Bienvenue !

Vous avez des choses à dire...
Vous vous posez des questions, pour donner un sens à votre vie...
Vous cherchez un espace d'échange convivial pour exprimer ce que vous ressentez...
Vous attendez des réponses à vos questions...


...Alors, en réponse à vos attentes, la paroisse Montfort sur Sèvre en Vendée ouvre ce blog et vous propose de vous exprimer librement.
Ici, tout pourra être dit dans les limites de la courtoisie et du respect mutuel.

Merci d'avance de votre participation.


Depuis novembre 2007, le Père Olivier Gaignet partage sur son blog ses réflexions sur Dieu et sur l’Eglise. bien sûr,
mais aussi sur la marche du monde. Il nous invite à réfléchir à des thèmes aussi essentiels que : notre société, les autres religions,
la télé, la politique, l’art, sans oublier ses propres paroissiens.
Les billets des cinq premières années (de novembre 2007 à septembre 2012 )ne figurent plus sur ce blog. Pour les consulter, se référer aux cinq volumes intitulés: "Ma paroisse.com", que vous pouvez vous procurer en envoyant un mail à : olivier.gaignet@yahoo.fr

vendredi 31 mai 2013

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1680 : "Des réunions tous les soirs, c'est fatigant !"

Cette semaine, et il en est le plus souvent ainsi, je n'ai aucun soir de libre. Je ne devrais pas m'en vanter : mon toubib, que j'ai vu lundi, et le cardiologue que je suis allé consulter la semaine dernière, me répètent sans cesse que je devrais, sinon m'arrêter tout de suite, du moins, en faire moins. Lundi soir, lors de la réunion à laquelle je participais, quelqu'un m'a dit : "Même le lundi ?"  Et pourtant, j'essaye de trier, et je manque autant de réunions que de rencontres auxquelles je participe : quasiment tous les jours, il y a une réunion à laquelle je ne peux participer, car j'en ai déjà une autre au même moment.
Par exemple, mercredi, temps fort de préparation à la Profession de foi ; il y avait aussi une sépulture ce même jour. "Ah, cette fois-ci encore, le prêtre n'est pas là..."  Impossible de contenter tout le monde ! Et vous, qu'auriez-vous privilégié ?  La sépulture, ou la rencontre d'une journée avec 30 CM2 que l'on ne peut déplacer au dernier moment ?  Et c'est tous les jours comme ça !
Ce que j'apprécie, c'est que beaucoup de paroissiens comprennent cette difficile situation et se font une juste raison. Plus encore, beaucoup me conseillent d'en faire moins, de prendre soin de ma santé : "On a besoin de vous !"  Ils me disent : "Des réunions tous les soirs, et bien d'autres au cours des journées, ce doit être fatigant !" En fait, ce n'est pas forcément fatiguant, mais cela demande de l'attention, du suivi, etc...  Le plus fatigant, c'est de sentir que l'on déçoit, parce que l'on ne peut répondre à toutes les demandes. Mais peut-être est-ce que l'on se donne trop d'importance : l'on donne trop d'importance au prêtre, en pensant que lui seul peut faire avancer un tas de choses... "Avant, les autres prêtres le faisaient bien", peuvent penser certains, à juste titre d'ailleurs ; mais ils étaient plus nombreux...
Dans la situation actuelle, qui est celle de toutes les paroisses et de tous les prêtres, il faut sans doute que le Peuple de Dieu retrouve paisiblement le rôle qui est le sien : se prendre en main ! Même si c'est seulement en fonction de ses possibilités, de ses potentialités : puis, mettre le reste entre les mains du Père !
En tout cas, un très grand merci à tant de paroissiens, de tous âges, qui ne m'ont pas attendu pour comprendre tout cela et le vivre pleinement, paisiblement !

mercredi 29 mai 2013

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1.679 : Prière d'un laïc pour son curé

Voici le message que j'ai reçu hier des Sables d'Olonne, de la part de Dominique, que je remercie :

Olivier, bonjour,

Avec joie, je t'adresse cette prière (dont il me donne l'origine sur le Net).

A toi dont le "métier" est de prier sans arrêt pour nous et de devoir nous supporter bon gré mal gré, il est bien normal de renvoyer la balle.

