Bienvenue !

Vous avez des choses à dire...
Vous vous posez des questions, pour donner un sens à votre vie...
Vous cherchez un espace d'échange convivial pour exprimer ce que vous ressentez...
Vous attendez des réponses à vos questions...


...Alors, en réponse à vos attentes, la paroisse Montfort sur Sèvre en Vendée ouvre ce blog et vous propose de vous exprimer librement.
Ici, tout pourra être dit dans les limites de la courtoisie et du respect mutuel.

Merci d'avance de votre participation.


Depuis novembre 2007, le Père Olivier Gaignet partage sur son blog ses réflexions sur Dieu et sur l’Eglise. bien sûr,
mais aussi sur la marche du monde. Il nous invite à réfléchir à des thèmes aussi essentiels que : notre société, les autres religions,
la télé, la politique, l’art, sans oublier ses propres paroissiens.
Les billets des cinq premières années (de novembre 2007 à septembre 2012 )ne figurent plus sur ce blog. Pour les consulter, se référer aux cinq volumes intitulés: "Ma paroisse.com", que vous pouvez vous procurer en envoyant un mail à : olivier.gaignet@yahoo.fr

mercredi 12 juillet 2017

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 2.082 : Approche de l'Islam avec Malika, le 2 juillet

Lors de la journée jubilaire du 2 juillet, une intervention a été particulièrement remarquée, celle de Malika, intellectuelle sablaise de  haut niveau, de culture musulmane, membre fondateur du groupe inter religieux du Pays des Olonnes.  On m'a réclamé ce  texte, je vous le partage :

Olivier, je voudrais dire toute la joie qui est mienne d'être ici et de fêter avec vos amis, votre famille ces 50 ans d'ordination.  Cette joie est d'autant plus forte que j'ai eu le bonheur de vous connaître aux Sables d'Olonne et d'apprécier votre ouverture d'esprit, votre combat inlassable mené, notamment au sein du groupe inter religieux qui s'était créé et dont vous avez été une des chevilles ouvrières, pour construire des ponts, oeuvrer à une spiritualité digne de ce nom, autrement dit largement ouverte sur l'autre.  J'ai vite compris aussi que ce dialogue inter religieux qui vous tenait à coeur s'inscrivait dans une démarche plus large, celle du combat pour les droits de l'Homme, de tous les Hommes et la reconnaissance d'une altérité source de richesse.  Pour cela, je voulais vous dire toute mon admiration, toute mon estime, et grand merci Olivier pour tous ces moments d'amitié partagés.

Des graines ont été semées qui continuent à porter fruits, j'en suis sûre.  Force est de constater cependant que ce vivre ensemble apaisé, qui a prévalu aussi dans d'autres villes de France, bat de l'aile depuis quelque temps un peu partout.  Des schémas de pensée réducteurs, des replis identitaires occupent le devant de la scène, face à l'émergence de cet Islam radical, idéologie politique violente et sectaire, allant jusqu'à égorger un prêtre, comble de l'horreur, et fauchant des dizaines de vies innocentes.  Idéologie soutenue, comme l'ont mentionné nombre de spécialistes, par l'Arabie Séoudite et le Qatar, et qui trouve naturellement des éléments fragilisés et discriminés parmi les jeunes dans nos banlieues, pour passer à l'acte.  Sans oublier une géopolitique désastreuse menée depuis des décennies.

Une approche superficielle des choses n'a pas de mal dès lors, à laisser entendre qu'il s'agit là, somme toute, d'un choc des civilisations, l'islam étant par nature essentiellement incompatible avec les "valeurs occidentales".  D'où l'urgence, la nécessité d'une meilleure approche de l'Islam, d'un enseignement digne de ce nom du fait religieux. Non pour contrecarrer la laïcité, qui est un acquis incontournable, mais pour l'épauler au mieux.

Apprendre par exemple que le Coran s'est nourri de textes apocryphes des traditions juives et chrétiennes n'est pas négligeable, comme l'a mentionné l'émission d'Arte sur le sujet, proposée par Gérard Mordillat et Jérôme Prieur.  Il n'est pas négligeable d'apprendre aussi que l'Islam au Moyen-âge avait développé une théologie sophistiquée où tout un courant rationaliste et d'avant-garde a eu droit de cité avant que ne s'impose l'orthodoxie.

Mohammed Arkoun, islamologue éminent, avait nourri l'espoir dans les années 80 d'oeuvrer à une exégèse du fait coranique adaptée à notre temps, en enseignant toute cette richesse théologique et philosophique, nourrie de la pensée grecque, dans un Institut basé à Strasbourg.  Il était soutenu dans sa démarche par d'éminentes personnalités, notamment le philosophe Paul Ricoeur ou André Chouraqui.  Malheureusement il n'y eut pas de suite, un Institut a été créé et financé par l'Arabie Séoudite.  Cela est d'autant plus regrettable que non seulement l'Islam aurait trouvé là les éléments nécessaires joints à ceux qu'offrent les sciences sociales, l'histoire, l'anthropologie, la linguistique pour que s'opère une exégèse digne de ce nom permettant son ancrage dans la modernité.  Cela aurait permis aussi de changer le regard porté sur cette religion et d'endiguer cette perversion de l'Islam.

Changer le regard, c'est aussi enseigner la richesse de la civilisation arabe et de son apport à  l'Europe dans de multiples domaines, scientifique, philosophique, mais aussi artistique.  J'ai eu l'occasion de donner une conférence à l'Institut catholique d'Angers sur le sujet et ai pu constater la surprise créée.  Autant d'éléments qui ne peuvent que contribuer à un vivre ensemble apaisé et à fonder un Islam ouvert sur l'autre, riche de sa spiritualité.

Pour terminer, je rappellerai que Jésus occupe une place éminente dans le Coran.  Il est dit : "Nous t'annonçons la bonne nouvelle d'un Verbe émanant de Dieu, son nom est le Messie, Jésus fils de Marie, illustre en ce monde et dans la vie future."

Je rappellerai qu'à la mosquée des Omeyades, à Damas, l'un des minarets est appelé minaret de Jésus et que c'est la tête de Jean-Baptiste située dans un mausolée que vénéraient, jusqu'à une date récente, les pèlerins venus de partout.

Pour vous honorer Olivier, j'ai relevé quelques citations d'Amadou Hampâté Ba, soufi malien très connu, pays où vous avez été prêtre  :

-  "Que notre amour ne soit pas centré sur nous-mêmes.  Qu'il ne nous pousse pas à n'aimer que ce qui nous ressemble ou à n'épouser que les idées semblables aux nôtres.  N'aimer que ce qui nous ressemble, c'est s'aimer soi-même, ce n'est pas aimer."

-  "Celui que l'on considère comme infidèle n'en est pas moins homme et ne peut être exclu de l'amour divin.  Pourquoi le serait-il du nôtre ?"

-  "L'arc-en-ciel doit sa beauté aux tons variés de ses couleurs.  De même, nous considérons les voix des divers croyants qui s'élèvent de tous les points de la terre, comme une symphonie de louanges à l'adresse de Dieu."

-  "Tu gagnerais énormément à connaître les diverses formes de religion.  Croire que sa race ou sa religion est seule détentrice de la Vérité est une erreur."

_____________

Je vous communique ci-dessous ce que Malika vient de nous envoyer, en lien avec son intervention : 



Voici aussi le très beau poème du grand mystique andalou Ibn Arabi du XIIIe siècle :     


"Mon coeur peut désormais prendre toute forme :
Une prairie pour gazelles, un cloître pour moines,
Un sanctuaire pour les idoles, une Ka'aba pour les pèlerins.
Les tables de la Torah et le livre du Coran.
Je pratique une religion d'Amour :
vers quelque point où se dirige la caravane de l'Amour,
Là est ma foi et là ma religion."

0 commentaires: