Bienvenue !

Vous avez des choses à dire...
Vous vous posez des questions, pour donner un sens à votre vie...
Vous cherchez un espace d'échange convivial pour exprimer ce que vous ressentez...
Vous attendez des réponses à vos questions...


...Alors, en réponse à vos attentes, la paroisse Montfort sur Sèvre en Vendée ouvre ce blog et vous propose de vous exprimer librement.
Ici, tout pourra être dit dans les limites de la courtoisie et du respect mutuel.

Merci d'avance de votre participation.


Depuis novembre 2007, le Père Olivier Gaignet partage sur son blog ses réflexions sur Dieu et sur l’Eglise. bien sûr,
mais aussi sur la marche du monde. Il nous invite à réfléchir à des thèmes aussi essentiels que : notre société, les autres religions,
la télé, la politique, l’art, sans oublier ses propres paroissiens.
Les billets des cinq premières années (de novembre 2007 à septembre 2012 )ne figurent plus sur ce blog. Pour les consulter, se référer aux cinq volumes intitulés: "Ma paroisse.com", que vous pouvez vous procurer en envoyant un mail à : olivier.gaignet@yahoo.fr

mercredi 30 septembre 2015

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1.877 : Les Anges de Dieu sont parmi nous !

Hier, plusieurs centaines de jeunes, volontaires, de l'institution Saint Gab' - St Michel, emplissaient la Basilique de St Laurent-sur-Sèvre à l'occasion de la messe célébrée en la fête patronale de cet établissement.
A la demande de plusieurs, je mets sur ce blog l'homélie donnée à cette occasion.


HOMELIE  FETE  PATRONALE  SAINT GAB - SAINT MICHEL   (29 sept. 2015)

 Que disait la dernière phrase de l’évangile que nous venons d’entendre ?  C’est Jésus qui déclare à ses disciples : « Vous verrez le ciel ouvert, et les anges de Dieu monter et descendre », entre ciel et terre.

Bon !  On veut bien croire en Jésus, mais jusqu’ici, on n’a pas vu les cieux s’ouvrir, sauf dans les films de Harry Potter.  Nul n’a aperçu non plus le va-et-vient des anges du haut en bas de l’univers et vice-versa.

Pas étonnant, car Jésus employait ici une image, qu’il nous faut relire au second degré.  Dans vos études d’ailleurs, c’est une chose que l’on vous apprend : à distinguer, dans ce que vous voyez ou ce qui vous est présenté, ce qu’il faut lire au 1° ou au second degré.   

 Un ange de Dieu, d’abord, ce n’est pas un être avec des ailes et des plumes, mi-homme et mi-oiseau ;  mais l’image que l’on s’est fait de cet être mystérieux dont nous parlent les Ecritures, planant au-dessus de nous, auprès de nous, pour nous apporter des messages de la part de Dieu, pour nous protéger ; cette image est symbolique de son action.

Pour être concret, le pape François par exemple, n’est-il pas une image éclairante de ce que peut être un ange ?  Avec ses vieux brodequins usagés, il a bien les pieds sur terre, il comprend les problèmes des gens (réfugiés, homosexuels, divorcés-remariés…) ; et, en même temps, il plane de nation en nation, de la plus petite (l’Albanie) jusqu’à la plus grande (les Etats-Unis), délivrant à tous les humains qu’ils rencontre, croyants ou non, la bonne nouvelle de la fraternité entre tous, la bonne nouvelle de la tendresse de Dieu. C’est un ange de l’humanité !

Tel l’archange Gabriel annonçant à la Vierge Marie qu’en elle, le salut des hommes est en route, François nous annonce cette bonne nouvelle que Jésus veut aussi naître en chacun de nous.  Il nous révèle aussi que notre vie a du sens, que nous avons un avenir, qu’il ne faut jamais nous décourager, que chacun de nous, quel qu’il soit et quoiqu’il ait fait, est aimé de Dieu à l’infini.  Gabriel : celui qui révèle les beaux secrets de Dieu !

D’ailleurs, dans le langage courant, ne dit-on pas d’une personne qui nous a dépanné, qui nous a soutenu, au moment d’un deuil ou d’un coup dur par exemple, que c’est un ange ?

 
2° -  La bonne nouvelle, c’est aussi que nous pouvons être guéris, compris, relevés de nos difficultés, de la même façon que l’archange Raphaël a guéri Tobie, qui était aveugle. Rappelez-vous cette scène célèbre de la Bible…

Je pense là au rôle irremplaçable des enseignants et des éducateurs. Ce jeune me disant : « « Pour moi, ce n’était pas facile de comprendre les choses, je me sentais inférieur, pas très doué, moins que les autres ; mais le prof s’est bien occupé de moi, et il m’a vraiment aidé à m’en sortir. »

Le sens du prénom Raphaël, c’est : « Dieu guérit ».  Et, à travers l’attitude des enseignants,  dont le rôle n’est pas toujours simple, c’est la bonne nouvelle, pour chaque élève, pour chaque jeune, qu’il ne sera jamais ni méprisé, ni mis de côté, ni laissé à lui-même.

Et si les enseignants étaient tous des anges, en ce sens-là ?  Après tout, pourquoi pas ?  Hommage à vous, en tout cas, chers enseignants, éducateurs, ou engagés dans les divers services de St Gabriel-St Michel ! Car, à travers votre attitude, c’est la bonne nouvelle de la tendresse de Dieu pour tous, de cette tendresse qui guérit et qui sauve, qui va se communiquer largement !

 
3° -  Quant à l’Archange Michel, c’est, comme cela a été évoqué dans la 1° lecture, celui qui lutte contre les Dragons, c’est-à-dire, contre les anges de la mort, les anges noirs, les anges rebelles, les plus redoutables de tous.  S’il fallait chercher une image, ce serait Daech aujourd’hui, en tant qu’exemple frappant.

Et dans ce grand combat entre le Bien et le Mal, il ne s’agit pas d’une guerre façon Star wars où, comme vous l’avez remarqué, dans cette lutte intergalactique entre les empires qui attaquent et contre-attaquent, il ne coule jamais une goutte de sang, ce à quoi ont tenu les concepteurs de cette série. Mais dans la réalité, malheureusement, il n’en est pas ainsi !

Parlons des victimes de Daech ! Il y a 15 jours, le lundi 14 au soir, je ne sais pas si vous avez eu l’occasion de voir, au journal de 20h, sur France 2, cet incroyable reportage de Franck Genauzeau, qui a embarqué avec des réfugiés en Turquie, sur un vieux rafiot pourri.  Dès le départ, on sent que le moteur peine énormément. Cela se passe en pleine nuit, pour éviter les bateaux-patrouilleurs pouvant les refouler. A la simple lumière de la caméra, l’on sent que les personnes embarquées sont terrorisées ! Une énorme fumée acre se dégage du moteur, empêchant de respirer ; les bébés pleurent, tous ont le mal de mer ; et puis, arrive le pire : l’arrêt du moteur, que l’on n’arrive pas à redémarrer ! Plusieurs essayent de téléphoner, mais les appels ne passent pas ; seul le téléphone cellulaire du journaliste permet d’atteindre quelqu’un.

L’attente est longue ; mais, tout à coup, tous feux éteints, voici que, dans la faible lumière de la caméra, l’on aperçoit un grand yacht sortir de la nuit.  Un seul homme à bord. Il lance un filin sur le rafiot, puis le remorque, à faible allure, jusqu’à la Grèce toute proche.

Face aux dragons du mal, face aux anges de la mort, un ange de lumière a surgi de la nuit. Michel était là, en la personne de son représentant : ce marin grec resté anonyme, qui a simplement déclaré à l’arrivée : « Presque toutes les nuits, je suis appelé ! »  Parce que les anges, c’est en permanence qu’ils sont là, qu’ils nous entourent, invisibles au premier regard ; ils veillent sur nous, en tout lieu et en tout temps !  Vous savez ce que c’est qu’un ange, à présent !

Vous connaissez Jeff Buckley, et cette chanson-phare de Leonard Cohen qu’il a popularisée : « Hallelujah », que l’on entend souvent, entre autres lors des mariages dans les églises. Dans l’une des strophes, il pose la question suivante : « Il y a peut-être un Dieu là-haut ?… »  En fait, Dieu n’est pas « en haut » ; mais il est bien là, vivant au milieu de nous ; et à travers les anges qui nous entourent, c’est bien lui que nous voyons !

A présent, chers amis, c’est à vous de vous mettre à l’action, et tout au long de l’année qui vient ; à vous de vous comporter comme des anges de la fraternité, comme des porteurs de bonnes nouvelles, comme des témoins de la tendresse  de Dieu pour tous ceux que vous êtes appelés à côtoyer.

Avec cette triple mission : comme Gabriel, révéler aux autres que leur vie a un sens important ; comme Raphaël, contribuer à soulager, à guérir les autres de leurs souffrances ; et comme Michel, combattre le mal et faire triompher, comme le fait le pape, le bonne nouvelle de la tendresse de Dieu !

Alleluia !   Hallelujah !

lundi 28 septembre 2015

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1.876 : Rejet des Musulmans et affirmation des racines chrétiennes sont incompatibles

L’évêque d’Ajaccio (Corse), Mgr Olivier de Germay, a réagi dans un éditorial au souhait de certains Corses d’interdire la célébration de la fête de l’Aïd-El-Kébir à Ajaccio, considérant que la Corse étant une terre chrétienne, elle ne pouvait accepter une manifestation trop visible de la foi ou de la culture musulmanes. « Certains vont jusqu’à demander le départ des personnes de religion musulmane », ajoute Mgr de Germay, se sentant, en tant qu’évêque de Corse, « évidemment concerné par ces prises de position » et souhaitant s’exprimer en priorité vis-à-vis de leurs auteurs.
L’évêque d’Ajaccio dit comprendre « que dans le contexte international actuel ils puissent avoir des craintes ». « La radicalisation de nombreux jeunes musulmans est une réalité en France qu’on ne peut ignorer et qui touche aussi la Corse », écrit-il, estimant « irresponsable de fermer les yeux sur ce phénomène qui peut déstabiliser nos sociétés » et « normal de réfléchir aux moyens d’y faire face ».

« Comment défendre la religion chrétienne en ayant une attitude contraire à l’Évangile ? »

« Je voudrais cependant inviter ceux qui seraient tentés par la violence (qu’elle soit verbale ou physique) à ne pas tomber dans le piège du mépris et de l’exclusion, reprend-il. On voit bien aujourd’hui comment des idéologies haineuses peuvent engendrer le chaos. Ne reproduisons pas cette absurdité en Corse ! »
Mgr de Germay invite « ceux qui veulent défendre la culture chrétienne à découvrir la foi sur laquelle elle s’enracine ». « Comment en effet pourrait-on défendre la religion chrétienne en ayant une attitude contraire à l’Évangile ?, s’interroge-t-il. L’éclairage de la foi chrétienne nous permet de reconnaître en toute personne un frère ou une sœur en humanité dont la dignité est inaliénable ».
L’évêque de Corse rappelle que « l’Évangile nous demande de respecter toute personne, quelles que soient ses opinions ou sa religion, parce qu’elle est créée à l’image de Dieu ». « Il existe en Corse de nombreux musulmans, dont beaucoup sont nés sur l’île, qui ne demandent qu’à vivre en paix avec tous, poursuit-il. Si nous les méprisons, cela ne fera que conforter ceux qui sont tentés par la radicalisation. Nous ferions mieux de dialoguer avec eux pour les aider à dissuader ceux qui se laissent influencer par cette idéologie ».
En conclusion, Mgr de Germay invite les Corses à être « capables de vivre ensemble avec (leurs) différences » : « Alors nous pourrons être fiers de nos racines chrétiennes. »



jeudi 24 septembre 2015

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1875 : Jules Saliège, réveille-nous !

Les leçons de l'Histoire !
Voici ce que j'ai reçu ce matin des Réseaux du Parvis
 
Le 23 août 1942, Jules Saliège ordonne la lecture, dans toutes les paroisses de son diocèse, d'une lettre pastorale intitulée Et clamor Jerusalem ascendit.

Monument du Cardinal Jules Saliège, à côté de la cathédrale. Le monument cite sa fameuse lettre.
« LETTRE DE S.E. MONSEIGNEUR L’ARCHEVÊQUE DE TOULOUSE SUR LA PERSONNE HUMAINE
Mes très chers Frères,

> Il y a une morale chrétienne, il y a une morale humaine qui impose des devoirs et reconnaît des droits. Ces devoirs et ces droits tiennent à la nature de l’homme. Ils viennent de Dieu. On peut les violer. Il n’est au pouvoir d’aucun mortel de les supprimer.
> Que des enfants, des femmes, des hommes, des pères et des mères soient traités comme un vil troupeau, que les membres d’une même famille soient séparés les uns des autres et embarqués pour une destination inconnue, il était réservé à notre temps de voir ce triste spectacle.
Pourquoi le droit d’asile dans nos églises n’existe-t-il plus ?
Pourquoi sommes-nous des vaincus ?
Seigneur ayez pitié de nous.
Notre-Dame, priez pour la France.

