Bienvenue !

Vous avez des choses à dire...
Vous vous posez des questions, pour donner un sens à votre vie...
Vous cherchez un espace d'échange convivial pour exprimer ce que vous ressentez...
Vous attendez des réponses à vos questions...


...Alors, en réponse à vos attentes, la paroisse Montfort sur Sèvre en Vendée ouvre ce blog et vous propose de vous exprimer librement.
Ici, tout pourra être dit dans les limites de la courtoisie et du respect mutuel.

Merci d'avance de votre participation.


Depuis novembre 2007, le Père Olivier Gaignet partage sur son blog ses réflexions sur Dieu et sur l’Eglise. bien sûr,
mais aussi sur la marche du monde. Il nous invite à réfléchir à des thèmes aussi essentiels que : notre société, les autres religions,
la télé, la politique, l’art, sans oublier ses propres paroissiens.
Les billets des cinq premières années (de novembre 2007 à septembre 2012 )ne figurent plus sur ce blog. Pour les consulter, se référer aux cinq volumes intitulés: "Ma paroisse.com", que vous pouvez vous procurer en envoyant un mail à : olivier.gaignet@yahoo.fr

mercredi 9 janvier 2013

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1.602 : Une Eglise pour tous

Une chose qui me surprend, dans cette campagne autour du mariage pour tous, c'est la coupure de la population française en deux camps : ceux qui sont pour aveuglément, et ceux qui sont à fond contre. Entre ces deux camps, la polémique s'avère sévère ; et l'on s'affronte à coups de pourcentages, pour prouver que l'on a raison. Quant aux catholiques eux-mêmes, leur état d'esprit est plus contrasté qu'il n'y paraît. En juillet 2012 par exemple, 45% des catholiques pratiquants se disaient favorables au mariage pour tous. L'enquête réalisée par l'Ifop début janvier révèle que que 4 "pratiquants" sur 10 sur 10 sont favorables au mariage pour tous, et 3 sur 10 favorables à l'adoption. L'un des responsables de l'Ifop déclare que ce résultat s'explique par le fait que "les femmes constituent la majorité des catholiques pratiquants." Or, celles-ci se montrent nettement plus favorables que les hommes sur ces questions. Parmi les personnes proches de l'Eglise catholique, beaucoup s'interrogent, tandis que d'autres se lancent dans l'organisation de la grande manifestation prochaine à Paris. Qui a raison ? Qui a tort ? Ce n'est pas si simple ! La preuve de la complexité de l'événement, c'est la réaction des responsables religieux face à la manifestation : je cite un article de "La Croix" en page 2 de ce lundi 7 janvier :
"A l'exception du Conseil national des évangéliques de France, les responsables religieux français évitent de s'engager directement dans la manifestation du 13 janvier. (...) De son côté, la Fédération protestante de France, bien qu'opposée au projet de loi, n'appellera pas à manifester. Côté musulman, le président du Conseil français du culte musulman, Mohammed Moussaoui, n'appelle pas davantage à descendre dans la rue, "tout en laissant à chacun la liberté de manifester ou non".(...) Enfin, le porte-parole du grand rabbin de France a indiqué que Gilles Bernheim "n'appellerait pas à manifester, ayant déjà apporté sa contribution" dans un long essai."
Le journal  précise également que, même si "pas moins de 25 évêques ont apporté leur soutien à la manifestation, seuls huit évêques français ont annoncé leur intention de défiler dimanche prochain, et il n'est pas sûr qu'ils soient effectivement présents, l'archevêque de Paris semblant assez réticent à voir les évêques parmi les manifestants."
Ceci dit, les catholiques agiront bien entendu selon leur conscience, avec le souci de veiller à bien sauvegarder la notion évangélique fondamentale d'une Eglise pour tous ; c'est-à-dire, d'une Eglise par laquelle tous, quelles que soient leurs pratiques ou leurs opinions, se sentent accueillis et écoutés. Or, quelle image notre Eglise donne-t-elle en ce moment ? Et quelles vont être les répercussions pour l'avenir de l'Evangile dans notre pays ?  D'autre part, comment faire en sorte que les couples catholiques apprennent à mieux témoigner au jour le jour, là où Dieu les a placés, face à la société, de la richesse de leur sacrement de mariage, et pas seulement dans la rue ?  Les questions ne manquent pas !

1 commentaires:


B.Tarnier a dit…

La notion d’une Eglise pour tous correspond certes à l’article de foi qui confesse son universalité, et je suis d’accord bien sûr aussi avec vous, Père Olivier, sur le fait que son unicité ne devrait pas être mise en péril par nos scandales et nos divisions…

Mais où est présentement le scandale, sinon dans un Pouvoir qui, au nom d’une promesse électorale, attaque la liberté de conscience de braves gens blessés dans leur foi en Dieu et en la famille (normale) ?

C’est pourquoi je pense, comme vous, que la responsabilité des familles chrétiennes est immense, autant que celle des clercs dont la charge est lourde,(comme celle aussi des politiques présentement, vu les problèmes économiques et financiers actuels) !

Bernard