Bienvenue !

Vous avez des choses à dire...
Vous vous posez des questions, pour donner un sens à votre vie...
Vous cherchez un espace d'échange convivial pour exprimer ce que vous ressentez...
Vous attendez des réponses à vos questions...


...Alors, en réponse à vos attentes, la paroisse Montfort sur Sèvre en Vendée ouvre ce blog et vous propose de vous exprimer librement.
Ici, tout pourra être dit dans les limites de la courtoisie et du respect mutuel.

Merci d'avance de votre participation.


Depuis novembre 2007, le Père Olivier Gaignet partage sur son blog ses réflexions sur Dieu et sur l’Eglise. bien sûr,
mais aussi sur la marche du monde. Il nous invite à réfléchir à des thèmes aussi essentiels que : notre société, les autres religions,
la télé, la politique, l’art, sans oublier ses propres paroissiens.
Les billets des cinq premières années (de novembre 2007 à septembre 2012 )ne figurent plus sur ce blog. Pour les consulter, se référer aux cinq volumes intitulés: "Ma paroisse.com", que vous pouvez vous procurer en envoyant un mail à : olivier.gaignet@yahoo.fr

jeudi 28 janvier 2016

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1.918 : Journée d'un prêtre qui va sur ses 74 ans, mais toujours en activité maximun

Hier soir, lors d'une rencontre des responsables de la préparation au baptême sur la paroisse, une femme, encore assez jeune, me disait sa surprise de devoir très souvent réagir lorsqu'elle entend des personnes, à mille lieues de la vie de la paroisse évidemment et de ses évolutions, se poser des questions sur ces prêtres qui ne font plus le caté, n'assurent pas tous les enterrements et ne visitent plus les gens systématiquement, "comme autrefois". Et celle-ci d'ajouter : "Je leur dis : "Vous avez vu l'agenda d'un prêtre ?  Vous avez parlé avec lui ? Savez-vous que notre curé a des réunions tous les soirs, souvent jusque vers 23h ?  Et êtes-vous au courant de la multitude des choses sur lesquelles il doit veiller ?"
Tous les ans à peu près, au fil des billets de ce blog, je reviens sur cette question.  Alors, pourquoi ne pas en reparler à nouveau ? Quoique je sais bien que c'est jusqu'à la fin des temps que des gens se plaindront des prêtres, et que se répéteront, sans fin, des questions de ce type.
Comme journée-type, j'ai choisi ce mardi 26 janvier. Après une réunion la veille, qui s'est terminée vers 23h, lever à 6h, comme chaque matin. Je vais vous faire une confidence : à près de 74 ans, chaque fois que sonne mon réveil, je me dis, un peu égoïstement : "Vivement la retraite (à 75 ans), que je puisse enfin dormir tout mon soûl !
Mais tout de suite, il faut y aller. Comme durant la journée, je n'aurai plus une minute de libre, même, la plupart du temps pour faire une sieste reposante, c'est le moment de la prière. Celle du Bréviaire me demande au minimum 30 minutes par jour.  Et suit le moment de l'oraison-méditation (15 à 30 minutes).
Petit déjeuner en dégustant les nouvelles. Puis, une heure pour la messe à 9h, avec arrivée 1/4 d'heure à l'avance, puis, échange avec les personnes présentes, la sacriste ou autres, 1/4 d'heure après.
Arrivée au bureau à 9h45 : deux personnes déjà attendent à ma porte ; je les accueille, mais j'ai dans l'esprit le 1° rendez-vous de la journée, à 10h, avec la dame qui fait le recensement. C'est d'ailleurs pour cette raison que j'ai retenu la journée de mardi pour illustrer ce billet. En effet, je venais à peine de l'accueillir que le téléphone s'est mis à sonner ; et l'on frappait en même temps à ma porte ! C'est cette femme chargée du recensement qui est allée ouvrir, à la grande surprise du paroissien qui cherchait à me rencontrer ! Puis, tandis qu'on remplissait le questionnaire, j'avais l'impression qu'elle était bluffée par ce qu'elle découvrait : "Vous vivez seul dans cette grande maison ?" "Seul ? Voyez vous-même : il y quatre personnes en attente dans le couloir, deux en discussion avec la dame qui tient la permanence au presbytère le mardi matin, une en train d'assurer mon repassage à l'étage, etc..." Ca en fait du monde ! Et c'est souvent comme ça : cette maison est très habitée (!)"
"Quel âge avez-vous ? Vous êtes bénévole ?" Je n'ai pas retenu toutes les questions, mais cela me faisait sourire, tant je lui ai semblé un cas atypique, et tandis que le téléphone continuait de sonner (3 fois durant sa courte présence dans mon bureau). Je crois que, l'un des fruits du recensement, c'est qu'il y aura au moins une personne qui aura pu découvrir que le rôle d'un prêtre, ce n'était pas seulement dire des messes ou faire des enterrements !
A ce sujet, je tiens à remercier les paroissiens habituels qui, eux, ont compris depuis longtemps, même si certains peuvent regretter "l'ancien temps", que le rôle du prêtre, ce n'était plus "comme autrefois" (je ne parle pas de l'autrefois de l'Evangile bien sûr !).
Afin de ne pas être trop long, je suis au regret de passer trop vite sur une multitude de petits faits, visites, coups de fil, mails, sms, qui ont largement émaillé la journée ; ce qui est dommage, car dans cette multitude de choses que l'on peut prendre pour des "détails" que se manifeste la vitalité d'une paroisse. Et particulièrement autour du départ tout proche du Recteur de la Basilique, le Père Efrem.
Deux faits seulement pour terminer : rencontre de deux heures avec un couple qui se prépare au mariage. Puis, en veillée, préparation de la cérémonie du mercredi des Cendres, rencontre que j'ai dû préparer à l'avance pendant près d'une heure, pour chercher comment arriver à renouveler notre façon de faire.  Ensuite, après la prière des Complies, vers 23h30, enfin, extinction des feux !
En enlevant le temps des 3 repas (2h30), en mettant le curseur à partir de 7h, cela donne 14 h sur le pont !  Merci, Seigneur, de m'avoir donné la santé pour cela !
Quand je pense que certains voudraient que le curé fasse les sépultures, assure le caté à leurs enfants !  A 74 ans !  Si vous voulez tuer vos prêtres, dites-le tout de suite !
Depuis Vatican II, le rôle du prêtre a bougé, question d'âge ou non !  Qu'a voulu nous faire comprendre Jésus quand, en son nom, il a envoyé ses 72 disciples en mission ?  Vous vous doutez bien que, déjà, beaucoup auraient préféré que ce soit Jésus lui-même qui vienne à leur rencontre... Mais Jésus en a voulu autrement !  Ne revenons pas là-dessus en 2016 !
L'histoire se renouvelle sans cesse et, si l'on n'a pas médité suffisamment cet épisode de l'Evangile, en Luc, ch. 10, on ne pourra jamais comprendre ce projet de Jésus, déjà si bien mis en oeuvre dans la plupart des Eglises du monde, comme je l'ai vérifié au Mali et ailleurs !