Bienvenue !

Vous avez des choses à dire...
Vous vous posez des questions, pour donner un sens à votre vie...
Vous cherchez un espace d'échange convivial pour exprimer ce que vous ressentez...
Vous attendez des réponses à vos questions...


...Alors, en réponse à vos attentes, la paroisse Montfort sur Sèvre en Vendée ouvre ce blog et vous propose de vous exprimer librement.
Ici, tout pourra être dit dans les limites de la courtoisie et du respect mutuel.

Merci d'avance de votre participation.


Depuis novembre 2007, le Père Olivier Gaignet partage sur son blog ses réflexions sur Dieu et sur l’Eglise. bien sûr,
mais aussi sur la marche du monde. Il nous invite à réfléchir à des thèmes aussi essentiels que : notre société, les autres religions,
la télé, la politique, l’art, sans oublier ses propres paroissiens.
Les billets des cinq premières années (de novembre 2007 à septembre 2012 )ne figurent plus sur ce blog. Pour les consulter, se référer aux cinq volumes intitulés: "Ma paroisse.com", que vous pouvez vous procurer en envoyant un mail à : olivier.gaignet@yahoo.fr

dimanche 29 septembre 2013

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1708 : Une parabole du pauvre Lazare et du mauvais riche pour aujourd'hui

Ce matin, tout à fait par hasard, je méditais une prière de l'abbé Michel Quoist intitulée : Voici l'autre devant moi", quand je m'aperçus qu'elle faisait très bien écho à la parabole que nous offre la liturgie de ce dimanche, et sur laquelle j'ai prêché hier soir, comme je le ferai tout à l'heure encore à Mortagne.
En écho également à ce que je viens de lire à l'instant, dans le journal "La Croix" de vendredi ; d'après une interview de Michel Rocard et Pierre Larrouturou : cette année, 85% des contrats de travail sont des CDD ; il y a 5.780.000 inscrits à Pôle emploi, et nous allons passer le cap des 10 millions de gens qui vivent en-dessous du seuil de pauvreté : humainement, c'est dramatique !

Voici l'autre devant moi

Voici l'autre devant moi, Seigneur.
Je dois le regarder, "lui",
au-delà de ma sympathie ou de mon antipathie,
au-delà de mes idées et de ses idées,
de mon comportement et de son comportement.
Je dois "lui" permettre d'exister devant moi,
tel qu'il est en son être profond
et non pas l'obliger à l'attaque,
à la défensive, à la comédie.
Je dois le respecter, autre que moi,
et non pas le saisir pour moi,
le gagner à mes idées,
l'entraîner à ma suite.
Je dois être pauvre devant "lui",
ne pas l'écraser ou l'humilier,
ni l'obliger à la reconnaissance.
Car il est unique, Seigneur,
et donc riche
d'une richesse que je ne possède pas,
et c'est moi le pauvre
qui me tiens à sa porte, nu, dépouillé,
pour apercevoir, au fond de son coeur,
ton visage
O Christ ressuscité,
qui m'invite et me sourit.

0 commentaires: