Bienvenue !

Vous avez des choses à dire...
Vous vous posez des questions, pour donner un sens à votre vie...
Vous cherchez un espace d'échange convivial pour exprimer ce que vous ressentez...
Vous attendez des réponses à vos questions...


...Alors, en réponse à vos attentes, la paroisse Montfort sur Sèvre en Vendée ouvre ce blog et vous propose de vous exprimer librement.
Ici, tout pourra être dit dans les limites de la courtoisie et du respect mutuel.

Merci d'avance de votre participation.


Depuis novembre 2007, le Père Olivier Gaignet partage sur son blog ses réflexions sur Dieu et sur l’Eglise. bien sûr,
mais aussi sur la marche du monde. Il nous invite à réfléchir à des thèmes aussi essentiels que : notre société, les autres religions,
la télé, la politique, l’art, sans oublier ses propres paroissiens.
Les billets des cinq premières années (de novembre 2007 à septembre 2012 )ne figurent plus sur ce blog. Pour les consulter, se référer aux cinq volumes intitulés: "Ma paroisse.com", que vous pouvez vous procurer en envoyant un mail à : olivier.gaignet@yahoo.fr

mardi 18 août 2015

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1.869 : "J'aime pas quand on parle à l'église !"

Cette histoire s'est passée dans une église du Nord-Vendée, à la fin d'une célébration du 15 août.  Une paroissienne, tandis que tout le monde était en train de sortir de l'église, adressa un bref mot amical à une connaissance, mais, pas de réponse...Un peu plus tard, sur le parvis, la connaissance en question se dirigea vers la personne qui l'avait saluée et lui déclara, d'un ton peu amène : "Je n'ai pas répondu à votre bonjour, parce que j'aime pas quand on parle à l'église !"
Stupeur de la personne interpellée ! "Mais enfin, si dans une église, on ne peut même plus se dire un petit bonjour... , surtout que j'avais été plutôt discrète ! Qu'est-ce que cela veut dire de ce que l'on est venus vivre ensemble avec Dieu ?"
Effectivement, l'église ne doit pas ressembler à un champ de foire, tout le monde est d'accord là-dessus !  Mais d'un autre côté, faut-il interdire à des frères et soeurs de se manifester la joie de se retrouver ?  Et après, l'on se plaindra de ce que nos églises soient tristes...
En fait, si l'église est bien la maison de Dieu, c'est aussi la maison de la famille des chrétiens. Et comment Dieu préfèrerait-il voir ses enfants se tourner vers lui sans se donner la peine de saluer leurs frères ?
Est-ce cela, la vraie re-ligion que Jésus nous a laissée ?
Mais, par hasard, aurait-on oublié la façon dont s'est déroulée la première Cène ?  L'on a plaisir à imaginer Jésus accueillant ses disciples ce soir-là. A la Cène, c'est Jésus qui a organisé les préparatifs, c'est lui qui reçoit. Il parle avec les uns et les autres, il est heureux de retrouver ses amis, même si pour lui le temps se fait grave !
Une remarque en particulier : il accueille même des pécheurs à son repas pascal : Judas est là ! Quelle leçon, pour notre Eglise, qui a décrété, depuis trop longtemps, que les pécheurs seraient désormais exclus du repas qui guérit et qui sauve !
La Cène, ce n'est donc pas un dîner pour les bons seulement ; apparemment, cela ne se passe pas non plus en silence ; et c'est un repas aussi pour les pécheurs.
Comment ne peut-il plus en être ainsi de nos eucharisties ?
Un exemple, les divorcés remariés sont exclus, quelle que soit la gravité de leur situation ; tandis qu'un criminel ou un meurtrier, s'il s'est bien repenti et confessé, a droit, lui, à recevoir l'eucharistie...
De même qu'un type qui aura volé largement son prochain ou la société ...  Bizarre !
J'arrive à un âge certain, mais j'avoue n'avoir toujours pas compris pourquoi nous sommes devenus si infidèles à l'exemple donné par Jésus lors de la première, et l'unique Eucharistie !
Obligeant même des frères à s'écarter, ou à se taire !
J'en profite pour remercier tous les acteurs de nos célébrations liturgiques, qui font tout leur possible pour que tous puissent se sentir accueillis et traités en frères, quelle que soit la couleur de leur vie, lors de nos eucharisties !

1 commentaires:


Anonyme a dit…

Je crois tout simplement que nous avons perdu cette notion de solidarité ou fraternité.
Cette paroissienne est le reflet de la société actuelle. Ce genre d'aventure m'est arrivée, lors d'une promenade le long de la mer, longeant les dunes. J"ai croisé quelqu'un que je connaissais et celui a détourné la tête, même pas un sourire ou un signe, alors j'ai continué mon chemin où des inconnus m'ont eux saluer! Que comprendre, pourquoi ce comportement ? Es-je de l'égoïsme, de la bêtise ou tout simplement de la lâcheté ?

Corinne TROCHAIN