Bien à toi !

Prière d'un laïc pour son curé
"Tout d'abord, Seigneur, nous te remercions de ce que ces hommes ont accepté de devenir nos curés. Si par hasard ils avaient préféré un métier, une épouse et un foyer, nous serions bien ennuyés.
"Merci, mon Dieu, de leur avoir donné le courage de se mettre à ton service et au nôtre. Grâce à eux, nous pouvons jouir de ta Présence et mourir en paix.
"Merci, Seigneur, pour les défauts de nos curés : des gens parfaits supportent mal la faiblesse ; des gens bien portants méprisent les petites natures. Seigneur, tu as mieux calculé que nous !
"Et maintenant, nous te prions pour le ministère de nos curés. Fais que, si ils réussissent, ils ne triomphent pas et que, si ils échouent, ils ne se découragent pas. Ton règne n'est ni dans le succès ni dans l'échec ; il est dans l'amour.
"Garde nos curés dans ton amour ! Nos curés doivent être des phénomènes : pédagogues avertis, spécialistes des questions du foyer, champions de sciences et de délicatesse face à nos insuffisances et notre péché.
"En visite chez les gens cultivés, il leur faut discuter correctement du dernier roman à la mode sous peine de passer pour de gros lourdauds : avec les paysans, il faut connaître les questions agricoles, et les autres.
"J'oubliais, Seigneur, que, dans la rue, ils doivent répondre à tous les saluts sans avoir cependant des yeux à facettes comme certains insectes et que, le dimanche, il leur faut être orateurs, chanteurs, musiciens et pas mal d'autres choses.
"Fais, Seigneur, que nous jugions ces spécialistes universels avec indulgence. Si notre curé réussit le quart de toutes ces spécialités, fais que nous soyons satisfaits !
"Donne-moi, Seigneur, la grâce d'être charitable pour mon curé. S'il fait des réunions de femmes, que je n'aille pas répéter que le curé est gouverné par le sexe faible ; si il est gros, qu'il fait la bombe ; si il est maigre, qu'il est rongé par le remords. Donne-moi de lui témoigner délicatesse et garde ton prêtre dans la joie.
"Amen !"

 


mardi 28 mai 2013

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1.678 : Des jeunes à la suite du Christ

Encore une très belle cérémonie, dimanche dernier, à Mortagne, avec la Confirmation par notre évêque, le P. Castet, de 23 jeunes de la paroisse. Un vrai bonheur de voir ces jeunes s'engager ainsi, devant toute la communauté, à mettre leur vie dans la main du Christ et à témoigner de son amour.
Oh, ce ne seront peut-être pas des chrétiens parfaits, suivant désormais à la lettre tous les commandements et toutes les règles de notre sainte mère l'Église ; mais nous-mêmes, sommes-nous si bons que cela ?  Si oui, ça se saurait !  Merveilleux de voir que l'Église, au lieu de douter d'eux, fait confiance à ces jeunes et reconnaît publiquement leur engagement.
Ce qui est intéressant, c'est de voir l'intéressant parcours qui a été celui de ces jeunes, durant un an et demi, pour progresser vers ce sacrement, accompagnés de leurs animateurs et de leurs tuteurs. Par exemple, ainsi que l'a expliqué le P. Castet, "y a-t-il  beaucoup de chrétiens adultes qui ont, comme ces jeunes, lu en entier l'évangile de Marc ?"   Au terme de la célébration, deux de ces tuteurs ont exprimé le bonheur qu'ils avaient eu à accompagner ces jeunes ; voici un extrait de leur prière d'action de grâce : "Merci, Seigneur, d'avoir mis sur notre route des jeunes qui nous questionnent et nous bousculent, nous faisant ainsi avancer dans notre propre foi, sous l'action de l'Esprit-Saint. Avec vous, les jeunes, nous avons senti une Église vivante, dynamique et joyeuse. C'est pour nous tous source d'espérance. Pour tout cela, merci Seigneur."

lundi 27 mai 2013

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1.677 : Europe 1 et les deux François

Ce matin, en me rasant, j'écoutais l'émission d'information de Bruce Toussaint lorsque, tout à coup, j'ai dressé l'oreille. L'animateur faisait la comparaison entre deux François, par rapport à leurs réactions suite au drame qui vient de se dérouler au Bangladesh. Inutile de vous rappeler que des centaines de personnes viennent de trouver la mort dans l'effondrement d'un immeuble de l'industrie textile, où l'on fabriquait des tee-shirts à très bas prix pour des gens comme nous.
Après avoir bien épluché tous les récents messages de l'Elysée, la découverte a été faite par les journalistes d'Europe 1 qu'il n'y avait eu aucun mot de notre François national par rapport à ce qui s'était passé là-bas, si loin..., et seulement un message très bref de Fabius à son collègue local chargé des affaires étrangères.
Par contre, en comparaison, Europe 1 a cité et souligné la force de l'intervention du pape François par rapport à ce drame : "Au Vatican, le pape François a condamné le travail d'esclave des victimes de l'accident, en rappelant que c'était pour un salaire de misère que tous ces gens étaient morts." Je vous renvoie à cette déclaration du pape François.
J'avais repéré aussi, entre autres, la mise en valeur de la déclaration du pape dans le journal "Libération".  Décidément, cela voudrait-il dire que l'Eglise retrouve grâce auprès des journalistes, après tant d'années difficiles ?  Il est vrai que notre nouveau pape, de par sa façon de se situer, est sans doute en train de faire bouger les lignes !
Certains allant peut-être me blâmer d'avoir semblé critiquer notre président, pour équilibrer les choses, je signale que l'on n'a guère vu, lors de la manifestation du 26 mai, qui avait pour but de défendre des valeurs humaines profondes, ces mêmes personnes manifester pour que soient mieux respectés les travailleurs qui confectionnent les tee-shirts que nous porterons cet été !!!
A droite comme à gauche, dans l'Eglise ou en-dehors d'elle, chacun a ses soucis, bien entendu !!!...

dimanche 26 mai 2013

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1.676 : Yannick Noah et la Trinité

Ce qui se passe en ce moment à Roland-Garros attire l'attention de tous les sportifs. Quand à moi, j'ai retenu cette réflexion de Yannick Noah, interrogé cette semaine sur les ondes à propos de ce tournoi de dimension mondiale qu'il avait remporté en 1983 : "Avant d'entrer sur le terrain à Roland-Garros, en 1983, il y a trente ans, j'ai pensé : "Ou je gagne, ou je meurs." Et j'ai fait un signe de croix, comme ça ! Un geste que je n'avais jamais fait, ni avant, ni après. Je n'avais jamais fait appel à Dieu avant. Je ne sais pas pourquoi je l'ai fait : pour demander de l'aide ?"
Intéressant, vous ne trouvez pas ?  La Trinité guidant la main du champion, quelle belle figure ! Plus sérieusement, depuis la nuit des temps, qu'elle le veuille ou non, l'âme humaine sent, depuis toujours, le besoin d'une aide et d'un salut !  Qui peut échapper à cette question ?
Question témoignage justement, je préfère celui de cette jeune CE2 qui, dans une école publique, a su témoigner tout simplement de sa foi dans le Dieu-Trinité. L'instit venait de demander si l'un ou l'autre avait une belle histoire à raconter. Et notre petite fille de lever le doigt. "Vas-y", lui dit la maîtresse. "C'était la semaine dernière ; j'étais au caté, et on a appris le "au  nom du Père." Et la petite fille d'enchaîner sur le champ, devant son instit interloquée : "Je vais vous dire comment c'est, et on va le dire tous ensemble." Et la voilà faisant le signe de la croix, tandis que tous les élèves de la classe ont repris ce geste à sa suite. Pas facile pour la maîtresse ensuite de reprendre les choses en main, mais le témoignage était passé.
Yannick Noah ?  Cette petite fille en CE2 ?  Et nous, la Trinité, comment en vivons-nous et en témoignons-nous ?

samedi 25 mai 2013

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1.675 : Marie a parlé

Tout au long du mois de mai plus encore qu'à l'ordinaire, nombreux sont les catholiques qui se tournent vers Marie, témoin ce mail que je reçois à l'instant : "Je suis seule chez moi, très isolée. Sur KTO, je viens de regarder le chapelet en direct de Lourdes, en italien. Un monde fou à Lourdes. J'ai une grande confiance en Marie. Dieu, Jésus, Marie, tous sont là près de moi."
Grand bonheur, il y a quelques jours, de recevoir une belle carte de Lourdes, signée par les jeunes de la paroisse qui participaient au récent pèlerinage diocésain : "Un petit bonjour de Lourdes de tous les jeunes présents à ce pèlerinage. Nous poursuivons petit à petit notre chemin sur les pas de Bernadette. C'est donc dans la joie et la bonne humeur que nous vous adressons toutes nos amitiés et pensons à vous ainsi qu'à toutes les personnes qui nous ont adressé leurs intentions de prière. "Elle m'a regardée comme l'on regarde une autre personne" (Bernadette)."
Il faut dire que les jeunes avaient eu la bonne idée de proposer aux paroissiens qui le souhaitaient de leur confier leurs intentions, pour qu'ils les portent à Marie. Un certain nombre d'enfants du caté ont suivi cette démarche ; ces jeunes leur ont envoyé de Lourdes des cartes d'une richesse inouïe, dont je vous cite quelques extraits : "Bonjour les CM1 ! Nous passons un très bon pélé à Lourdes. Nous chantons, nous dansons, et bien sûr, nous prions... Le pélé est une superbe expérience à vivre entre jeunes, afin d'affirmer notre foi et de partager des expériences. Merci beaucoup à vous de nous avoir laissé votre prière et d'avoir pensé à nous. Nous pensons, nous aussi, fort à vous. Continuez votre vie de chrétiens avec dynamisme et conviction."
Un dernier message : celui de ce jeune couple de paroissiens parti se retrouver et se ressourcer auprès de Marie, à Lourdes. De là-bas, ils viennent de me téléphoner pour me faire part de leur bonheur de vivre des moments intenses de partage, de prière et de bonheur, dans la paix de Dieu, sous le regard de Marie.
Un dernier fait, parmi bien d'autres : hier en fin d'après-midi, avant la messe, un certain nombre de personnes priaient le chapelet à l'église de Mortagne. En les voyant, je n'ai pu m'empêcher de penser à Marie au milieu des apôtres. Sûr que, par Marie, leur prière a touché le coeur de Dieu, et renouvelé leur propre coeur !

jeudi 23 mai 2013

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1.674 : Education affective au Lycée Saint Gabriel

Ces derniers temps, à plusieurs reprises, à Saint Gab, ont été organisés des temps consacrés à l'éducation affective des jeunes. Plusieurs ont eu lieu aussi cet après-midi. Malgré mes bientôt 71 ans, je me suis trouvé à participer à deux de ces temps forts. Tout d'abord, bravo à l'équipe pastorale et l'équipe éducative de ce lycée qui, plutôt que de baisser les bras et de rester inerte, ont fait le pari audacieux de proposer aux jeunes d'entrer dans la perspective évangélique et ecclésiale d'un Amour vrai.
Pas évident, pour des jeunes de 15-16 ans, de regarder en face un tel sujet ! On les voyait hésiter entre écoute attentive, passivité parfois, une certaine dérision pour certains ; mais que cachait cette attitude ? Aborder le thème de la sexualité, dans un tel cadre, ce n'est pas quelque chose de très naturel en effet !
Parmi les questions : la place de la femme, Jésus n'avait-il pas de nombreuses maîtresses, quel rapport entre l'Eglise et les questions sexuelles, pourquoi les prêtres n'ont pas le droit de se marier, etc... De nombreux points ont été abordés, y compris l'homosexualité, à la lumière de la Bible, mais aussi, du Concile Vatican II et du catéchisme pour les jeunes (Youcat).
A la fin de ces rencontres, lorsque nous nous sommes retrouvés pour prendre un pot, la question s'est posée de la forme, du fond, de l'efficacité de tels temps forts. Nous nous sommes dit que nul ne peut mesurer ce qui a pu se passer dans le coeur de ces jeunes, mais que le fait d'avoir pu aborder ces questions, de leur avoir partagé quelques clefs de compréhension, cela pouvait leur permettre peut-être de se positionner de façon plus mûre, face à la vie et au monde dans lequel ils sont immergés.
Shakespeare disait : "L'amour est un phare fixé pour toujours." Nous avons partagé avec eux notre foi en la Bible, qui est aussi ce phare, cette boussole, capable d'aider chacun à entre dans l'Amour en vérité. Nous avons fait ce que nous avons pu, de notre mieux ; désormais, le reste appartient à Dieu !
Encore bravo et merci aux enseignants de Saint Gab, et aux élèves qui sont entrés dans cette démarche vers le bonheur infini !

mercredi 22 mai 2013

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1.673 : Cela vaut tous les rayons de soleil !

On se plaint beaucoup, du matin au soir, que tout va de plus en plus mal sur notre planète !
Cela vient sans doute de ce que l'on n'est soi-même pas très bien dans sa tête, que l'on ne sait pas voir les merveilles de Dieu autour de soi...
Voici donc un peu de réconfort, avec ce fait que me communique aujourd'hui Abdelouahed, un ami musulman.

 
LA COURTOISIE
 
Vendredi 17 avril à 17h 18, je monte dans le bus n°41 à l’arrêt de la porte Saint-Nicolas.

« Bonjour Messieurs-Dames ! » dit le chauffeur spontanément sur un ton jovial.

Premier arrêt : « Merci Messieurs Dames ! Agréable et bonne fin d’après-midi ! »

Les passagers et moi-même sommes agréablement surpris et les passagers qui descendent le remercient pour sa courtoisie.

Place des Grands Près, je m’apprête à descendre du bus mais avant tout, je lui fais part de mon souhait de le prendre en photo. Avec un air étonné, il me demande la raison. Je lui explique alors que je veux partager avec mes amis et mes contacts sa COURTOISIE. A mon tour, je le remercie pour son comportement professionnel, sa bienveillance à l’égard de ses passagers et sur sa conduite souple et prudente.

« Vous savez, Monsieur, c’est naturel sinon je n’aurais pas choisi ce métier. En tous les cas, merci pour ces compliments et bonne fin d’après-midi ! »

Je pense que ce Chauffeur ignore (peut-être) qu’un certain nombre de ses collègues ne daignent même pas répondre aux salutations des passagers.

A la Rochelle, le 17/05/2013

Abdelouahed TATOU

mardi 21 mai 2013

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1.672 : Le soleil a-t-il disparu de votre coeur ?

Des amis facétieux et pleins d'humour m'ont fait parvenir hier le message suivant :

Avis de recherche URGENT  :

Disparu depuis plusieurs mois !

Nom                       :      Soleil
Taille                     :      1.392.000 km
Couleur                  :      Jaune
Signe particulier    :      Remonte le moral et donne de la chaleur 

Si quelqu'un l'a vu, prière de nous le renvoyer illico presto !
Merci d'avance !

Plus sérieusement, et si l'on se posait la fameuse question de l'écrivain Alphonse Karr, ami de Victor Hugo : "Le soleil se cache : quelles sont les horreurs qu'il refuse d'éclairer ?"
Je vous laisse réfléchir à cette pertinente interrogation !

lundi 20 mai 2013

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1.671 : Serait-il mort ?

Il y a quelques jours, alors que je m'étais excusé, sur ce blog, de ne plus écrire de billets aussi régulièrement, une paroissienne de Saint Laurent m'avait répondu ceci : "N'ayez surtout pas honte de ne plus écrire aussi souvent sur l'Arche de Noé. Ce n'est pas votre âge, mais plutôt, débordé par tant de travail, que vous devez accomplir avec Saint Laurent..."  C'est sans doute un peu vrai, même si je ne veux pas m'en plaindre. Hier par exemple, à Saint Laurent justement, comme à Mortagne le dimanche précédent, j'ai d'abord eu la messe solennelle de la première des Communions, avec 40 enfants, avec une assemblée différente des dimanches ordinaires, mais très attentive et en attente d'un message enthousiaste et beau. Mais, ce n'était pas tout : après cette célébration, j'avais la cérémonie de 10 baptêmes ; là aussi, il a fallu assurer ! A près de 71 ans, "cela demande quand même de l'énergie", comme me l'ont dit des parents justement. Je me suis mis à table à 14h35 ! Enchanté cependant de tout cela. Et cette même paroissienne dont je parlais au départ d'ajouter : "Merci pour votre enseignement si riche, sur le net ; je retiens surtout votre tolérance, pour accepter l'autre avec ses différences, et toujours en référence à Dieu ; cela m'aide beaucoup chaque jour."
Pendant que j'y suis, la semaine dernière, je recevais un mail des Sables d'Olonne me disant ceci : "J'espère que tu vas bien ? Dois-je t'avouer que tes billets quotidiens, réguliers, me manquent ! Cela ne m'empêche pas de cliquer chaque matin sur ton  blog, comme tant d'autres d'ailleurs. Cependant, je comprends tout à fait cette absence, devant une tâche pastorale encore bien lourde, puisque tu es le seul curé."
Samedi, c'est une de mes soeurs, inquiète de mon silence, qui m'écrit ceci : "J'espère que tu vas bien, malgré l'absence de billet depuis une semaine. Tu as le droit de te poser, tu donnes beaucoup dans ce Nord-Vendée."
Hier dimanche, ce mail d'une amie protestante du Sud-Vendée : "Constatant un long silence dans votre blog, nous espérons que vous êtes toujours en bonne forme."
Ce matin, un message des Sables : "Je suis heureuse, comme tous vos lecteurs, d'ouvrir mon ordinateur pour vous lire, après mes dures journées auprès des personnes en fin de vie. Depuis 5 ans déjà, je me presse pour avoir de bonnes paroles à lire et à relire. Continuez, mon Père, nous avons tellement besoin de vous."
Les paroissiens de Saint Laurent et Mortagne sont moins inquiets, car ils savent que je suis toujours "sur le tas". Mais pour eux aussi, ce n'est pas drôle, car avant, ils avaient deux prêtres, dont un en permanence à Saint Laurent !
Des paroissiens de Fontenay-le-Comte me disent : "Vous avez souhaité quitter Fontenay parce qu'il y avait trop de travail ; ce n'était pas la peine, si c'est pour être aussi occupé sur Mortagne..."  Non ! Car à Mortagne, comme je l'ai déjà écrit plusieurs fois, si je suis aussi occupé en effet, j'y ai, et c'est ce que je recherchais, nettement moins de responsabilités : cela change beaucoup de choses.
Je vais essayer de ne pas être silencieux aussi longtemps désormais.
En tout cas, merci à tous de votre amical soutien !

jeudi 9 mai 2013

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1.670 : "Le message passe..."

Dimanche dernier, pour fêter la dernière messe des familles de l'année, un pot a été offert aux paroissiens, à l'issue de la messe, sur le parvis de l'église qui donne sur la place du marché. Parents, enfants, paroissiens sont restés longuement à échanger joyeusement, sous un merveilleux soleil de printemps. Cela rayonnait de bonheur et de fraternité. Occasion pour chacun de donner ses impressions par rapport aux messes des familles, qui semblent avoir fait le bonheur de tous, grands et petits.
En annonçant ce pot, j'avais suggéré que chacun profite de ce temps pour donner ses impressions par rapport à cette initiative, afin de savoir si nous devions garder cette formule l'an prochain. Il semble bien que tous souhaitent la poursuite de ces messes d'un style un peu plus jeune et plus cool ; cela d'ailleurs, sans jeter le discrédit sur les messes des autres dimanches, d'un type plus classique ; mais il en faut pour tous les goûts !  Et surtout, nous ne pouvons pas prendre notre parti de voir les jeunes fuir nos célébrations ! Témoin le mail de cette jeune d'une paroisse voisine m'avouant récemment : "Il y a une chose que je n'arrive pas à comprendre. Mes parents sont catholiques pratiquants et moi, je ne pratique pas. Je n'arrive pas à rentrer dans une église quand il y a du monde, je sens toujours de la tristesse. Pourquoi ? Si je rentre, au bout d'un certain temps, je m'endors, et cela, depuis que je suis toute petite !"
Eh bien, c'est contre cela qu'il nous faut lutter, afin que nos messes deviennent vraiment des lieux de bonheur et de fraternité, dans la rencontre entre nous et avec le Seigneur.
J'ai bien aimé cette phrase de Michel, heureux de saluer les personnes qui passaient près de nous en souriant de nous voir ainsi réunis et joyeux : "Le message passe", répétait-il ! "Les gens voient que les chrétiens ne sont pas des gens tristes, renfermés entre eux dans leur église, ou sortant de celle-ci avec un air un peu tristounet."
C'est cela aussi, la grâce des messes des familles, et la mission du peuple des chrétiens !

jeudi 2 mai 2013

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1.669 : A vous, amis bloggers, Hourrah !

Georges Brassens hier : cela fait du bien de commencer le mois de mai en chansons !
Surtout quand ce sont en même temps de très belles poésies.
D'ailleurs, il m'arrive parfois de regretter que nos chants d'Eglise ne soient pas d'une aussi belle qualité...
Chaque jour, je pense aux centaines de personnes qui viennent lire ces billets sur l'Arche de Noé.
J'ai un peu de honte à vous décevoir, car j'écris plus irrégulièrement désormais.
Avec l'âge...
Je n'en suis que plus ébloui par votre immense fidélité.
Surtout que, parmi vous, il en est un grand nombre que je ne connais pas...
J'aimerais tant faire connaissance avec tous ! Mais, sur l'océan du Net...
En hommage à vous, chers amis que je ne connais pas, voici le texte d'une merveilleuse chanson de Jean Ferrat.
Comme lui, dans mon coeur, je vous le chante :
"Hourrah !"


On a les yeux de toutes les couleurs
Le rire aux lèvres et la colère au cœur
Et des milliers de chansons dans la voix
Vous mes amis que je ne connais pas
Je ne vous connais pas
Mais je vous imagine
Rien d'autre comme en moi
Qu'un rêve qui s'obstine
Hourrah

On a le front mouillé de tous les ciels
On a l'amour aux rythmes essentiels
Des rivages d'étoiles sous nos pas
Vous mes amis que je ne connais pas
Je ne vous connais pas
Mais je sais qui vous êtes
De grands poissons lilas
Dansent dans votre tête
Hourrah

Depuis le temps qu'on joue les mêmes vies
Que le temps passe au bras des mêmes filles
Et qu'à la source on boit le même vin
Vous mes amis je vous connais si bien
Et le temps d'un refrain
Et l'espace d'un cri
Et le temps d'un refrain
C'est pour vous que je crie
Hourrah

Pour chaque fruit mûrit une saison
C'est en été que tombent les prisons
Grenade un jour aura brisé ses liens
Vous mes amis que je connais si bien
L'avenir l'avenir
Ouvre ses jambes bleues
Faudra-t-il en mourir
Ou bien n'est-ce qu'un jeu
Hourrah

Paris s'endort à l'heure où le matin
Un autre monde est à moitié chemin
En nous aidant le ciel nous aidera
Vous mes amis que je ne connais pas
En nous aidant le ciel nous aidera    
Vous mes amis que je ne connais pas
Hourrah

mercredi 1 mai 2013

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1.668 : Georges Brassens et le 1° mai

Les vieux comme moi apprécieront, et, je le souhaite, les plus jeunes également, ce joli poème de Georges Brassens, qu'il nous chantait en 1957 : son "Discours sur les fleurs", dont je vous transmets ci-dessous la 1° partie :

Sachant bien que même si
Je suis amoureux transi,
Jamais ma main ne les cueille
De bon coeur les fleurs m'accueillent.
Et m'esquivant des salons,
Où l'on déblatère, où l'on
Tient des propos byzantins,
J'vais faire un tour au jardin.

Car je préfère, ma foi,
En voyant ce que parfois,
Ceux des hommes peuvent faire,
Les discours des primevères.
Des bourdes, des inepties,
Les fleurs en disent aussi,
Mais jamais personne en meurt
Et ça plaît à mon humeur.

Le premier Mai c'est pas gai,
Je trime a dit le muguet,
Dix fois plus que d'habitude,
Regrettable servitude.
Muguet, sois pas chicaneur,
Car tu donnes du bonheur,
Pas cher à tout un chacun.
Brin d' muguet, tu es quelqu'un.

Malgré la pluie et la désastreuse conjoncture, bon 1° mai à toutes et tous !