Bienvenue !

Vous avez des choses à dire...
Vous vous posez des questions, pour donner un sens à votre vie...
Vous cherchez un espace d'échange convivial pour exprimer ce que vous ressentez...
Vous attendez des réponses à vos questions...


...Alors, en réponse à vos attentes, la paroisse Montfort sur Sèvre en Vendée ouvre ce blog et vous propose de vous exprimer librement.
Ici, tout pourra être dit dans les limites de la courtoisie et du respect mutuel.

Merci d'avance de votre participation.


Depuis novembre 2007, le Père Olivier Gaignet partage sur son blog ses réflexions sur Dieu et sur l’Eglise. bien sûr,
mais aussi sur la marche du monde. Il nous invite à réfléchir à des thèmes aussi essentiels que : notre société, les autres religions,
la télé, la politique, l’art, sans oublier ses propres paroissiens.
Les billets des cinq premières années (de novembre 2007 à septembre 2012 )ne figurent plus sur ce blog. Pour les consulter, se référer aux cinq volumes intitulés: "Ma paroisse.com", que vous pouvez vous procurer en envoyant un mail à : olivier.gaignet@yahoo.fr

mardi 16 août 2016

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1.975 : A toi, curé !

J'ai trouvé tellement beau le texte d'Yvon Etienne reçu hier 15 août, en commentaire du billet n° 1970 de ce blog, que je suis heureux de le proposer à votre méditation.
Un bel hommage à la vie de curé du P. Jacques Hamel !
Et peut-être aussi, même si nous ne le méritons pas vraiment, à tous les curés...
Avec un très grand merci à Didier !


Comme en écho à l'article du 4 août, me sont revenues les paroles de la chanson "Curé" d'Yvon Etienne, un chanteur Breton, qui nous amusait au début des années 80, mais qui savait aussi nous faire grandir avec de beaux textes comme celui là.
Merci pour le blog.

Didier Baudry



Curé,

Sous un ciel détrempé
Tu vas je ne sais où
Emportant avec toi
Des paroles sacrées
De ta route trop vieille
Tu iras jusqu'au bout
En laissant derrière toi
Une trace d'amitié

Tu n'as jamais bien su
Quel était ton vrai rôle
Un ange personnifié
Un apôtre déchu
Ce que tu as compris
Ce n'était pas bien drôle
Tout au long de ta vie
De génie méconnu

Avec les enfants tu sais être le maître
Le maître d'une école où ils n'iront jamais
Ou bien en revenant de la guerre peut-être
S'ils n'ont pas trop marché dans le sang des damnés

Avec les jeunes tu sais être le frère
Le frère d'une famille qui n'a plus de parents
Le frère compréhensif qui sait encore se taire
Quand dans leur vie morose il fait du mauvais temps

Avec les vieux tu sais toujours être là
Pour réconforter ceux, ceux qui ne savent plus
Vivre en ami très sûr et de vie à trépas
Pour se faire passer préfèrent t'avoir connu

Et c'est bien souvent ceux que tu n' regardes pas
Que tu crois ennemis et qui viennent vers toi
Qui suivent de leur mieux le chemin de tes pas
Bien sûr qu'ils ne croient plus au même Dieu que toi

Mais laisse-moi te dire, moi, je suis infidèle
Je ne suis pas dévot, ni croyant, ni méchant
Je crois autant que toi que la vie peut être belle
Je me crois ton ami, ton proche et pourtant

Le jour où las de vivre toi tu partiras
Quand tu auras fini ton voyage chez nous
Je fleurirai ta tombe et je te pleurerai
Curé je t'aime bien car tu es près de nous

Je fleurirai ta tombe et je te pleurerai
Curé je t'aime bien car tu es près de tout