Bienvenue !

Vous avez des choses à dire...
Vous vous posez des questions, pour donner un sens à votre vie...
Vous cherchez un espace d'échange convivial pour exprimer ce que vous ressentez...
Vous attendez des réponses à vos questions...


...Alors, en réponse à vos attentes, la paroisse Montfort sur Sèvre en Vendée ouvre ce blog et vous propose de vous exprimer librement.
Ici, tout pourra être dit dans les limites de la courtoisie et du respect mutuel.

Merci d'avance de votre participation.


LE TOME 5 de "Ma paroisse.com" est paru. Vous pouvez vous le procurer en envoyant un mail à Olivier Gaignet en cliquant sur le lien "écrire au Père Gaignet" sous le compteur à gauche de l'écran.
Depuis novembre 2007, le Père Olivier Gaignet partage sur son blog ses réflexions sur Dieu et sur l’Eglise. bien sûr,
mais aussi sur la marche du monde. Il nous invite à réfléchir à des thèmes aussi essentiels que : notre société, les autres religions,
la télé, la politique, l’art, sans oublier ses propres paroissiens.

mercredi 1 février 2012

Le Blog du Curé de Fontenay-le-Comte n° 1.355 : Oser la politique

La politique n'a pas forcément bonne presse en ce moment. En raison de la crise, elle se trouve projetée sur le devant de la scène, où elle se trouve plutôt mise à mal, incapable qu'elle semble de proposer des pistes de solution. Dans la tourmente, elle subit les événements plus qu'elle ne les conduit, tandis que, trop souvent, ceux qui devraient susciter l'espoir ne sont pas dignes de la confiance que l'on pourrait mettre en eux. Question : la fonction politique est-elle honorable aujourd'hui ? Un chrétien ne risque-t-il pas de se salir en s'y engageant ?
Les chrétiens semblant saisis par le doute, face à cette "vision dépressive de la politique", pour reprendre une expression de Jacques Arènes, la paroisse Saint Hilaire de Fontenay-le-Comte proposait hier une soirée de réflexion sur ce thème, avec l'éclairage du Père Jean-Marie Bounolleau, curé-doyen de Chantonnay, ancien responsable de la formation permanente sur le diocèse.
Celui-ci nous a mis en garde contre la tentation qui guette les chrétiens, face à cette impuissance apparente du politique, de se retirer dans leur "niche", selon le mot du Père jésuite Christoph Theobald dans la revue "Etudes" de janvier (il faut lire tout son article, p. 67 sq) : "les "niches" de vie privée que leur laisse la société." Puisque tout est compliqué au plan politique, on s'investit là où cela semble plus simple : sur le plan caritatif, associatif, ecclésial... C'est plus facile en effet d'aider son voisin que de s'engager en politique ! Mais alors, que devient l'investissement des chrétiens dans le champ politique ? Ne risque-t-on pas de laisser la place à d'autres ? Il semble qu'il n'y ait pas assez de catholiques qui s'engagent ! Et ensuite, on se plaindra... Or, la vocation des chrétiens, n'est-ce pas d'être présents et actifs au service du bien commun ?
Pourquoi s'engager en politique en effet ? Avant tout, par souci de cohérence avec le message évangélique. C'est une façon de se mettre à la suite du Christ, et pour faire en sorte que les grandes décisions soient prises en fidélité aux hommes et à leurs vrais besoins. A ce sujet, les chrétiens ont quelque chose de spécifique à dire et à faire ; ils sont attendus dans le domaine politique ; la lecture de la Bible en effet peut nourrir, non seulement la vie privée, ou la vie ecclésiale des chrétiens, mais aussi, le vivre-ensemble en société.
Bien sûr, les chrétiens n'ont pas des solutions que les autres n'auraient pas ; mais ils doivent être au coude à coude avec tous les autres humanistes, croyants ou non, pour avancer des propositions, mettre en avant des perspectives, travailler à élaborer de nouveaux projets et à inventer de nouveaux modes de vie. Leur rôle, c'est de contribuer à introduire, à faire valoir, dans le monde économique et politique et au coeur de notre société, un discernement inspiré de l'Evangile. La lecture de l'Ecriture, en effet, doit pouvoir inspirer notre vie ensemble, y compris dans sa dimension politique. Cela aura été l'honneur de cette soirée de nous y avoir un peu plus sensibilisés !

3 commentaires:


mulot a dit…

bien dit père olivier,un petit bèmol tout de même ?ne pensez vous pas que la situation financière de nos édiles soit quand mê^me bien trop confortable !quand un homme politique <>est convaincu de vol ou comme MITTERAND qui avait organisé un attentat contre lui mê^me il devrait ètre radié a vie de responsabilités politiques...CAMILLE MULOT st laurent de la salle

Henri Loisance a dit…

...\... les chrétiens ont quelque chose de spécifique à dire et à faire ; ils sont attendus dans le domaine politique …\...

Dans ces temps où nous regrettons et craignons l’implication dans la politique sous la référence musulmane, il semblerait cohérent d’éviter l’implication dans la politique sous la référence chrétienne.

Sur la pièce de monnaie manipulée par un certain Jésus, côté face, le profil de Césars détermine le domaine de la politique, et le côté pile détermine le domaine de l’économique. Pas de trace de divin dans le politique et dans l’économique. Tous les deux sont du domaine humain, de la responsabilité des citoyens.
L’appartenance à un courant religieux n’est pas une couleur politique, n’est pas l’appartenance à un parti, c’est un état d’esprit.

Il apparait donc nécessaire que des citoyens qui s’engagent dans le politique ou dans l’économique, le fassent sans étiquette religieuse.

Et, pour cela, nous sommes bien d’accord, si ces mêmes citoyens sont pétris de discernement inspiré de l'Evangile ou du Coran dans ce qu’ils apportent d’aspiration à la justice sociale et au respect de tous les humains, les résultats de l’application de la politique et de l’économie ne peuvent être que meilleur.

Alors oui, bien entendu, il faut oser la politique. Mais pas d’amalgame, chaque chose à sa place !

Noyer M.A. a dit…

L'attentat auquel il est fait référence dans le 1er commentaire est l'attentat de l'Observatoire. Le problème c'est qu'il n'a jamais été établi clairement que Mr Mitterrand avait commandité cet attentat.

Actuellement,il est fréquemment admis qu'il a été victime d'une manipulation à l'initiative de Robert Pesquet.