Bienvenue !

Vous avez des choses à dire...
Vous vous posez des questions, pour donner un sens à votre vie...
Vous cherchez un espace d'échange convivial pour exprimer ce que vous ressentez...
Vous attendez des réponses à vos questions...


...Alors, en réponse à vos attentes, la paroisse Montfort sur Sèvre en Vendée ouvre ce blog et vous propose de vous exprimer librement.
Ici, tout pourra être dit dans les limites de la courtoisie et du respect mutuel.

Merci d'avance de votre participation.


Depuis novembre 2007, le Père Olivier Gaignet partage sur son blog ses réflexions sur Dieu et sur l’Eglise. bien sûr,
mais aussi sur la marche du monde. Il nous invite à réfléchir à des thèmes aussi essentiels que : notre société, les autres religions,
la télé, la politique, l’art, sans oublier ses propres paroissiens.
Les billets des cinq premières années (de novembre 2007 à septembre 2012 )ne figurent plus sur ce blog. Pour les consulter, se référer aux cinq volumes intitulés: "Ma paroisse.com", que vous pouvez vous procurer en envoyant un mail à : olivier.gaignet@yahoo.fr

dimanche 4 mars 2012

Le Blog du Curé de Fontenay-le-Comte n° 1.381 : Les chômeurs voudraient travailler

"Drôle de réflexion ! Tout le monde sait bien que, s'ils le voulaient, les chômeurs pourraient trouver du travail !" Voilà ce que l'on entend, trop souvent, même parfois de la part de gens qui se croient ou se disent généreux et ouverts aux autres. Par contre, dès que ces personnes font elles-mêmes l'expérience du chômage et de la difficulté à retrouver du travail, à travers des proches ou des petits-enfants, tout à coup, ils changent de langage. Eh oui, ce n'est pas si simple !
Vous est-il arrivé d'échanger avec un conseiller de Pôle emploi ; savez-vous que chacun d'eux a, en moyenne, plus de 110 personnes à suivre ? Le suivi mensuel personnalisé ne commence d'ailleurs qu'au quatrième mois, puis diminue fortement. Or, c'est l'inverse qui devrait se produire ! En effet, plus le chômage dure, plus les personnes devraient être épaulées. Les chômeurs ne sont pas responsables du chômage. L'accompagnement est essentiel.
On entend dire que 500.000 offres d'emploi ne trouvent pas preneur, dans notre pays, dans les domaines de la métallurgie, du bâtiment ou de la restauration. Mais d'où cela vient-il ? La formation n'est-elle pas à revoir, et cela dès le lycée ? Comment inciter à des initiatives nouvelles ? D'autre part, tout le monde ne peut pas automatiquement être orienté sur n'importe quelle profession... Et il y a bien plus de 500.000 personnes sans emploi en France ; que va-t-on leur offrir ?
Admettons même que certains ne veulent pas travailler ; premièrement, il faudrait savoir pourquoi ; en même temps, on ne peut pour cette raison jeter l'opprobre sur l'ensemble des personnes qui recherchent un travail. Notre pays a de belles ressources, et beaucoup de nos concitoyens sont généreux. Comment faire en sorte que chacun puisse avoir du travail ? Cela est-il vraiment utopique ? Il est de notre devoir à tous d'y réfléchir, d'inciter nos responsables politiques à faire de ce problème un enjeu essentiel pour l'avenir, et d'inviter les partenaires sociaux à travailler toujours plus en faveur de la défense et de la promotion de l'emploi.
Une fois que j'ai dit cela, je n'ai pas réglé le problème, j'en suis conscient. Mais si chacun de nous portait un autre regard sur les chômeurs qu'il rencontre, ne serait-ce pas là déjà une première avancée dans le sens de l'Evangile ?

1 commentaires:


Père Gaignet a dit…

Voici un acrostiche sur "le chômeur", qui m'a été envoyé par Kathy, que je remercie :

Le matin, il se lève et il se bouscule comme d’habitude
Ensuite après son café se dit où je vais aller comme d’habitude

Chaque jour, il surfe sur le net, poste des lettres comme d’habitude
Hélas toujours les mêmes réponses ou pas comme d’habitude
On recommence tous les jours à frapper à chaque porte comme d’habitude
Même si c’est un refus il s’entraine et il refait lettres comme d’habitude
Et il demande un rendez vous au DRH pour un entretien comme d’habitude
Un jour et les suivants on lui répond : y’a pas d’embauche comme d’habitude
Recommencez chaque jour les démarches deviennent une habitude …….