Bienvenue !

Vous avez des choses à dire...
Vous vous posez des questions, pour donner un sens à votre vie...
Vous cherchez un espace d'échange convivial pour exprimer ce que vous ressentez...
Vous attendez des réponses à vos questions...


...Alors, en réponse à vos attentes, la paroisse Montfort sur Sèvre en Vendée ouvre ce blog et vous propose de vous exprimer librement.
Ici, tout pourra être dit dans les limites de la courtoisie et du respect mutuel.

Merci d'avance de votre participation.


Depuis novembre 2007, le Père Olivier Gaignet partage sur son blog ses réflexions sur Dieu et sur l’Eglise. bien sûr,
mais aussi sur la marche du monde. Il nous invite à réfléchir à des thèmes aussi essentiels que : notre société, les autres religions,
la télé, la politique, l’art, sans oublier ses propres paroissiens.
Les billets des cinq premières années (de novembre 2007 à septembre 2012 )ne figurent plus sur ce blog. Pour les consulter, se référer aux cinq volumes intitulés: "Ma paroisse.com", que vous pouvez vous procurer en envoyant un mail à : olivier.gaignet@yahoo.fr

jeudi 23 août 2012

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1.511 : "Qu'est-ce que ça vous fait de partir ?"

Vous êtes nombreux à me demander ce que je ressens à l'idée de quitter Fontenay-le-Comte et le Sud Vendée. Quoi répondre ? Ce n'est pas facile ! Disons, à la fois du regret, et une certaine paix. Comme on le dit : "on sait ce qu'on quitte, on ne sait pas ce qui nous attend !"
Je sais ce que je vais laisser en effet ! En vrac, ma région d'origine, la proximité avec ma famille, ce Sud Vendée où j'ai depuis toujours mes repères et mes racines. Mais surtout, une foule de visages connus et aimés ; tous ces hommes et ces femmes que j'ai côtoyés, rencontrés, écoutés, accompagnés de mon mieux, appréciés, durant ces cinq années. Cinq ans, ce n'est pas long ! Mais c'est suffisant cependant pour créer des relations belles et profondes avec toute une population. Et cela, en effet, j'ai, je l'avoue, un peu de peine à l'abandonner. J'aurais pu rester, continuer à savourer les amitiés instaurées, poursuivre l'accompagnement commencé, approfondir les projets engagés. Je sais que nombre de personnes comptaient sur moi pour cela ; je sais que je les déçois un peu sans doute, en m'éloignant de Fontenay-le-Comte, et cela, j'en suis vraiment navré !
Mais, d'autre part, je pense que, réellement, rien n'est perdu ! Nous avons avancé ensemble ; chacun a évolué et grandi, et tous sont à même de poursuivre l'oeuvre engagée, au sein des paroisses Saint Hilaire de Fontenay et Notre-Dame des Sources. Surtout avec la chance que représente l'arrivée d'un jeune curé tout à fait remarquable, en la personne de François Bidaud, qui nous arrive de la Roche-sur-Yon. L'évêque ne s'est pas moqué de nous, et c'est un des meilleurs prêtres du diocèse qu'il nous envoie, d'ailleurs élu, par les prêtres, responsable du Conseil presbytéral du diocèse de Luçon, ce qui représente une belle marque d'estime et de confiance. Voilà pourquoi je vous disais que je ressens aussi un sentiment de paix en quittant le Sud Vendée, heureux de savoir les paroisses et le doyenné en de très bonnes mains.
Bonne accoutumance mutuelle, à lui et à vous, dans la paix de Dieu !

2 commentaires:


eliane florentin qanabita a dit…

vous décrivez très bien la situation de chacun d'entre nous à chaque fois que la vie nous demande d'avancer et de "changer": on s'appuie sur les richesses du passé (et il y en a toujours) pour construire un nouvel avenir....Et vous n'allez tout de même pas au bout du monde! à notre époque qu'est-ce que à peine une petite centaine de km? Moi aussi j'aurais aimé vous garder comme curé mais je crois sincèrement que c'est mieux pour vous d'avoir une charge moins lourde et que Dieu vous guide dans vos prises de décision comme il guide chacun d'entre nous si on prend le temps de lécouter;....Bon vent, bonne chance dans votre nouvelle paroisse et j'espère bien que nous nous reverrons de temps à autre, ne serait-ce également que d'échanger sur le blog.
ELIANE FLORENTIN QANABITA

Annick a dit…

Des pages se tournent. Toute vie,il faut partir et repartir, voir partir ceux que l'on aime.
Partir, dit le fameux dicton, c'est mourir un peu, oui, quand on s'accroche à ses routines et sécurités, comme si rien ne pouvait recommencer.
Partir c'est vivre et revivre quand, dans le sillage d' Abraham, on prend la route, faisant confiance aux étoiles. Se rendre là où Dieu fixe ses rendez-vous. Ce qui ne signifie pas seulement se mettre en chemin, mais intérieurement se rendre, se livrer à cette présence invisible dont il est dit qu'elle habite en nos coeurs.

Que sur votre route, père Olivier, Dieu soit abri !

Annick Ghannemi