Bienvenue !

Vous avez des choses à dire...
Vous vous posez des questions, pour donner un sens à votre vie...
Vous cherchez un espace d'échange convivial pour exprimer ce que vous ressentez...
Vous attendez des réponses à vos questions...


...Alors, en réponse à vos attentes, la paroisse Montfort sur Sèvre en Vendée ouvre ce blog et vous propose de vous exprimer librement.
Ici, tout pourra être dit dans les limites de la courtoisie et du respect mutuel.

Merci d'avance de votre participation.


Depuis novembre 2007, le Père Olivier Gaignet partage sur son blog ses réflexions sur Dieu et sur l’Eglise. bien sûr,
mais aussi sur la marche du monde. Il nous invite à réfléchir à des thèmes aussi essentiels que : notre société, les autres religions,
la télé, la politique, l’art, sans oublier ses propres paroissiens.
Les billets des cinq premières années (de novembre 2007 à septembre 2012 )ne figurent plus sur ce blog. Pour les consulter, se référer aux cinq volumes intitulés: "Ma paroisse.com", que vous pouvez vous procurer en envoyant un mail à : olivier.gaignet@yahoo.fr

jeudi 1 novembre 2012

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1.551 : "On ira tous au paradis"

Hier soir, à Evrunes, au cours de l'homélie de la Toussaint, j'ai chantonné brièvement quelques paroles de cette célèbre chanson de Michel Polnareff, écrite en 1972, il y a déjà 40 ans ! Comme le temps passe... Quelques paroissiens m'ont accompagné, avec un sourire amusé. Il est vrai que, quand on se remémore les paroles... : "Qu'on soit béni ou qu'on soit maudit, on ira, tout' les bonnes soeurs et tous les voleurs, tout'les brebis et tous les bandits, avec les saints et les assassins... N'aie pas peur de la couleur des flammes de l'enfer... Qu'on croie en Dieu ou qu'on n'y croie pas, on ira... Qu'on ait fait le bien ou bien le mal, on sera tous invités au bal... Avec les chrétiens, avec les païens, et même les chiens et les requins... On ira tous au paradis, surtout moi."
Diantre ! Quelle sauce à la guimauve ! Mais ça a bien pris, et nul n'a oublié le refrain ! Il est vrai que, dans la foulée de mai 68, si vous vous rappelez le contexte, on avait besoin de faire craquer les carcans, de se défouler, de se libérer aussi de cette image d'un Dieu gendarme, méchant, excluant de son ciel tous ceux qui ne suivaient pas les règles de l'ordre ecclésial établi. L'objectif était de changer Dieu, d'en faire un Dieu sympa, ouvert, douceâtre, un Dieu tout amour, mais genre sucette à la menthe : on peut faire tout ce qu'on veut ici-bas ; si Dieu est amour, il ne nous en voudra pas, et il est trop bon pour nous envoyer brûler en enfer désormais, quoi qu'on ait fait !
C'est vrai qu'un Dieu juge, au message culpabilisant, ne correspondait sans doute pas au Dieu de la Bible, ni au Jésus de l'Evangile, qui nous a révélé l'infinie compassion d'un Dieu "qui fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons et tomber la pluie sur les justes et les injustes" (Matthieu 5/45). Mais, d'un autre côté, n'est-il pas nécessaire de croire que le mal ne sera jamais traité comme le bien, que le mal ne gagnera pas, que les tortionnaires, les violeurs, les abuseurs seront obligés de rendre compte de leurs actes, qu' "ils ne l'emporteront pas en paradis", pour reprendre la formule populaire ? Ce qui ne signifie pas qu'ils seront condamnés pour toujours, mais ça ne se passera pas comme si rien n'avait été.
Quant à lui, niant toute idée de jugement, Michel Polnareff certifie qu' "on ira tous au paradis", comme s'il s'agissait d'un droit acquis. Alors que, de même que des parents posent des limites à leurs enfants, ce qui ne les empêche pas de les aimer, le message biblique nous rappelle aussi ceci : "devoir répondre un jour de nos actes, c'est cela qui fait de nous des adultes, convoqués à dire "je" devant le Dieu de vérité. Nous serons jugés à la façon dont nous avons cultivé nos talents", ainsi que l'écrit le pasteur protestant suisse Daniel Marguerat dans son récent ouvrage intitulé justement "Nous irons tous au paradis", mais aussi, à la façon dont nous aurons respecté nos frères.
En fait, "au soir de notre vie, comme l'a écrit saint Jean de la Croix, nous serons jugés sur l'amour", en fonction des choix que nous aurons faits ou non !

1 commentaires:


Père Gaignet a dit…

Voici un commentaire reçu d’une autre de mes sœurs que celle qui m’a envoyé la parabole sur le ciel et l’enfer, publiée ce 4 novembre :

"On ira tous au paradis. Figure toi que, à la préparation de la messe de la Toussaint à la maison de retraite de Vouillé-les-Marais, notre tante Thérèse, 94 ans, a chanté cette chanson avec l'animatrice qui connaissait bien les couplets.
Et, en lisant le billet, c'était la même chose ; elle est incroyable et sait expliquer les textes.
En même temps, elle a bien voulu accueillir les enfants qui fêtaient Halloween en donnant un bonbon avec le sourire. Les parents la remerciaient.
Quand ma petite fille, Diane, et moi, nous sommes arrivées, tante Thérèse se préparait à accueillir les résidents pour la messe, en installant son fauteuil pour que la circulation soit plus facile ; elle pense à tout."
Monique Fillon