Bienvenue !

Vous avez des choses à dire...
Vous vous posez des questions, pour donner un sens à votre vie...
Vous cherchez un espace d'échange convivial pour exprimer ce que vous ressentez...
Vous attendez des réponses à vos questions...


...Alors, en réponse à vos attentes, la paroisse Montfort sur Sèvre en Vendée ouvre ce blog et vous propose de vous exprimer librement.
Ici, tout pourra être dit dans les limites de la courtoisie et du respect mutuel.

Merci d'avance de votre participation.


Depuis novembre 2007, le Père Olivier Gaignet partage sur son blog ses réflexions sur Dieu et sur l’Eglise. bien sûr,
mais aussi sur la marche du monde. Il nous invite à réfléchir à des thèmes aussi essentiels que : notre société, les autres religions,
la télé, la politique, l’art, sans oublier ses propres paroissiens.
Les billets des cinq premières années (de novembre 2007 à septembre 2012 )ne figurent plus sur ce blog. Pour les consulter, se référer aux cinq volumes intitulés: "Ma paroisse.com", que vous pouvez vous procurer en envoyant un mail à : olivier.gaignet@yahoo.fr

mardi 10 janvier 2012

Le Blog du Curé de Fontenay-le-Comte n° 1.333 : Bonne nouvelle au Nigéria

Puisque tant de gens s'obstinent à faire circuler sur le Net toutes sortes d'infos inexactes et de vidéos incitant à la haine entre chrétiens et musulmans, je voudrais vous partager aujourd'hui un fait dont personne ne parlera dans les médias. Cela s'est passé le 30 décembre dernier. A bord de l'avion présidentiel qui décolle de Niamey à destination d'Abuja, la capitale politique du Nigéria, se trouvent le Ministre des Affaires Etrangères, un député, un conseiller du Président de la République du Niger, le Président de l'Association Islamique du Niger et l'Archevêque de Niamey, de qui nous tenons cette information. Ils sont envoyés en mission officielle au nom du Président de la République du Niger afin d'apporter un message de compassion au peuple du Nigéria, meurtri par les événements douloureux de la nuit de Noël où 50 chrétiens ont été massacrés par des membres de la secte Boko Haram.
Voici quelques extraits du compte-rendu qu'a fait de cette mission Mgr Michel Cartatéguy : "Le président de l'Association Islamique du Niger, Cheick Ismaël, reçoit lui-même, régulièrement, des messages pour lui dire qu'il n'est pas dans la droiture de l'Islam. "Nous devons être vigilants, m'a-t-il dit, et combattre ensemble ceux qui veulent nous diviser. Nous devons faire la paix et l'unité en interne, sinon, les diviseurs qui nous guettent pourront profiter de notre faiblesse pour nous dresser les uns contre les autres. Monseigneur, tous les deux, nous sommes dans la même situation et nous ne devons pas nous décourager".
Arrivés au palais présidentiel, en présence du Président de la République du Nigéria, Goodluck Jonathan, le Ministre nigérien demande aux deux religieux de la délégation de faire une prière. L'Iman prononce une Fatiha en arabe et moi, une prière circonstanciée sur la paix et le pardon à partir du Notre Père.
Le Président de la République du Nigéria nous a remerciés très chaleureusement pour cette visite qui le touche profondément. Il souligne l'originalité de cette mission composée de l'Iman et de l'Archevêque. C'est le signe que ce qui se passe au Niger peut advenir aussi au Nigéria. C'était suffisant pour déceler chez les autorités politiques du Nigéria l'émotion de nous voir auprès d'elles pour traduire la compassion du peuple nigérien. Le Président Nigérian a manifesté sa détermination à combattre la secte Boko Haram qui n'a rien à voir avec la religion.
Puis, c'est l'heure de la grande prière à la mosquée du Vendredi. La délégation est entrée à la mosquée pour la prière et je suis resté dans la voiture. De la cour de la mosquée, j'ai aperçu la croix de la cathédrale et je me suis mis à prier en communion avec tous ceux qui priaient à quelques mètres de moi. J'ai prié aussi pour tous ces fanatiques qui continuent à perpétrer des actes ignobles et qui n'ont dans le coeur que la haine. A nos yeux de chrétiens et de musulmans, soucieux du message de paix, de respect et de tolérance que Dieu nous enseigne, ces terroristes, manipulés et embrigadés par des idéologies destructrices, ne peuvent aucunement se réclamer de Dieu. Leurs barbaries sans nom ne trouvent aucune justification, surtout pas dans les Livres Saints.
A l'atterrissage, au retour à Niamey, de nombreux journalistes attendaient, caméra au poing, avec tous la même question : "Quel message leur avez-vous apporté ?" Le Ministre des Affaires Etrangères de répondre : "Au Niger, on a un autre sens des relations entre les confessions, nous vivons en très bonne harmonie. Comme quoi, ce qui est en cause, ce ne sont pas les religions, mais plutôt les hommes qui ont des agissements politiques et qui ne méritent pas de s'adosser à des religions pour se comporter ainsi."
A la sortie de l'aéroport, Issaka, le chauffeur, me dit que la secte Boko Haram vient de faire exploser une bombe à la mosquée de Maiduguri. Elle s'attaque aussi aux musulmans... Le lendemain, une forte délégation de dignitaires de la communauté musulmane est venue à l'Archevêché de Niamey nous souhaiter "Bon Noël", et nous nous sommes promis de continuer à fraterniser pour aller vers Dieu par nos chemins particuliers."
Merci, Monseigneur, pour ce magnifique témoignage. Et surtout, chers amis blogueurs, ne vous laissez pas rouler dans la farine par ceux qui veulent vous faire croire que tous les musulmans veulent la mort de tous les chrétiens !

1 commentaires:


Dominique de Beaupé a dit…

Une bonne nouvelle peut en cacher une autre !
Lu sur le site Jeune Afrique (http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20111230163020/): "L'Afrique, championne du monde de l'espoir économique ? C'est ce que révèle l'enquête annuelle BVA-Gallup International, réalisée entre le 26 octobre et le 13 décembre 2011 pour le quotidien français Le Parisien/Aujourd'hui en France. La question posée par les enquêteurs était la suivante : « Vous personnellement, pensez-vous que par rapport à cette année, l’année 2012 sera une année de prospérité économique, une année de difficultés économiques ou sera-t-elle semblable à cette année ? »
La palme de la confiance en l'avenir revient au Nigeria, qui conserve sa place de champion. Malgré la violence et les tensions politiques qui règnent, et notamment l'extension de la menace de la secte Boko Haram s'accompagnant du spectre d'un conflit religieux, les Nigérians restent sûrs de leur développement.
Pour en revenir à la bonne nouvelle de ce blog, je repensais aux 7 frères de Tibhirine. Christian de Chergé raconte l’anecdote suivante concernant Mohammed (garde champêtre algérien qui se fera tuer pour éviter la mort à son ami) qui vient s’entretenir régulièrement avec lui. Un jour, ce dernier lui reproche son absence : « …il y a longtemps que nous n’avons pas creusé notre puits »…et Christian de répondre un peu par taquinerie : « et qu’est-ce qu’on trouve au fond du puits, de l’eau chrétienne ou de l’eau musulmane ? ». Mohammed de répondre : « tout de même, depuis le temps qu’on chemine ensemble, tu ne le sais pas ?...ce qu’on trouve c’est l’eau de Dieu. » Merveille de lucidité et d’intelligence.
Chrétiens et musulmans Nigérians unis dans une même douleur à Noël, unis dans une même espérance, une même promesse « de continuer à fraterniser pour aller vers Dieu par nos chemins particuliers. »
« Ce qui fait la richesse de l'humanité‚ c'est l'interaction des hommes entre eux… des hommes qui se regardent, qui échangent, qui se créent les uns les autres. » dit Albert Jacquard.
Pour finir je continue, contre vents et marées, d’affirmer sans crainte qu’il n’y a pas de guerres qu’à cause de l’enfermement de certains groupes croyants détenir LA Vérité. La religion n’est que prétexte fallacieux. Refuser de rien connaître en dehors de sa propre expérience, de rien offrir aux autres, rester délibérément enfermé dans son milieu sont autant d’indices qui conduisent à la barbarie. Mais, comme l’écrivait Mgr Claverie, « découvrir l’autre, vivre avec l’autre, se laisser fasciner par l’autre, cela ne veut pas dire perdre son identité, rejeter ses valeurs ; cela veut dire concevoir une humanité plurielle, sans exclusive. » C’est bâtir un pont, c’est faire acte de civilisation.
Dominique de Beaupré