Bienvenue !

Vous avez des choses à dire...
Vous vous posez des questions, pour donner un sens à votre vie...
Vous cherchez un espace d'échange convivial pour exprimer ce que vous ressentez...
Vous attendez des réponses à vos questions...


...Alors, en réponse à vos attentes, la paroisse Montfort sur Sèvre en Vendée ouvre ce blog et vous propose de vous exprimer librement.
Ici, tout pourra être dit dans les limites de la courtoisie et du respect mutuel.

Merci d'avance de votre participation.


Depuis novembre 2007, le Père Olivier Gaignet partage sur son blog ses réflexions sur Dieu et sur l’Eglise. bien sûr,
mais aussi sur la marche du monde. Il nous invite à réfléchir à des thèmes aussi essentiels que : notre société, les autres religions,
la télé, la politique, l’art, sans oublier ses propres paroissiens.
Les billets des cinq premières années (de novembre 2007 à septembre 2012 )ne figurent plus sur ce blog. Pour les consulter, se référer aux cinq volumes intitulés: "Ma paroisse.com", que vous pouvez vous procurer en envoyant un mail à : olivier.gaignet@yahoo.fr

mercredi 2 novembre 2016

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 2.007 : Au cimetière en famille

Après un repas sympathique en famille, le jour de la Toussaint, nous nous sommes rendus au cimetière du Gué de Velluire pour y honorer nos parents et connaissances. Auparavant, mes soeurs avaient déjà placé de superbes potées de chrysanthèmes sur les tombes des personnes les plus chères. Un beau-frère avait arrangé et consolidé la tombe de nos parents. Nous comptions passer un peu de temps dans ce cimetière, mais y sommes restés pas loin de 2 heures, sous un soleil éclatant.
Sans cesse, un va-et-vient permanent de connaissances, parfois perdues de vue depuis longtemps : la joie de se revoir, de se saluer, d'échanger des nouvelles des uns et des autres, de parler des défunts comme des vivants.
Réaction générale, en un lieu pourtant synonyme de douleur et de mort : "Qu'est-ce qu'on est bien dans ce cimetière !"  "Il est drôlement bien situé, avec une vue superbe sur le marais." "Quand on était petites, on aimait bien y venir, déjà."  "Avec toutes ces fleurs, tous ces chrysanthèmes qui ornent les tombes, que de jolies couleurs, quelle beauté !"
Et tout en faisant le tour des tombes, tout en évoquant devant chacune la vie et le souvenir des défunts y reposant, nous voici saluant tour à tour d'anciens copains d'école perdus de vue depuis longtemps, des voisins de jadis, monsieur le Maire, des croyants comme des non croyants, des cousins ou autres : tout ce qui a fait jadis notre vie en commun dans cette petite commune perdue du Sud-Vendée ; mais dont les enfants sont répartis dans tous les coins de France à présent, quand ce n'est pas à l'étranger...
Et nous nous sommes dit : finalement, c'est un peu normal de se sentir bien dans un cimetière. En effet, pourquoi devrions-nous arborer des figures sinistres ou des têtes de mort en cheminant dans les allées, de tombe en tombe ?  Cela, les Juifs l'ont bien compris, puisque "cimetière", en hébreu, cela signifie "La Maison des Vivants" !  D'ailleurs, l'une des personnes rencontrées a glissé cette phrase toute brève, que je me suis empressé d'enregistrer : "Moi, je leur parle !"
Voilà pourquoi on aime vivre parfois ce passage dans les cimetières, surtout à l'occasion des fêtes de la Toussaint. Parce que ce n'est pas cette épouvantable faucheuse qu'est la mort que l'on y rencontre, mais des hommes et des femmes qui ont vécu, qui ont agi, qui ont aimé et été aimés ; enfants et vieillards, soldats fauchés dans leur jeunesse, dont la mairie a fait heureusement repeindre les noms glorieux sur le monument aux morts au centre du cimetière ; mais aussi, couples, notables et pauvres gens.
J'en ai profité pour regarder de près ce qui sera ma propre tombe, dans la concession offerte depuis toujours par la mairie aux prêtres originaires du Gué de Velluire, dans un tombeau qui date de près d'un siècle, et où reposent déjà plusieurs prêtres de la famille Gaignet.
Les cimetières donnent finalement à méditer à propos du sens de la vie, de son contenu et de sa durée. Mystère indicible, bribes d'histoire, invitant au respect par rapport à ces vies enfouies dans l'épaisseur du temps.
Une petite prière, afin que toutes ces vies, belles ou difficiles, trouvent, au bout du temps, leur accomplissement total en Dieu, le Père de tous les Vivants.

0 commentaires: