Bienvenue !

Vous avez des choses à dire...
Vous vous posez des questions, pour donner un sens à votre vie...
Vous cherchez un espace d'échange convivial pour exprimer ce que vous ressentez...
Vous attendez des réponses à vos questions...


...Alors, en réponse à vos attentes, la paroisse Montfort sur Sèvre en Vendée ouvre ce blog et vous propose de vous exprimer librement.
Ici, tout pourra être dit dans les limites de la courtoisie et du respect mutuel.

Merci d'avance de votre participation.


Depuis novembre 2007, le Père Olivier Gaignet partage sur son blog ses réflexions sur Dieu et sur l’Eglise. bien sûr,
mais aussi sur la marche du monde. Il nous invite à réfléchir à des thèmes aussi essentiels que : notre société, les autres religions,
la télé, la politique, l’art, sans oublier ses propres paroissiens.
Les billets des cinq premières années (de novembre 2007 à septembre 2012 )ne figurent plus sur ce blog. Pour les consulter, se référer aux cinq volumes intitulés: "Ma paroisse.com", que vous pouvez vous procurer en envoyant un mail à : olivier.gaignet@yahoo.fr

dimanche 28 juin 2015

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1.858 : Jésus parle pour "Aujourd'hui" !

La semaine a été très forte en événements, les uns heureux, les autres bien lourds !  J'aurais aimé faire un billet à propos de la magnifique encyclique du pape François sur l'écologie ; et aussi, suite aux horribles attentats qui ont ensanglanté cette fin de semaine ; mais le temps m'a manqué...
En contrepartie, je me permets de vous partager l'homélie que j'ai donnée ce matin sur la paroisse.
Mais c'est bien à chacun de nous de mener sa propre réflexion, à la lumière de la Bible.

    Homélie du 28 juin 2015, à Mortagne-sur-Sèvre (13ème Dim. du temps ordinaire)

Au  début de la semaine qui vient de s’écouler, en pensant à l’homélie de ce jour, je me suis dit : impossible de ne pas évoquer la toute récente encyclique du Pape François sur l’écologie.

Puis, ce vendredi, dans la même journée, nous avons appris les attentats en Tunisie (38 morts), au Koweit (26 victimes), et un horrible assassinat en France. Impossible  de vivre cette  Eucharistie  sans évoquer tout cela, surtout lorsque la 1ère lecture nous dit que Dieu n’aime pas la mort ! Mais alors, que fait-il, quand la mort semble menacer notre humanité ?

 Certains vont peut-être penser : mais pourquoi revenir sur tous ces évènements ? On ne vient pas à la messe pour entendre commenter les news dont on nous serine déjà la tête en permanence avec la télé…

 Sauf que Jésus, lui, quand il s’adresse à ses contemporains, le plus souvent, repart de ce qu’ils vivent pour les aider à voir plus clair dans leur existence et à avancer.

 Par exemple, il n’a pas fait de sermon à la femme qui a touché son vêtement, mais il l’a guérie. Etait-ce une pratiquante, était-elle pieuse, sa vie morale était-elle irréprochable ? On n’en sait rien, et cela ne nous intéresse pas.  St Marc nous révèle seulement qu’elle était malade, et que c’était une femme qui avait des pertes de sang depuis douze ans… Je me suis dit : mais, c‘est peut-être le symbole de notre humanité, ensanglantée depuis des années, et qui ne sait plus vers qui se tourner, qui toucher pour trouver la guérison.

 L’Evangile nous précise que cette femme avait beaucoup souffert du traitement de nombreux médecins, et que son état avait empiré. De la même façon de tels mauvais médecins ne manquent pas au chevet de notre humanité : tous ces chefs d’Etat incompétents qui ne pensent qu’à leur trône ou à leur  réélection, ces banques mondiales, ces institutions internationales qui n’arrivent à gérer ni la faim dans le monde, ni la torture dans trop de pays, ni la lutte contre le terrorisme, ni l’égoïsme de leurs peuples face à l’accueil des migrants nos frères…

 A ce stade de notre réflexion, je ne peux m’empêcher de faire appel à la mémoire de ces hommes d’Etat irréprochables qui ont fondé l’Europe : l’italien Alcide de Gasperi, le paysan hollandais Sicco Mansholt, le belge Paul-Henri Spaak, les français Robert Schuman et Jean Monnet, le britannique Winston Churchill, partisan des Etats-Unis d’Europe, l’allemand Konrad Adenauer, et j’en oublie... Nombre d’entre eux, d’ailleurs, étaient profondément croyants, et l’esprit de l’Evangile sous-tendait leur action.

 Mais relisons notre actualité à la lumière de cette scène d’Evangile ; reprenons le récit de Marc : «  Et la femme, saisie de crainte et toute tremblante, vint se jeter aux pieds  de Jésus. »  Cela nous représente bien,  nous qui tremblons, en effet, avec nos frères Tunisiens, avec les musulmans pieux et pacifiques du Koweit assassinés dans une mosquée alors qu’ils étaient aux pieds du Dieu unique  eux aussi, en train de prier, comme l’a fait cette femme.

Et puis, mêlée à ce 1° fait, il y a aussi la seconde histoire, celle de la fille de Jaïre. On peut, de la même façon, tirer des leçons de cette 2ème scène, par rapport à notre actualité. Je pense à l’encyclique du Pape, l’objectif de François étant de ressusciter la planète qui est en train de périr, apparaissant trop souvent comme déjà morte, comme cette jeune enfant.

 Relisons cette scène. « Arrive  un chef de la synagogue, nommé Jaïre ».

Traduction : « Arrive le chef de la nouvelle synagogue, le chef de l’Eglise, nommé François ».

Retour à l’Evangile : « Voyant Jésus, il tombe à ses pieds et le supplie instamment ».

Traduction-interprétation : « Voyant Jésus, François lui dit, page 139 : « Avec ta gloire  de Ressuscité, Seigneur, saisis-nous, pour protéger toute vie ; les pauvres et la terre t’implorent !»

Cette phrase de François ne ressemble-t-elle pas à la phrase de l’Evangile où JaÏre demande à Jésus : « Ma fille ( = cette terre) est à la dernière extrémité. Viens lui imposer les mains, afin qu’elle soit sauvée et qu’elle vive ! »  Autrement dit, que cette terre puisse revivre, autrement !
Je continue l’Evangile : « Des gens arrivent chez Jaïre et lui disent : ta fille vient de mourir, à quoi bon déranger le Seigneur? »

 Eh oui, quand certains veulent sauver la planète, il y a plein de gens qui nous maugréent : « A quoi  ça sert de  faire quelque chose ?  De toute façon, c’est trop tard. »

D’autres disent : « Pas la peine de prier Dieu, ça ne sert à rien… »  Alors que, au contraire, au Koweit et ailleurs, il faut que les musulmans modérés continuent de supplier Dieu de guérir le cerveau de ces jeunes, soi-disant  islamiques, qui ont perdu la raison…  Et c’est aussi le sens de notre prière, à nous chrétiens, ce matin.

 D’autre part, quand Jésus a dit : « La jeune fille n’est pas morte », l’Evangile nous révèle ceci : « On se moquait de lui. »

 De même que certains se sont moqués du Pape, aux USA par exemple, certains conservateurs trouvant assez irréalistes ses propositions par rapport à un ralentissement de la croissance.  Ainsi, je n’en ai pas cru mes yeux lorsque j’ai lu qu’un animateur-vedette aux Etats-Unis, Michael Savage, choqué par la remise en cause sévère du pape de l’ultralibéralisme et du gaspillage mondial, a déclaré : « Le pape est un marxiste, c’est un loup écologiste déguisé en pape, un marxiste en habit religieux. »  Incroyable !  
 
 Mais chez nous aussi, en France, de nombreux chrétiens se refusent à suivre les appels angoissés du pape à mieux accueillir les migrants dans notre Europe, vieille, il est vrai, dé-spiritualisée et fatiguée.

 Et pourtant, quand Jésus déclare, en saisissant la main de la jeune fille : « Talitha koum », ce qui signifie : « Jeune fille, lève-toi»,  c’est comme quand François prend toute l’humanité par la main, pour tenter de la remettre debout, au nom du Christ.

 Car tel est bien le rôle de L’Eglise aujourd’hui, comme jadis de Jésus : envers et contre tout, au-delà des attentats comme des destructions des forêts et du climat, rappeler à tous qu’il ne faut laisser ni à la mort, ni au pessimisme, le dernier mot.    
                                                                                                                                                                                                                                                                               Mais entonner pourtant, comme l’a fait hier le président Obama, devant toutes les télés du monde, lors de la cérémonie en mémoire des personnes victimes de la tuerie de Charleston, entonner avec espérance le célèbre cantique de foi en la Résurrection, « Amazing Grace », que nous avons coutume de chanter nous-mêmes, au cours de nos eucharisties, et que nous pouvons reprendre avec ferveur à présent, en lien avec ces Protestants américains :  

«Gloire à toi, qui étais mort, Gloire à toi, Jésus, 
 Gloire à toi, qui es vivant, Gloire à toi !
Gloire à toi, Ressuscité, viens revivre en nous,

Aujourd’hui, et jusqu’au dernier jour ! »

 

mardi 23 juin 2015

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1.857 : Le hit-parade des 10 billets les plus lus

On arrive à la période des vacances et, dans tous les domaines, c'est l'occasion de faire le point.
En ce qui concerne ce blog, je vais revenir brièvement sur les dix billets les plus lus ces huit derniers mois ; il me semble en effet que cela a une signification importante par rapport à ce que vous attendez de ce modeste blog.
L'idée m'en est venue en constatant combien le dernier billet par exemple, par rapport à l'impact du pape François, avait reçu un énorme écho !  Non seulement dans les médias, mais même aussi dans un petit blog comme celui-ci.
D'après le compteur établi sur ce blog, en effet, et qui me permet d'avoir en une seconde dans les mains tous ces calculs, le jour où ce billet a été publié, il y avait déjà 312 lecteurs, le lendemain 329, etc...
Cela me sidère ! On dirait que ces centaines de personnes se donnent le mot pour suivre tel billet, plus marquant !
Voici donc le résultat de ce hit-parade, en ordre décroissant :
-  en tête, toutes catégories, le n° 1.816, du 8 déc. 2014, intitulé "Offrir des cadeaux de Noël qui aient du sens."  Il faut croire que le sujet répondait à de vraies attentes !
-  n° 1.811, du 25/10/14  :  "Et il a habité parmi nous, aux périphéries."
-  n° 1.808, du 13/10/14  :  "Les mauvais comme les bons."
-  n° 1.821, du 29/12/14  :  "Promenade blogueuse sur l'océan du Net."
-  n° 1.856, du 20/06/15  :  "Impressionnant, ce pape François !"
-  n° 1.833, du 25/03/15  :  "Le jour où Jésus s'est fait le plus petit."
-  n° 1.845, du 07/05/15  :  "Le monde, inébranlable, tient bon !"
-  n° 1.842, du 26/04/15  :  "Planète fraternelle."
-  n° 1.835, du 03/04/15  :  "Le peuple de Dieu a parlé !"
-  n° 1.829, du  02/03/15 :  "Pas de têtes de piment au vinaigre !"
Pourquoi ces billets ont-ils intéressé beaucoup plus d'internautes ?
Si vous avez le temps, vous pouvez les relire, et tirer vous-mêmes une conclusion !
En tout cas, avec une fois de plus toutes mes excuses pour mon irrégularité à alimenter ce blog, un très grand merci de votre fidélité !
Et bel été, dans la lumière du Dieu vivant !

samedi 20 juin 2015

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1.856 : Impressionnant, ce pape François !

Depuis la sortie toute récente de son encyclique sur l'écologie, vous avez pu repérer comme moi la masse de commentaires élogieux qui ont suivi, venant de tous les horizons : cela confirmant l'impact extraordinaire de François, de l'Evangile et de l'Eglise qu'il représente, par rapport à la plupart de nos contemporains.
Je vous propose en illustration un petit florilège de ces réactions.

-  Laurent Joffrin, de "Libération" : "Ce pape est sans doute le chef d'Etat le plus à gauche de toute la planète !"

-  Haïm Korsia, grand rabbin de France : "J'ai apprécié son ancrage dans nos textes sacrés judéo-chrétiens qui, écrits depuis plusieurs millénaires, restent des sources d'inspiration pour le "développement durable."

-  Ségolène Royal  :  "La voix du pape se fait entendre dans le monde. C'est un message fort, un appel aux consciences pour sauvegarder ce qu'il appelle "notre maison commune", et changer notre modèle de développement. C'est un apport précieux à la mobilisation internationale."

-  Hubert Reeves  :  "J'ai été agréablement surpris par ce texte. Je suis content que le pape François aborde en détail les enjeux liés à la perte de la biodiversité. Cette partie est très bien décrite, avec de nombreux exemples concrets. Il invite chacun de nous, ainsi que les responsables politiques, à assumer notre responsabilité morale. Cette interpellation a déjà un impact fort dans le monde."

-  Jean-Pierre Denis, directeur du journal "La Vie"  :  "L'Eglise romaine est souvent jugée ringarde. Mais voilà, depuis que le pape François est arrivé, l'Eglise est à nouveau attendue et entendue.  Les grands de ce monde se tournent vers le pontife de Rome comme jadis on le faisait vers la pythie de Delphes. Face à des chefs d'Etat en panne d'intelligence et de générosité collective, il lance un appel à croire dans la dignité de l'homme et dans la beauté de l'univers qui l'entoure."

-  Mohammed Taleb, philosophe écologiste musulman  :  "Non-chrétien, je partage cette vision d'une humanité "gardienne", et non propriétaire de la Création.  C'est ce qui fait que son écologie intégrale, à la fois politique, sociale, culturelle et spirituelle, prône un chemin de libération collective."

-  José Bové  :  "Je me réjouis de cette 1° encyclique qui parle de l'écologie de manière globale. Par ailleurs, ce texte porte une accusation très claire du modèle libéral. Il montre comment, quand la puissance de l'argent et le processus technologique unissent leurs forces, les dégâts peuvent être terribles sur l'environnement, et donc l'homme lui-même.  C'est un texte sans concession sur le fond ; il engage fortement les chrétiens et, plus largement, "tous les hommes de bonne volonté" auxquels il s'adresse. "

-  Bruno Frappat, "La Croix"  :  "Oui, le pape François est bien le seul "puissant" que l'on désire suivre.  Ce n'est pas de la puissance des armes qu'il tire cette force d'attirance.  C'est de sa vision lumineuse, vraie, et de la logique sobre de ses desseins pour l'humanité entière."

Il n'y a rien à ajouter !  Sinon de vous conseiller de lire ce texte fondateur, et d'être attentifs à ce qu'en disent nos concitoyens.
Tout en rendant grâce à Dieu pour cette lumière évangélique que notre pape fait briller, tout humblement, mais si clairement, sur l'ensemble de notre fragile planète !

jeudi 18 juin 2015

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1.855 : France-Inter interpelle les cathos

Tout récemment, des cathos se sont offusqués de ce que le pape François avait posé à de jeunes Français la question suivante : "La France est-elle toujours fidèle à son Baptême ?"  "Oui, oui" lui ont répondu ces jeunes, pleins de bonne foi. Mais est-ce bien si sûr ?
Avez-vous écouté la chronique de géopolitique de Bernard Guetta ce matin, sur France-Inter ?  Sinon, je vous invite fortement à l'entendre en replay.
En voici quelques extraits, du moins ce que j'ai pu en griffonner rapidement :
"Le Liban, 6 millions d'habitants, accueille 1.200.000 réfugiés ; la Jordanie, 8 millions d'hab., plus de 600.000 ; la Turquie, plus d'1.800.000.  En face de cela, l'Union Européenne, qui compte pourtant 500 millions d'hab., se sent en état de siège et menacée des pires maux car 100.000 réfugiés (18 fois moins qu'en Turquie), fuyant la barbarie, les combats et la mort, ont atteint ses côtes."
D'où cette interrogation du journaliste : "Des pays de tradition chrétienne semblent avoir oublié ce que sont la charité et la compassion, alors que des pays musulmans et infiniment moins riches font preuve, eux, de ces vertus ! Le pape François a beau s'époumoner, nous détournons notre regard, bouchons nos oreilles et fermons notre coeur. Il y a de quoi s'inquiéter sur notre identité !"
"Quant à la France, qui se dit le pays des droits de l'Homme et de la liberté, elle a été la première à refuser la répartition des réfugiés entre les 28 pays de l'U.E., donnant ainsi raison au Front National, en agissant comme celui-ci aurait fait (...)   Or, ces réfugiés sont nos frères, et nous les rejetons..."
Et Bernard Guetta, désabusé, de clore cette remarquable chronique sur le constat suivant : "Tant de stupidité me fait honte !"
Pour mieux comprendre la force de son raisonnement, ne manquez pas d'écouter cette chronique, si vous n'étiez pas branchés sur France-Inter ce matin.
Et là, inutile d'accuser tel ou tel de n'avoir pas fait ci ou d'avoir omis cela  ; en effet, ainsi que l'explique B. Guetta, ce n'est pas seulement de l'Europe en général qu'il s'agit, par rapport à une telle question, mais bien de chacun de nous ; et cela d'autant plus que l'on se juge fidèle à notre Baptême !

PS : Si des Charlie lisent ce billet, ils comprendront que l'interpellation de B. Guetta les concerne évidemment autant que les cathos !

mercredi 17 juin 2015

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1.854 : Un symbole vivant

A travers les mails reçus et les réactions entendues, je m'aperçois que le billet précédent, sur les symboles, illustré avec la parabole du petit noyau, a été assez apprécié. Cela m'invite donc à poursuivre dans le même sens avec le billet que je vous propose à présent.
Voici ce que vient de me raconter une mamie, encore jeune, à propos de l'une de ses petites filles, que nous allons appeler Laura.
Laura a 18 ans ; j'ai moi-même eu l'occasion de la rencontrer, lors de la messe de Noël, à la salle polyvalente de Mortagne, où elle se trouvait en compagnie de près de 900 personnes ce soir-là.
Voici donc quelques échos de cet échange : "Tu sais, mamie, je ne vais pas régulièrement à la messe, mais je suis très croyante, et toutes mes copines le savent. Alors, des fois, elles me posent des questions, sur Dieu, sur la religion. Parfois, ce n'est pas facile de répondre, mais toujours, je dis ce que je sais, et on cherche ensemble. Je suis toujours contente de parler de Dieu, de dire que je crois."
La mamie était heureuse que sa petite-fille lui ait partagé cela, et il fallait voir sa fierté de le raconter.
Je me souviens de cette jeune fille en effet, rayonnante en arrivant, lors de ses vacances à Mortagne, pour la messe de la nuit de Noël ; grande, élégante, superbe, je me disais : "quelle belle image de jeune !"
Après le témoignage de cette mamie comblée, je me dis à présent : "quel beau symbole de ce que l'Evangile peut permettre de splendide dans le coeur d'une jeune d'aujourd'hui, devenue un point de repère visible et crédible pour ses copines et ses amis, dans son milieu universitaire en ce moment, puisqu'elle se prépare pour entrer à Sciences Po ou à la Sorbonne ! Image attirante, symbole visible du Dieu vivant !"
Puis, en me ravisant, je me suis dit : "quel que soit le visage de la personne, ce qui compte le plus, bien au-delà de l'apparence ou de l'élégance, l'important, c'est la personnalité profonde et la beauté du coeur."
Sans se mettre en avant, sans être complexé, sans se comparer, sans se jalouser...
Quand le petit noyau, quel que soit son aspect, devient un bel arbre, portant beaucoup de beaux fruits, pour le bonheur de tous !
Merci Seigneur !

P-S  :  Je reçois parfois de très intéressants commentaires, mais anonymes, malheureusement...
Si bien que, fidèle à la charte inscrite sur la page de garde de ce blog, il ne m'est pas possible de les publier.
Merci de votre compréhension !

dimanche 14 juin 2015

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1.853 : La parabole du petit noyau

Il y a une quinzaine de jours, nous avons organisé une soirée de réflexion sur la place des symboles dans notre liturgie.
A notre grand bonheur, 40 à 50 personnes ont répondu "présent" !
Soeur Carmelle, qui utilise régulièrement des symboles au cours de ses interventions dans le cadre du Centre spirituel "Sagesse", à St Laurent, a su motiver cette assemblée, et cela a tout de suite commencé à porter du fruit.
Je vous livre le mail reçu il y a quelques jours de René, responsable de l'équipe liturgique qui a préparé la messe de ce dimanche 14 juin, dont deux des lectures présentent des textes sur la petite graine qui devient un grand arbre : "Suite aux lectures, je me suis souvenu qu'au printemps, en bêchant mon jardin, j'ai vu, parmi les mauvaises herbes, un noyau éclaté, et de ce noyau sortait une jeune pousse qui semblait me tendre les bras, et qui ne demandait qu'à vivre. Alors, je l'ai récupérée avec sa motte de terre, et j'ai mis le tout dans un pot. Et je l'arrose de temps en temps. Elle pousse gentiment. En quelque sorte, je l'ai sauvée de l'enfouissement !  Peut-être que, dans quelques années, cet arbuste donnera du fruit, car je crois que c'est un prunier. Peut-être aussi que, dans quelque temps, elle aura besoin d'un tuteur... Je vous fais parvenir la photo de mon petit arbuste."
Inutile de dire que j'ai bondi sur l'occasion, et demandé à René de venir à la messe avec son petit prunier !
Cela tombait bien : les enfants ayant fait la 1° de leurs communions récemment étaient nombreux ce matin en l'église de Mortagne, pour leur dernier temps fort de cette année. Il faut voir avec quelle attention ils ont suivi les explications de René, son petit arbuste en main devant l'autel, sur lequel il l'a ensuite déposé !
Tout l'homélie a consisté alors en un dialogue avec les enfants, et l'assemblée a été émerveillée de la qualité étonnante de leurs réponses : ils ont très bien su faire le lien, en l'expliquant, sans que j'aie besoin d'en parler, que pour que leur foi au Christ grandisse, il leur faut le laisser la jardiner, l'arroser. Déjà, comme ils l'ont dit, au baptême, l'eau sainte qui sauve a coulé sur leur front. Puis, lors de leur 1° communion, par l'hostie qu'ils ont reçue, c'est comme la petite graine de Jésus qui a été semée dans leur coeur ; à eux à présent de savoir l'arroser et l'entretenir, "pour qu'elle ne se dessèche pas" comme l'a dit l'une des petites filles, mais qu'elle grandisse et s'épanouisse !
En tout cas, l'assemblée a eu l'occasion de mesurer la qualité des fruits du caté sur la paroisse.
Tandis que nous allons essayer, plus que jamais, d'introduire des symboles vivants au coeur de nos liturgies !

lundi 8 juin 2015

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1.852 : Signes d'une Eglise toujours jeune

C'est incroyable ! A les entendre, et parfois même, sur le parvis des églises, on dirait que certains ont une puce dans le cerveau qui les empêche de voir ce qui naît, grandit, et se renouvelle sans cesse, au coeur du peuple de Dieu. Voilà pourquoi tant de gens sont pessimistes quant à l'avenir de l'humanité, de l'Eglise aussi, sans parler de leur propre destin. 
Déjà, Jésus avait bien de la peine à faire saisir à ses disciples combien il leur fallait savoir regarder autour d'eux avec des yeux de lumière. Rappelons-nous ce qu'il leur conseillait, lors de sa rencontre mémorable avec la Samaritaine : "Je vous le dis : ouvrez les yeux et regardez les champs. Déjà, ils blanchissent, et bientôt, ce sera la moisson." (Jean 4/35)
Quelques faits pour nous en convaincre.
Tout récemment, les Missionnaires montfortains, les Frères de Saint Gabriel et les Filles de la Sagesse ont fêté à Saint-Laurent-sur-Sèvre l'ouverture du tricentenaire de la mort du P. de Montfort à St Laurent.  A cette occasion, c'est un véritable coup de jeune qu'a pris, sous nos yeux, la grande famille montfortaine. J'en veux pour preuve ces responsables des Frères, venus de 35 pays, avec leur dynamisme contagieux. Et quel bonheur d'avoir pu voir ces Religieuses de diverses nationalités dansant le "Magnificat" avec tant de grâce et de foi, dans le choeur de la Basilique, juste devant l'autel : décoiffant !
Ce samedi, rencontre régionale de plusieurs centaines de jeunes de la JOC (Jeunesse Ouvrière Chrétienne), toujours à St Laurent. En participant à une trop brève partie de leur rassemblement, j'ai pu toucher du doigt combien la JOC était toujours aussi proche des jeunes du milieu populaire, des migrants, des jeunes handicapés, etc...  Cette "Fête des Droits" fut marquée par une multitude d'animations, d'ateliers, avec les temps de repas partagés . "On nous donne la parole, on nous soutient, on grandit dans le mouvement", ont expliqué un groupe d'ados. Et la présidente d'expliquer : "Nous désirons prendre en main notre avenir, en étant acteurs d'une société plus juste, correspondant à des valeurs chrétiennes, où chaque jeune doit être reconnu et respecté dans sa dignité."
Et hier dimanche, toujours à St Laurent, fête de la Profession de Foi. Il fallait voir la tête des familles et des paroissiens présents lorsque, à la fin de la messe, les enfants sont descendus dans les allées en chantant et en dansant. Assez vite, de nombreux parents et paroissiens se sont joints à cette grande farandole qui a rayonné tout un moment à travers toutes les allées de la Basilique. Eglise en fête, Eglise heureuse de sa foi, Eglise lumineuse, plus jeune que jamais.
Arrêtons donc de nous plaindre, changeons de lunettes au besoin, pour voir enfin "les champs qui blanchissent", au soleil de Dieu !
Avec vous, et grâce à vous !

jeudi 4 juin 2015

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1.851 : "Le Paradis, c'est les autres !" (Sr Emmanuelle)

Diable !  Un certain philosophe, dont il est de peu d'intérêt de rappeler le nom, avait voulu nous faire avaler ceci, à savoir que "l'enfer, c'est les autres."  Assez triste, comme conception de l'Homme, réduit à n'être qu'  "un loup pour l'homme", son frère en humanité pourtant...  Allez donc y comprendre quelque chose !
Il est vrai que l'histoire du monde ressemble trop souvent à une suite de massacres et de désastres. Et pourtant, à qui sait voir, à qui sait regarder...  Mais en fait, il n'est pas donné à tout le monde, et pas forcément à ceux qui se disent "philosophes", de savoir repérer autour d'eux ce qui fait le meilleur de l'homme, ce qui peut, envers et contre tout, nous permettre de croire en lui.
Cet après-midi, j'étais en réunion, en révision de vie comme on dit, dans le jargon des mouvements d'Action catholique, avec une équipe du MCR (Mouvement Chrétien des Retraités). Oh !  Pas forcément des gens ayant fait de grandes études de philosophie. Et pourtant, des personnes pleinement capables de lire les signes des temps, et d'y découvrir, par milliers, comme l'a dit l'une d'elle, "des signes par milliers", une multitude de faits positifs, démontrant qu'en fait, pour reprendre la superbe formule de Soeur Emmanuelle, "Le Paradis, c'est les autres", et non pas l'enfer, évidemment !
Impossible de reprendre tous les faits cités, tant ils furent nombreux !
-  "La semaine dernière, à l'occasion de la fête des mères, j'ai offert un petit cadeau à la femme qui vient chez moi m'aider à faire le ménage. Et dimanche, en rentrant de la messe, j'ai trouvé un joli bouquet de fleurs devant la porte de ma maison. J'ai fini par comprendre que c'était cette dame qui me l'avait offert."
-  "Je trouve ma poubelle très lourde à déplacer. Hier, des jeunes, du genre loubards, sont venus me donner un coup de main : "On a été heureux de vous aider, madame", m'ont-ils dit."
-  "Quelqu'un a permis à une personne en fauteuil roulant d'aller se promener dans un espace vert ; celle-ci lui a dit : "Je suis heureuse d'avoir pu sortir pour contempler la nature."
-  "Une telle est isolée. Je l'ai invitée, et on a passé un bon moment ensemble."
-  "J'ai accepté de faire partie de l'équipe de brodeuses d'écharpes de baptême ; cela me fait plaisir de servir ces jeunes couples qui font baptiser leurs enfants."
Etc..., etc... Inutile de tout reprendre !  Ces faits sont déjà assez clairs par eux-mêmes.
Et même s'ils sont tout petits, et même si je n'en ai pas cité beaucoup, ils sont bien suffisants, à qui n'a pas l'esprit étroit et "limité" (!), pour nous permettre de continuer à croire en la bonté infinie de l'Homme, au-delà de ses petitesses.
Ah !  Si tous les soit-disant "grands" philosophes ou beaux-parleurs avaient autant de bon sens et de foi en l'Homme !
Ce serait le Paradis sur terre...
N'est-ce pas, frères humains ?
Et pourquoi pas ?
Pour toutes ces personnes tellement ouvertes aux autres, merci Seigneur !

mardi 2 juin 2015

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1850 : Aux bons soins de la Sainte Trinité

Samedi et dimanche derniers, pour la fête de la Trinité, j'ai fait une homélie un peu "déjantée", à Evrunes et à Mortagne. Plusieurs paroissiens m'ayant suggéré de la mettre sur le blog, je vous en fais donc part. Mais, comme je l'ai dit à ces personnes, une telle intervention est plus faite pour être vue et écoutée, en direct, que pour être lue. Y manquent en effet les mimiques, les ajouts multiples, les clins d'oeil... Enfin, si ça peut être utile, tant mieux pour tous !  Merci de votre compréhension !
Et merci à Renée, une paroissienne fidèle de St Pierre des Sables d'Olonne, qui m'avait passé, il y a bien 10 ans, un article, paru anonymement, dans la revue "Témoins" de l'Hospitalité Montfortaine ; beaucoup plus court, je me suis permis de le développer largement, et d'y inclure, sans complexe et pour le bonheur de tous, la Ste Trinité. 

 
 L'hôpital de la Trinité   
                                      
Il faut que je vous raconte une drôle d’histoire, qui vient de m'arriver…
Depuis quelques temps, je ne me sentais pas bien.
Je me suis dit : « il ne faut pas que je continue comme ça ». J’ai demandé à quelqu’un de mon entourage s’il connaissait un endroit où je pourrais me faire soigner.
Il m’a répondu : « l’hôpital de la Trinité ; ils sont 3 à travailler là-bas, et tous les malades qui y passent sont assurés d’être guéris ! »

J’arrive à l’hôpital ; il y avait des personnes à l’entrée qui m’ont très bien accueilli ! Cela  m’a mis en confiance, déjà je me sentais mieux. On m’a dit : « Vous êtes le bienvenu, on s’occupe de vous.»
Je n’ai pas attendu bien longtemps. Tout de suite est arrivé l’un des 3 docteurs si réputés. J’ai pu voir sur son badge que celui-ci s’appelait Jésus. Cela m’a un peu étonné, mais bon…
 
« Ouvrez la bouche »  me dit-il. « Oh ! Vous avez la langue bien abîmée, très sale. Etes-vous sûr de bien tourner votre langue 7 fois dans votre bouche avant de parler ? Est-ce que cette langue n’a pas servi de travers, à dire des choses mauvaises ? C’est cela peut-être qui a pu la détériorer… » 
« Voyons votre tension : très élevée ! Vous avez des problèmes ? Trop tendu, vous vous tracassez, vous vous inquiétez pour votre avenir ? Vous ne pensez qu’à vous peut-être… Détendez-vous !»
Puis, il m’a fait un électrocardiogramme : « Votre cœur ne bat pas d’une façon régulière ». Diagnostic : « Vous avez besoin d’un pontage, le sang circule mal, votre cœur n’est pas assez ouvert… »
« A présent, mettez-vous debout, marchez ! » Et il a vu que j’avais des difficultés à avancer, je butais sans cesse : contre mon égoïsme, mon sale caractère, mon orgueil… »
Il m’a demandé alors si j’avais de bons yeux : « Je vois tout en noir…».  « Vous ne voyez donc pas toutes ces belles choses autour de vous… mais seulement ce qui est noir ? »  Je ne comprenais pas ce qu’il disait.
« Et les poumons ? .. . Ils sont remplis d’air vicié. Vous ne respirez que de mauvaises choses, la méchanceté peut-être bien ? … »
Je vous fais grâce du reste…

En tout cas, même si ce ne fut pas facile à vivre, je me suis rendu compte qu’il était important, cet examen de ma vie. En tout cas, ce docteur Jésus s’et très bien occupé de moi, et déjà, j’avais compris qu’il fallait que je prenne mieux en main la santé de mon cœur comme celle de mon corps.

Ce Jésus m’a alors conduit dans une autre pièce de l’hôpital de la Trinité, un plus grand bureau, où j’ai été reçu par le responsable principal. Lui aussi m’a écouté avec beaucoup d’attention, comme un Père. J’ai senti qu’il s’occupait de moi comme si j’étais un de ses enfants. Ce qu’il me disait ressemblait d’ailleurs à ce que m’avait dit le docteur précédent, du nom de Jésus ; mais avec un petit quelque chose de différent pourtant.
Par exemple, j’ai été frappé qu’il me dise qu’il me connaissait déjà, et depuis très longtemps, comme s’il m’avait créé et qu’il attendait ma visite. C’est vrai que j’aurais dû venir plus tôt…
Avec lui cependant, je me sentais plus intimidé qu’avec Jésus, mais ça m’a fait du bien de rencontrer ce grand responsable qui, finalement, était si proche lui aussi de  tout ce que je vivais.

Au bout d’un bon moment d’échange, le docteur Jésus est alors repassé par ce bureau, pour me conduire vers un 3ème docteur, afin que je retrouve auprès de lui un corps et un esprit plus sains.
Ce 3ème docteur, dont l’esprit me paraissait justement très clair, très sain, me donna  le remède suivant. Voici le contenu de l’ordonnance qu’il a rédigée pour moi :

v      En vous levant, le matin, faites quelques mouvements qui vont détendre votre corps et votre cœur. Et en même temps, tout en disant cela, je le voyais faire un beau geste, ressemblant assez à un signe de croix, répété plusieurs fois.
v      Au petit déjeuner, prenez une tasse de tisane spirituelle bien infusée, même petite, et pensez bien à ce que vous buvez. Laissez ensuite bien infuser en vous !
v      Avant de sortir pour la journée, avalez 2 ou 3 grandes cuillerées à soupe de fraternité.
v      Dans la rue, mettez des lunettes de la marque  « Evangile », pour bien voir les belles choses de la vie.
v      Quand vous devez rencontrer quelqu’un qui vous déplaît, prenez un  comprimé de patience dans un demi-verre d’humanité.
v      En cas d’inquiétude, face aux problèmes de l’existence, avalez une pincée d’évangile et d’espérance.
v      Si vous souffrez trop, prenez un calmant marial.
v      Et avant de vous coucher : 2 capsules de la Bible du jour.

Avec ça, vous allez voir que vous allez vous retrouver plus frais et plus jeune que jamais !
Je lui demandai alors : « C’est tout ce que je dois faire ? »

Et il me répondit : « Vous êtes un client très sympathique. Alors, tous les trois, on vous invite à prendre un repas avec nous. » « Quand cela ? »  « Mais, quand vous voudrez.  Notre table est toujours ouverte ; et vous y trouverez un pain qui fait vivre en bonne santé pour toujours. »

Quand je suis ressorti, je me suis dit : ça, c’est super. En plus je n’ai rien payé. Il faudra que j’y retourne. Ces 3 docteurs sont fameux. Même si on sent qu'ils ne font qu'un, au sein de leur équipe, chacun était différent, mais à tous les 3, ils m’ont retapé totalement. Il faudra que je fasse connaître à tous ces personnes formidables, rencontrées à  la Trinité.