> Dans notre diocèse, des scènes d’épouvante — l'expression a été remplacée par « émouvantes » après que Mgr Saliège a reçu des pressions — ont eu lieu dans les camps de Noé et de Récébédou. Les Juifs sont des hommes, les Juives sont des femmes. Les étrangers sont des hommes, les étrangères sont des femmes. Tout n’est pas permis contre eux, contre ces hommes, contre ces femmes, contre ces pères et mères de famille. Ils font partie du genre humain. Ils sont nos frères comme tant d’autres. Un chrétien ne peut l’oublier.
> France, patrie bien aimée France qui portes dans la conscience de tous tes enfants la tradition du respect de la personne humaine, France chevaleresque et généreuse, je n’en doute pas, tu n’es pas responsable de ces horreurs — pour la même raison, ce mot a été remplacé par « erreurs ».
Recevez, mes chers Frères, l’assurance de mon respectueux dévouement.
>
Jules-Géraud SALIÈGE
Archevêque de Toulouse
À lire dimanche prochain 23 août 1942

lundi 21 septembre 2015

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1.874 : "Qui accueille un petit en mon nom m'accueille moi-même !" (Marc 9/37)

Je regardais à l'instant le début de l'émission d'une heure consacrée à Michel-Edouard Leclerc sur BFM TV et, ce qui a retenu mon attention, c'est, dès les premières minutes, alors que la 1° question qui lui était posée portait sur l'accueil des réfugiés, M-E Leclerc a répété, au moins trois ou quatre fois, qu'en France, les paroisses étaient très partie prenante dans cet accueil.
Il est vrai que les Eglises, en France, n'ont pas attendu l'appel du gouvernement pour se soucier de ces frères et soeurs en quête d'accueil, de paix et de sécurité !  Pour illustration, il n'y a qu'à voir ce que font la Pastorale des Migrants et le Secours Catholique depuis déjà bien longtemps.
L'appel du pape François à toutes les paroisses et communautés religieuses d'Europe à accueillir une famille a été largement entendu et apprécié ; et il est plus que jamais en train d'être actualisé !
Malheureusement, sur le doyenné des Herbiers, dont fait partie Mortagne-sur-Sèvre, pour reprendre ce qu'a déclaré Yves Auvinet, président du conseil départemental de la Vendée, dans son interview publiée ce lundi dans "Ouest-France" : "C'est vrai, quelques maires, notamment dans le bocage (de racines bien chrétiennes, NDLR), refusent catégoriquement d'accueillir des réfugiés. Mais ce n'est pas le message que donne la Vendée. En fait, une majorité de maires est favorable à cet accueil."
Sur la paroisse, c'est le cas du maire de Mortagne, dont la municipalité offre un logement à une famille.
A St Laurent, honneur aux Filles de la Sagesse, qui ont envoyé également au Préfet leur disponibilité pour accueillir des réfugiés dans un appartement comportant plusieurs chambres, une cuisine, etc... C'était bien la moindre des choses, en cette année du Tricentenaire de la mort du P. de Montfort, leur fondateur, lui qui a si bien su accueillir et servir en son temps les démunis de tout poil.
Le conseil de paroisse a aussi proposé d'offrir, avec mon accord total, une partie de l'immense presbytère de Mortagne, bien peu occupé, pour l'accueil d'une personne ou d'une famille ; ceci, pour un temps de dépannage éventuel, à limiter dès le départ, et en tenant compte de certaines conditions. A la réflexion, cela nous a semblé possible. Mais, le presbytère étant municipal, l'évêché, averti, nous a invité à ne pas risquer d'hypothéquer l'avenir et la liberté du bâtiment, et à respecter l'affectation cultuelle de ce lieu. Réaction compréhensible !  Mais il faudra peut-être poursuivre la réflexion !  En tout cas, cette hypothèse avait séduit les paroissiens, et plusieurs étaient prêts à s'engager pour faire réussir ce projet.
Mettant en pratique cet appel de Jésus dans l'évangile de ce dimanche, hier : "Celui qui accueille un petit en mon nom, c'est moi-même qu'il accueille !" (Marc 9/37)

dimanche 13 septembre 2015

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1.873 : Le péché de Sodome

Voici ce qu'un ami de l'ACAT, Jean-Louis, vient de m'envoyer en ce jour  :

Dans la Bible, le manque d’hospitalité est le péché de la ville de Sodome. Une page du Talmud est d’une singulière actualité : « À cause de leur richesse, les habitants de Sodome devinrent hautains. Ils se dirent les uns aux autres : puisque l’or et l’argent sont abondants dans notre pays, pourquoi devrions-nous autoriser les étrangers à franchir nos frontières, manger et partager ce qui est à nous ? Ils ne feront que prendre ce qui est à nous et il y en aura moins pour nous. Empêchons-les donc d’entrer, et chassons ceux qui sont au milieu de nous dès que possible, particulièrement ceux qui sont pauvres et malades. » Nous savons ce qu’il est advenu de la ville.
Dans quelle société voulons-nous vivre ?
D'après l'hebdo protestant "Réforme".

Ce week-end, aux messes célébrées sur la paroisse, nous avons prié avec l'oraison tirée du rituel liturgique de la messe pour les réfugiés et exilés :

"Seigneur, aucun homme n'est pour toi un étranger, et nul n'est si loin que tu ne puisses le secourir : n'oublie pas les réfugiés, les exilés, les enfants séparés de leur famille ; que prennent fin leurs souffrances, et donne-nous, pour accueillir ceux que le monde rejette, l'amour et le respect que tu leur portes.
Par Jésus, le Christ, notre Seigneur.  Amen !

Voir "Ouest-France" de ce lundi, page de la météo : 1 800 000 Syriens en Turquie, ce pays qui n'est pourtant pas comme la France la "patrie des Droits de l'Homme", contre en France 30.000 seulement, c'est-à-dire 0,04 % de la population française  !!! 
Oh la la !  Quel dangereux raz-de-marée en effet !
Question : qu'est-ce qui se passerait si la Turquie était peuplée de baptisés, comme la France ?



En France, l'étranger n'est ni un problème ni une menace.





 
 
 
 
 
 
 

vendredi 4 septembre 2015

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1.872 : Bravo les cathos pratiquants et les plus de 65 ans !

Dans une enquête réalisée en ces jours, il apparaît que les Français sont majoritairement opposés (56%) à l'accueil des migrants, y compris de ceux qui sont chassés par Daech !!!  C'est à s'arracher les cheveux !  Et parmi ceux qui ont peur, une majorité de jeunes : 63% des 35-50 ans, par exemple.
Quelle fierté cependant, ce matin, quand j'ai entendu, sur les ondes de France-Inter, le chroniqueur bien connu Thomas Legrand qui, je pense, n'est pas appointé par la Conférence des Evêques de France, souligner par contre que seuls 38% des plus de 65 ans ont cette même attitude xénophobe, si contraire à l'Evangile, et, tout simplement, à l'idéal de fraternité dont sans cesse se prévaut notre nation.
Et Thomas de faire savoir que les catholiques pratiquants de cette tranche d'âge sont majoritairement favorables à l'accueil de ces étrangers en détresse qui arrivent à nos portes, ce qui n'est pas le cas des tranches plus jeunes.
Dommage que les cathos plus jeunes, si facilement mobilisés pour toutes sortes de causes style manif pour tous, ne ressentent pas le même appel pour recevoir leurs frères venant d'ailleurs !
L'on fait sentir parfois que les vieux ont fait leur temps, que leurs idées sont un peu dépassées. Thomas Legrand n'a pas l'air de se ranger à cette façon d'écarter les vieux, ou de vouloir mettre au rencart les catholiques pratiquants d'un certain âge.  Je fais un rêve : et si les jeunes cathos, parfois si proches du FN, regardaient d'un peu plus près la façon dont les plus de 65 ans s'investissent dans le Secours Catholique, le CCFD et autres associations caritatives ?
Victor Hugo disait : "Les vieux sont malins, les vieux sont tenaces, les vieux vaincront."
Aux vieux de continuer à témoigner largement de l'idéal évangélique de fraternité !
Un jour en effet, ces valeurs vaincront, et l'avenir cher à Victor Hugo leur donnera raison !