Bienvenue !

Vous avez des choses à dire...
Vous vous posez des questions, pour donner un sens à votre vie...
Vous cherchez un espace d'échange convivial pour exprimer ce que vous ressentez...
Vous attendez des réponses à vos questions...


...Alors, en réponse à vos attentes, la paroisse Montfort sur Sèvre en Vendée ouvre ce blog et vous propose de vous exprimer librement.
Ici, tout pourra être dit dans les limites de la courtoisie et du respect mutuel.

Merci d'avance de votre participation.


Depuis novembre 2007, le Père Olivier Gaignet partage sur son blog ses réflexions sur Dieu et sur l’Eglise. bien sûr,
mais aussi sur la marche du monde. Il nous invite à réfléchir à des thèmes aussi essentiels que : notre société, les autres religions,
la télé, la politique, l’art, sans oublier ses propres paroissiens.
Les billets des cinq premières années (de novembre 2007 à septembre 2012 )ne figurent plus sur ce blog. Pour les consulter, se référer aux cinq volumes intitulés: "Ma paroisse.com", que vous pouvez vous procurer en envoyant un mail à : olivier.gaignet@yahoo.fr

samedi 28 avril 2012

Le Blog du Curé de Fontenay-le-Comte n° 1.430 : La presse, outil de fraternité

Hier soir, dans le cadre du projet national de l'Eglise de France appelé "Diaconia" (service de la fraternité) dont je vous ai déjà parlé, la paroisse avait organisé une rencontre pour permettre aux artisans de fraternité qui le désirent de prendre la parole à ce sujet. La réunion a commencé par une recherche de tout ce qui, dans la presse, à partir de journaux récents, mettait en valeur des gestes de fraternité. A notre émerveillement à tous, la moisson a été d'une grande abondance. Nous avons découvert le plus souvent entre dix et quinze faits ayant trait à la fraternité, au fil des pages de chacun de ces journaux ; cela donnant au final une liste impressionnante d'initiatives, toutes plus intéressantes les unes que les autres. Depuis ces bénévoles organisant du cyclo-tourisme pour des paraplégiques jusqu'aux chorales chantant dans les maisons de retraite, en passant par de nombreuses manifestations organisées par des jeunes contre les discriminations ou pour soutenir l'action d'une association humanitaire oeuvrant à l'international.
Les faits les plus divers ont été cités : le souci de mettre en place aux USA un système de santé ouvert aussi aux plus défavorisés, telle association soutenant les demandeurs d'emploi, un groupe d'artistes choisissant d'oeuvrer ensemble, l'accompagnement des prisonniers, des illettrés, des migrants, le combat contre le cancer, la sensibilisation à l'autisme, etc..., etc...
Des actions à tous âges, dans tous les domaines : en monde agricole, ouvrier, chez les entrepreneurs, parmi les retraités, avec les malades, les personnes fragilisées par la vie, au plan culturel, sportif, écologique, en ce qui concerne la santé, le handicap, l'exclusion sous toutes ses formes...
Un véritable foisonnement de projets et d'actions, des centaines de bénévoles mobilisés, sur tous les terrains, dans toutes les communes, les établissements scolaires ou milieux sociaux. Et cela, à l'initiative ou avec l'appui de multiples associations en tout genre, canalisant au mieux l'énergie d'innombrables artisans de fraternité.
En invitant les paroissiens à venir faire cette recherche, notre objectif était double : d'une part, tordre le cou à cette idée selon laquelle les médias ne nous parlent que de ce qui ne marche pas ; et d'autre part, vis-à-vis de nombreuses personnes, même chrétiennes pratiquantes, qui pensent que, dans notre monde actuel, tout va de plus en plus mal, apprendre à lire la presse autrement, afin de savoir y découvrir les innombrables perles d'espérance que nous ne savons pas déceler, mais qui pourtant sont bien là !
Conclusion de tout cela :
-  il y a bien, chez nous, comme dans le monde entier, de la fraternité, à tous les niveaux
-  innombrables sont, au milieu de nous, discrets souvent, les artisans de fraternité
-  nous avons la chance de disposer, sur le Pays de Fontenay, d'un tissu associatif très présent et oeuvrant fort en faveur de la fraternité
-  de nombreux jeunes sont bien impliqués dans cette dynamique fraternelle et s'y sentent à l'aise
-  nous devons apprendre à lire le journal avec un autre oeil, pour y repérer tous ces signes
-  si cela change notre regard, à nous à présent de communiquer ces magnifiques découvertes autour de nous

"Regarde, mon frère ! Tu as bien des raisons de désespérer, mais je voudrais te crier qu'il y a aussi des milliers de raisons d'espérer.
Ne laisse pas gagner ton coeur par des marées noires de mauvaises nouvelles.
Pour changer le monde, change d'abord ton regard.
Essaye de voir, mon frère, comment le royaume de l'Amour émerge lentement,
à travers mille petits gestes répétés de courage, de tendresse, de défi,
qui disent "non", sans bruit et sans médaille, à la logique de l'argent, de la haine, de l'indifférence.
Regarde bien ; tu seras surpris de voir ces hommes et ces femmes
qui inventent, jour après jour, de nouvelles manières de vivre, de partager, d'espérer.
Signes qu'une société juste et fraternelle, autrement dit, le royaume de Dieu,
est à la portée de la main."                 (prière de Jean Debruynne)   

1 commentaires:


Annick a dit…

Plus encombré que la place de la Concorde, l'esprit humain doit faire face de nos jours à une information instantanée, omniprésente, kaleidoscospique.

Je m'interroge :

- Seul l'homme cultivé, celui qui peut retarder le réflexe par la réflexion,serait-il capable de faire le réapprentissage de la communication, aujourd'hui ?

- Par amour de l'homme, n'avons-nous pas à aider les médias à mieux faire découvrir la vérité de l'homme, c'est-à-dire ce qu'il y a de meilleur en lui ?

Un fleuve de grâces circulent à travers le monde. Ce fleuve intarissable où baignent tant d'hommes véritables n'a pas encore débouché sur la scène des mass médias. Il suffit d'un mot, d'une image pour trouer d'insolite la banalité d'un événement et aider l'homme à la recherche, à l'émerveillement, au sacré ?!

Merci père Olivier de me donner le goût de Dieu qui donne le goût de vivre.
Très bon week-end à tous,

Annick Ghannemi