Bienvenue !

Vous avez des choses à dire...
Vous vous posez des questions, pour donner un sens à votre vie...
Vous cherchez un espace d'échange convivial pour exprimer ce que vous ressentez...
Vous attendez des réponses à vos questions...


...Alors, en réponse à vos attentes, la paroisse Montfort sur Sèvre en Vendée ouvre ce blog et vous propose de vous exprimer librement.
Ici, tout pourra être dit dans les limites de la courtoisie et du respect mutuel.

Merci d'avance de votre participation.


Depuis novembre 2007, le Père Olivier Gaignet partage sur son blog ses réflexions sur Dieu et sur l’Eglise. bien sûr,
mais aussi sur la marche du monde. Il nous invite à réfléchir à des thèmes aussi essentiels que : notre société, les autres religions,
la télé, la politique, l’art, sans oublier ses propres paroissiens.
Les billets des cinq premières années (de novembre 2007 à septembre 2012 )ne figurent plus sur ce blog. Pour les consulter, se référer aux cinq volumes intitulés: "Ma paroisse.com", que vous pouvez vous procurer en envoyant un mail à : olivier.gaignet@yahoo.fr

lundi 16 mai 2016

Le Blog de l'Arche de Noé 86, n° 1.940 : Une "Terre promise", mais à qui exactement ?

A qui appartient donc cette terre ? Voilà bien une question qui nous a taraudés en permanence, tandis que nous allions de long en large à travers ce que l'on appelle la "Terre sainte", et qui représente, pour des Juifs (d'un certain courant, mais pas tous) la "Terre promise" !  En entendant tel frère Juif nous expliquer que ce pays avait été "promis" par Dieu aux enfants d'Israël au moment de la sortie d'Egypte et au temps de l'Exode, en constatant comment tant de familles Palestiniennes, implantées sur ce territoire parfois depuis des siècles, en étaient expulsées, en passant et repassant auprès de ce mur hideux séparant en deux ce pays, un après-midi, nous avons décidé de nous arrêter afin de prendre le temps de rechercher un éclairage biblique par rapport à cette notion de "Terre promise" : promise à qui, et pourquoi ?
Je voudrais poursuivre aujourd'hui la réflexion déjà entamée sur le billet n° 1.932, en date du 7 mai dernier.

Nous avons pris conscience qu'il peut y avoir deux façons de lire cette promesse de Dieu :

-  soit de manière littérale : "c'est écrit dans la Bible", et c'est vrai, et répété de nombreuses fois. Je n'en donne qu'un seul exemple, parmi des dizaines d'autres déclarations du même type : "Vous allez traverser le Jourdain pour conquérir le pays que Yahvé votre Dieu vous donne ; vous le posséderez et vous y habiterez." (Deutéronome 11/31)  A partir de là, surtout devant le fait que cette promesse se trouve réitérée de nombreuses fois, comment ne pas être persuadé que cette terre a bien été promise par Yahvé à Israël ?  Et alors, comment ne pas en tirer toutes les conséquences, fort de sa bonne foi et de l'appui de Yahvé !

-  cependant, une autre approche des textes est sans doute à prendre en compte, à partir de réflexions telles que celles-ci : pourquoi les Hébreux ont-ils reçu la Terre promise ?  Dans quel but leur a-t-elle été "donnée" ? Pour qu'ils puissent en profiter, et eux seuls ?  Parce qu'ils seraient meilleurs que les autres peuples ?  Supérieurs à eux ?  Plus proches qu'eux du coeur de Dieu ?  En fait, il semble bien que lorsque Yahvé leur promet une terre, à eux qui étaient exilés et en esclavage en Egypte, c'est une façon de leur faire entrevoir qu'il leur promet la liberté,  une existence nouvelle sur une nouvelle terre, et de leur faire comprendre qu'il leur offre le salut.  Et aussi, qu'il met à leur disposition un territoire sur lequel, avec les autres habitants cela s'entend, ils auront mission de la bâtir, cette Terre promise, et d'en faire un monde meilleur que celui dans lequel ils ont souffert en Egypte.  Au fond, l'expression "Terre promise" n'est sans doute pas à prendre de façon uniquement littérale, mais dans un sens symbolique.

Quelques textes à présent, que nous avons relus ensemble à Jérusalem, et qui appuyent cette analyse ; tout en faisant ressortir que, si l'on trouve nombre de versets  disant que le pays appartient à Israël, de nombreux autres disent ensuite comment le peuple "élu" doit s'y comporter. Nous avons d'ailleurs, à ce moment-là, pris conscience des nombreuses différences et contradictions qui peuvent exister entre les divers récits du Pentateuque, parfois à quelques versets d'écart seulement.  Mais ces écrits ont été rédigés, adaptés, remaniés, nous dit l'exégèse, par tant de rédacteurs et de commentateurs différents...

===  Lévitique 25/23 : "La terre ne vous appartient pas ; elle appartient à Dieu."
===  Deutéronome 23/8 et 10 : "Tu n'auras pas de haine pour l'Edomite, car il est ton frère. Tu n'auras pas de haine non plus pour l'Egyptien, car tu as été étranger dans son pays. A la troisième génération, leurs descendants pourront entrer dans la communauté de Yahvé. Lorsque tu partiras en campagne contre tes ennemis, tu veilleras à ne commettre aucune action mauvaise."
===  Deutéronome 27/17 et 19 :"Maudit soit celui qui déplace la borne de son prochain ! Maudit soit celui qui bafoue le droit de l'immigré !"
===  Isaïe 5/8 : "Malheur à ceux qui entassent maison sur maison, qui accumulent champ après champ jusqu'à ce qu'il n'y ait plus d'espace et que vous restiez seuls pour habiter au milieu du pays."
===  Psaume 39/13 : "Seigneur, je ne suis qu'un hôte sur tes terres, rien qu'un passant, comme ont été mes pères."

On aurait pu citer une multitude de textes bibliques allant dans ce même sens... Rien à voir bien sûr avec la situation actuelle en Israël-Palestine (!)  A chacun de poursuivre cette recherche à sa façon !