Bienvenue !

Vous avez des choses à dire...
Vous vous posez des questions, pour donner un sens à votre vie...
Vous cherchez un espace d'échange convivial pour exprimer ce que vous ressentez...
Vous attendez des réponses à vos questions...


...Alors, en réponse à vos attentes, la paroisse Montfort sur Sèvre en Vendée ouvre ce blog et vous propose de vous exprimer librement.
Ici, tout pourra être dit dans les limites de la courtoisie et du respect mutuel.

Merci d'avance de votre participation.


Depuis novembre 2007, le Père Olivier Gaignet partage sur son blog ses réflexions sur Dieu et sur l’Eglise. bien sûr,
mais aussi sur la marche du monde. Il nous invite à réfléchir à des thèmes aussi essentiels que : notre société, les autres religions,
la télé, la politique, l’art, sans oublier ses propres paroissiens.
Les billets des cinq premières années (de novembre 2007 à septembre 2012 )ne figurent plus sur ce blog. Pour les consulter, se référer aux cinq volumes intitulés: "Ma paroisse.com", que vous pouvez vous procurer en envoyant un mail à : olivier.gaignet@yahoo.fr

samedi 3 novembre 2012

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1.553 : "Dieu ne répond pas à mes prières !"

Encore récemment, je souffrais intérieurement devant la détresse de ce couple qui, marié depuis longtemps, me confiait son désarroi de ne pouvoir avoir d'enfant : "On dirait que Dieu nous a oubliés ; et pourtant, on le prie régulièrement... Mais à présent, on n'y croit plus ; on n'a plus envie de prier."
Les raisons de ces difficultés sont multiples, sans doute, et je ne vais pas en rajouter à ce sujet. Je m'arrête seulement à cette douleur profonde, qui peut conduire des croyants à tourner le dos à Dieu. A une mammy qui s'en inquiétait, j'ai essayé de faire comprendre que, ce jeune couple, ce n'est pas forcément Dieu qu'ils rejettent ; mais leur douleur est telle, leurs espoirs ont été si souvent déçus qu'ils ne savent plus vers qui se tourner et en qui espérer. Cette réaction de colère, de rejet, est tout à fait compréhensible ; et il est sans doute important qu'ils puissent la "sortir" et l'exprimer.
En tout cas, cela nous renvoie au sens profond de la prière, et à la conception que nous nous faisons du rôle de Dieu.
Dieu agit, c'est sûr ! Mais où, et comment ? Peut-on mettre la main sur lui ?  Le mettre de notre côté, l'obliger, en quelque sorte, par notre prière, à nous exaucer ?  C 'est difficile à dire, mais Dieu n'est pas un distributeur automatique de faveurs : "Tu me pries, et je t'exauce".  Et si la prière consistait à nous abandonner dans la main de Dieu ?  J'aime bien cette remarque éclairante de Saint Augustin : "Nous ne prions pas Dieu pour l'instruire, mais pour nous construire."
Quelques réflexions du célèbre "Commissaire Navarro", Roger Hanin, pour nous accompagner dans notre réflexion.  Un jour où on lui demandait : "Il ne vous arrive jamais de crier contre le ciel, de vous révolter contre Dieu ?" Voici quelle fut sa réponse : "Non, je ne peux pas, cela m'est impossible. Je le prie, je lui dis : "Aide-moi, aide-les", mais je ne crie pas contre lui. S'il existe, comment se révolter contre l'amour infini ?  D'ailleurs, ajoute-t-il, je prie souvent pour Dieu..., pour qu'il ne lui arrive rien. Vous savez, Dieu, on le dit Tout-puissant, mais il est fragile, terriblement fragile, comme l'amour. Mais il m'arrive aussi de m'adresser à lui lorsque je suis dans le désarroi ou face à une injustice. Et je fais souvent le constat que, après la prière, je vais mieux, je suis davantage en paix..."

2 commentaires:


Anonyme a dit…

I am commonly to blogging and i really appreciate your content. The article has truly peaks my interest. I'm going to bookmark your web site and keep checking for new specifics.

[url=http://cheapjordansfreeshipping1.weebly.com/]Cheap Jordans[/url]

Père Gaignet a dit…

De la part du Docteur Eliane Florentin :

Je voulais réagir au blog d'hier: je ne juge personne et je peux comprendre la douleur de ceux qui ne peuvent avoir d'enfant car je suis bien placée pour savoir la joie qu'ils nous procurent (mais pour certains aussi combien de tracas, d'angoisses, de déceptions......). Mais bien sûr, quand on regrette de ne pas avoir d'enfant, on ne pense qu'aux joies à côté desquelles on passe et, pour une femme qui ne l'a pas choisi, j'imagine quelle douleur c'est de ne pas connaître les joies de la grossesse et de la maternité.
Mais il y a aussi bien d'autres frustrations dans la vie: l'isolement, l'absence de relation affective épanouissante, la maladie, les handicaps, le deuil d'êtres chers.....
Pour moi, prier c'est demander à Dieu la force de traverser toutes ces épreuves s'il n'est pas de Sa Volonté de les éviter, et de parvenir à faire nôtre cette parole de Jésus : "non pas ma volonté, mais Ta Volonté", en sachant que, de toute manière, la Volonté de Dieu est ce qui est le mieux pour nous, même si, avec nos yeux d'humains, nous ne comprenons rien.....
Je peux comprendre que, sous l'effet de la douleur, de la colère, on puisse rejeter Dieu, comme un enfant en colère envoie ses parents promener ; mais j'ai du mal à imaginer qu'une foi profonde et sincère puisse s'éteindre à jamais à la suite de malheurs..... Il y aurait alors bien peu de croyants sur terre, car, qui n'a pas eu, un jour ou l'autre, à vivre des jours difficiles...?
Un autre problème de notre société est de croire que nous avons droit à tout et donc, que c'est profondément injuste et anormal quand on ne l'obtient pas ; et donc, on se révolte contre tout... Il faut vraiment apprendre à gérer nos frustrations, quelles qu'elles soient, même si c'est très douloureux parfois...