Bienvenue !

Vous avez des choses à dire...
Vous vous posez des questions, pour donner un sens à votre vie...
Vous cherchez un espace d'échange convivial pour exprimer ce que vous ressentez...
Vous attendez des réponses à vos questions...


...Alors, en réponse à vos attentes, la paroisse Montfort sur Sèvre en Vendée ouvre ce blog et vous propose de vous exprimer librement.
Ici, tout pourra être dit dans les limites de la courtoisie et du respect mutuel.

Merci d'avance de votre participation.


Depuis novembre 2007, le Père Olivier Gaignet partage sur son blog ses réflexions sur Dieu et sur l’Eglise. bien sûr,
mais aussi sur la marche du monde. Il nous invite à réfléchir à des thèmes aussi essentiels que : notre société, les autres religions,
la télé, la politique, l’art, sans oublier ses propres paroissiens.
Les billets des cinq premières années (de novembre 2007 à septembre 2012 )ne figurent plus sur ce blog. Pour les consulter, se référer aux cinq volumes intitulés: "Ma paroisse.com", que vous pouvez vous procurer en envoyant un mail à : olivier.gaignet@yahoo.fr

mardi 14 février 2012

Le Blog du Curé de Fontenay-le-Comte n° 1.368 : La "saint Valentin"

Il y a quelques jours, en faisant une recherche sur Internet, je suis tombé par hasard sur "Les dix commandements d'une saint Valentin réussie". Je me suis dit en moi-même : "Moïse n'a plus qu'à bien se tenir, et à essayer de remettre un peu au goût du jour ses anciens vieux commandements, pourtant écrits jadis par Dieu lui-même, en lettres de feu, sur le Mont Horeb !"
Je vous en livre deux ou trois, de ces commandements nouveaux, même s'ils sentent un peu la guimauve :
- "Le jour de la saint Valentin, le petit déjeuner au lit, tu lui apporteras !" (trop tard pour ce matin...)
- "Par un changement de look, aujourd'hui, tu l'épateras !"
- "Ce jour-là, un bon repas tu prépareras !" etc...
Tout cela peut paraître puéril, et un peu superficiel ! Et pourtant, n'est-ce pas dans les petits détails de la vie de tous les jours que l'on mesure la qualité d'une affection ? Dans les couples il est vrai, au fur et à mesure que les années passent, l'ardeur des sentiments peut décliner, s'étioler parfois ! Le plus grand ennemi, dans un couple en effet, c'est peut-être l'habitude, et l'accoutumance, au mauvais sens du mot. Voilà pourquoi tel commandement de la saint Valentin n'est peut-être pas si ridicule que ça, même si l'on peut en sourire : "Le petit déjeuner au lit tu lui apporteras..." Eh oui ! Cela peut être un beau signe d'affection, un samedi ou un dimanche matin, au milieu de la vie trépidante dans laquelle nous sommes plongés. Et cela, même si l'on a déjà plus de cinquante ans de vie commune.
Aristote, le célèbre disciple de Platon, écrivait : "Aimer, c'est vouloir le bien de l'autre." Plusieurs siècles avant le Christ, ce philosophe donnait ainsi la plus belle définition de l'amour. Jésus est venu, quant à lui, nous révéler la source profonde de l'amour, qui trouve son origine et sa richesse en un Dieu qui lui-même n'est qu'Amour.
C'est tout cela que je partagerai cet après-midi à ce couple qui a choisi le jour de la saint Valentin pour s'engager pleinement dans le mariage. Puisse le Dieu Amour, en cette fête de saint Valentin, les garder toujours unis, ainsi que tous les couples du monde, unis dans l'Amour qui n'a pas de fin !

2 commentaires:


Dominique de Beaupré a dit…

A ce couple évoqué dans ce blog mais aussi à tous les autres, j’offre ce texte de Jacques de Bourbon-Busset, académicien français auquel a succédé François Cheng qui dira de lui, dans son discours de réception : « … venons-en au thème central de Bourbon Busset. L’amour durable, ou l’amour absolu, une idée qu’il est fier d’avoir remise à l’honneur… En homme de foi, il n’hésite pas à affirmer que Dieu est désir d’alliance. Dans ce contexte, le couple se présente comme un don miraculeux, incarnant par excellence cette alliance dans la différence et la durée et qui, vécue authentiquement, loin de former un bloc statique, est une puissance créatrice. Il est tendresse inventive, dualité-complicité, processus renouvelant sans cesse la prise de conscience de ce qui advient… La formule suivante résume sa conception : « Chez un couple aimant, un plus un n’égale pas deux, mais l’infini. »
Extrait de Lettre à Laurence
« Aimer, c’est être prêt à donner sa vie pour ceux qu’on aime. Donner sa vie, ce n’est pas la risquer pendant quelques minutes dans l’excitation du danger, c’est l’engager dans le combat quotidien, l’exposer à l’usure, aux traverses, la répandre goutte à goutte dans l’effort et parfois la souffrance. Aimer, c’est aussi être prêt à accepter la confiance de l’autre ; il est essentiel de lui en être reconnaissant, de se sentir lié par elle. L’amour est un acte de confiance, confiance absolue que la différence ne cesse de provoquer et de nourrir.
On s’accomplit en aidant l’autre à s’accomplir. L’individu n’est pas une fleur en pot qu’on cultive avec soin. L’homme n’existe que s’il s’expose. Il se trouve en s’oubliant, il se fait en aidant un autre à se faire et trouve sa joie dans la joie de l’autre. Il crée une alliance dans le respect de la différence. Mais bien vite l’autre peut être ressenti comme une limite à la liberté. Or, ces limites ne sont pas des brimades, mais des chances ; les limites guident l’illimité. Le fleuve construit la rive qui l’empêche de se répandre et de se perdre. La rive donne au fleuve sa cohérence ; la rive est la chance du fleuve. De même, l’engagement est la chance de la liberté et du respect mutuel. En fait, c’est un défi permanent lancé à l’égoïsme et à l’instinct de possession. Quand par l’amour on a appris à respecter un être, il devient plus facile de respecter les autres. L’amour est la meilleure préparation à la vie en société. » Jacques de Bourbon-Busset

Ronny LOUINEAU a dit…

Que l'Eglise s'inspire de votre ouverture d'esprit et de votre modernité non sectaire. Continuez d'illuminer notre quotidien...