, qui parasite et plombe notre existence !   Dieu nous rejette-t-il ?  Nous tourne-t-il le dos ?  Ne pense-t-il qu'à nous envoyer un jour au purgatoire, si ce n'est en enfer, pour nous faire expier tout cela, car nous l'aurions bien mérité ?
Attention !  C'est là qu'il faut éviter d'en rester à ce que l'on nous a appris durant notre enfance ; c'était alors une autre époque !  Mais depuis, sous l'action de l'Esprit-Saint, s'est réalisée, dans l'Eglise, une belle redécouverte de la Bible, ainsi que de la primauté de la parole de Dieu sur toutes nos lois.
Justement, les lectures que la liturgie de ce samedi 3 mars nous proposent ne peuvent qu'apaiser notre coeur. Je vous invite fortement à les lire et à les savourer. J'en tire seulement ces quelques extraits :

-  le prophète Michée (7/14-20)  :  "Dieu ne s'obstine pas toujours dans sa colère, mais se plaît à manifester sa faveur. Dieu, tu nous montreras ta miséricorde, tu fouleras aux pieds nos crimes, tu jetteras au fond de la mer tous nos péchés."
A ce propos, cela me rappelle, lorsque les Juifs avaient le bonheur d'avoir leur synagogue située au presbytère des Sables d'Olonne, à 50 m de la mer, ce qui se passait, et j'en ai été alors l'heureux témoin, à la suite de Rosh Hashana (le nouvel an civil, selon le calendrier hébraïque), lors de la fête de Yom Kippour (le Grand Pardon) : les péchés de l'année écoulée étaient alors symboliquement "envoyés au loin", par le fait de jeter dans la mer de petits bouts de pain, qu'ils sortaient de leurs poches (hors d'eux-mêmes...) ou quelques gouttes de vin.

-  le psaume 102 (103) est très clair également :
"Bénis le Seigneur, ô mon âme, car il pardonne toutes tes offenses.
Il n'est pas pour toujours en procès, ne maintient pas sans fin ses reproches.
Il n'agit pas envers nous selon nos fautes, ne nous rend pas selon nos offenses.
Aussi loin qu'est l'orient de l'occident, il met loin de nous nos péchés."  ("envoyés au loin", dans la mer)

-  la parabole du Père qui pardonne au fils prodigue : avant même qu'il n'ait eu le temps de finir sa confession, sans même lui faire la plus petite remontrance, sans le condamner en rien à faire du purgatoire, et encore moins à aller en enfer, malgré la gravité de son péché, le Père introduit tout de suite le fils pécheur dans son paradis d'amour.  Pourquoi donc diverses "lois" d'une certaine forme d'Eglise semblent-elles plus strictes que l'attitude proposée par Jésus ?

Alors, ne nous laissons pas écraser par nos scrupules, ni démolir par une fausse peur d'un Dieu méchant. Méditons et savourons ces trois merveilleuses Paroles du Seigneur, et laissons-le nous convertir, et nous pardonner sans fin !  

0 commentaires: