Bienvenue !

Vous avez des choses à dire...
Vous vous posez des questions, pour donner un sens à votre vie...
Vous cherchez un espace d'échange convivial pour exprimer ce que vous ressentez...
Vous attendez des réponses à vos questions...


...Alors, en réponse à vos attentes, la paroisse Montfort sur Sèvre en Vendée ouvre ce blog et vous propose de vous exprimer librement.
Ici, tout pourra être dit dans les limites de la courtoisie et du respect mutuel.

Merci d'avance de votre participation.


Depuis novembre 2007, le Père Olivier Gaignet partage sur son blog ses réflexions sur Dieu et sur l’Eglise. bien sûr,
mais aussi sur la marche du monde. Il nous invite à réfléchir à des thèmes aussi essentiels que : notre société, les autres religions,
la télé, la politique, l’art, sans oublier ses propres paroissiens.
Les billets des cinq premières années (de novembre 2007 à septembre 2012 )ne figurent plus sur ce blog. Pour les consulter, se référer aux cinq volumes intitulés: "Ma paroisse.com", que vous pouvez vous procurer en envoyant un mail à : olivier.gaignet@yahoo.fr

vendredi 1 juin 2012

Le Blog du Curé de Fontenay-le-Comte n° 1.464 : Merci aux écoles catholiques

En France, comme ailleurs, il se trouve qu'il y a deux types d'écoles : l'école catholique et l'école publique. Que l'on soit d'accord ou non, c'est un fait ! Et le titre de ce billet, tout en voulant rendre hommage à l'école catholique, ne devrait pas faire croire que seul ce mode d'enseignement est valable et conforme à la vision de l'Eglise. Dans les deux cas, il y a des enfants, des enseignants, des parents qui méritent d'être accompagnés, respectés, soutenus, valorisés. Un autre jour, je pourrai revenir sur la richesse étonnante de ce qui se vit dans l'enseignement public comme dans les aumôneries qui en dépendent, tel le magnifique travail qui se fait sur l'aumônerie du public à Fontenay-le-Comte, pour ne parler que de ce cas.
Hier en fin d'après-midi, une grande première sur la paroisse Saint Hilaire de Fontenay : rencontre des directrices des trois écoles primaires de Fontenay, ainsi que du collège Saint Joseph, accompagnées de responsables des parents d'élèves (Apel, Ogec, Incaf), avec les prêtres de la paroisse et des délégués du conseil de paroisse et du conseil paroissial pour les affaires économiques, à propos de l'avenir des écoles catholiques sur Fontenay.
Occasion de se redire le double enjeu de cet enseignement : une éducation d'un certain type, fondé sur les valeurs évangéliques, explicitement exprimées, cela dans un objectif à la fois humaniste et missionnaire ; mais aussi, permettre, explicitement là encore, la rencontre des enfants avec l'Evangile et la personne du Christ, dans le respect de leur liberté bien sûr.
C'est peut-être le mot "explicite", et le fait que cela se passe à l'intérieur des cours et des bâtiments, qui fait une certaine différence avec l'enseignement public, cela ne devant entraîner bien sûr aucun jugement de valeur : le fait d'être dans l'enseignement public ne disqualifiant en rien la qualité de chrétiens de ceux qui ont fait le choix de vivre et témoigner de l'Evangile dans le contexte de l'enseignement d'Etat.
Question, et ce même problème se pose aussi, en ce moment, dans l'enseignement public : comment assurer l'avenir de nos écoles, alors que diminue de façon importante le nombre des enfants en âge scolaire sur notre Sud-Vendée ? Il y a là une réalité démographique sur laquelle nous n'avons aucune prise ! Mais cela conduit malheureusement, année après année, à des fermetures de classes, quand ce n'est pas d'écoles entières, comme récemment à Saint Michel et l'Orbrie, et cette année, à l'école Saint Jean. Et pourtant, ces écoles n'ont en rien démérité : à Saint Jean par exemple, qui va fermer à la fin de ce mois, l'équipe enseignante est de très grande qualité ; les enfants, je l'ai constaté de mes propres yeux, sont enchantés de ce qu'ils y vivent, tandis que les parents sont, depuis toujours, fortement engagés dans la vie et l'animation de cet établissement de taille et d'esprit familial. Mais les raisons démographiques, puis économiques, font qu'il n'est plus possible de tenir, au grand dam de tous !
Le projet est donc de mutualiser efforts et moyens, entre les écoles, le collège Saint Joseph et le lycée Notre-Dame, en partenariat étroit avec la paroisse, autour de la question suivante : à court terme comme à long terme, qu'est-ce qu'on peut faire avec ce qu'on est, et avec ce qu'on a ? Comment peut-on marcher ensemble, et se soutenir mutuellement ? A partir de la situation qui est la nôtre, quelles sont les pistes possibles ? Comment ne pas se laisser happer par le défaitisme ? Notre devoir étant qu'il y ait chez nous un ensemble scolaire de sensibilité catholique qui existe, qui soit crédible, qui tienne la route et qui dure ?
Le chantier est lancé ! Nous allons y réfléchir cet été, et les partenaires que nous formons se retrouveront début octobre pour poursuivre ce travail, dans l'intérêt des familles et des enfants. Et cela sans aucun esprit partisan ! D'ailleurs, la directrice de Saint Jean nous donnait en exemple ce responsable important de l'enseignement public sur Fontenay qui, bien au courant de ses difficultés, lui demande régulièrement où ça en est, comment réagissent enfants et parents, et si elle voit plus clair dans l'avenir de tout cela ; preuve qu'une vraie fraternité peut se manifester entre membres des deux enseignements.
Enfin, récemment, la nouvelle a circulé, dans le Landerneau local, que l'école Saint Jean, donc, le curé (en l'occurrence moi-même), donc l'Eglise, avait méchamment licencié quatre agents de service en maternelle. Attaqué personnellement, j'ai dû me défendre ! Mais heureusement, la vérité exacte de la situation est bien remise au point dans le "Ouest-France" de ce vendredi. Un immense merci, avec une certaine tristesse, à la directrice de l'école Saint Jean et sa dynamique équipe d'enseignants et de parents, avant que cette école ne ferme ses portes pour toujours, à la fin de ce mois. Surtout, ne pas voir là un échec : ce serait oublier tout ce qui s'est vécu de magnifique pendant tant de dizaines d'années en ce lieu ; cela ne mourra jamais !

0 commentaires: