Bienvenue !

Vous avez des choses à dire...
Vous vous posez des questions, pour donner un sens à votre vie...
Vous cherchez un espace d'échange convivial pour exprimer ce que vous ressentez...
Vous attendez des réponses à vos questions...


...Alors, en réponse à vos attentes, la paroisse Montfort sur Sèvre en Vendée ouvre ce blog et vous propose de vous exprimer librement.
Ici, tout pourra être dit dans les limites de la courtoisie et du respect mutuel.

Merci d'avance de votre participation.


Depuis novembre 2007, le Père Olivier Gaignet partage sur son blog ses réflexions sur Dieu et sur l’Eglise. bien sûr,
mais aussi sur la marche du monde. Il nous invite à réfléchir à des thèmes aussi essentiels que : notre société, les autres religions,
la télé, la politique, l’art, sans oublier ses propres paroissiens.
Les billets des cinq premières années (de novembre 2007 à septembre 2012 )ne figurent plus sur ce blog. Pour les consulter, se référer aux cinq volumes intitulés: "Ma paroisse.com", que vous pouvez vous procurer en envoyant un mail à : olivier.gaignet@yahoo.fr

lundi 7 novembre 2011

Le Blog du Curé de Fontenay-le-Comte n° 1.272 : Où va la Vie ?

En cette période de novembre, que l'on appelle parfois, avec la proximité du 2 novembre, "le mois des morts", chacun de nous se retrouve forcément, même sans le rechercher, face à son destin. Mais que faisons-nous ici-bas ? Et combien de temps encore allons-nous voir se lever le soleil à l'horizon de cette terre ? Vous connaissez la fameuse peinture de Gauguin intitulée : "D'où venons-nous ? Qui sommes-nous ? Où allons-nous ?" Elle date de 1897 et c'est un peu comme le testament du peintre.
Qui sommes-nous ? Où allons-nous ? Qu'y a-t-il au centre de notre histoire ? Hier matin, au cours de la messe paroissiale mensuelle des familles, nous avons essayé de proposer une réponse à cette question ; et cela, en invitant une équipe d'enfants du caté à venir entourer le prêtre, une veilleuse allumée à la main, au moment de la profession de foi. L'objectif était de symboliser ainsi la place centrale de notre foi au Christ Sauveur, au coeur d'un monde qui ne sait plus bien où il en est ni en qui il peut remettre avec confiance son propre destin.
Et cela, au cours de l'eucharistie, tandis que nous revivions l'événement de la Cène, le moment où Jésus a affronté la mort et l'abandon, tout en partageant avec ses disciples le meilleur de lui-même, sa propre personne, à travers le don de son corps.
En fait, nous ne savons pas quel va être notre destin. Mais lors de chaque eucharistie, nous nous redisons notre confiance que dans le Christ, nos vies prennent un sens infini, d'une manière que nous ne pouvons ni prévoir, ni deviner. Vaclav Havel, ancien président de la république tchèque, donne cette définition : "L'espérance n'est pas la conviction que quelque chose finira bien ; c'est la certitude que quelque chose a un sens, quelle que soit la façon dont cela finit." C'est la conviction qu'il se révèlera un jour que tout ce que nous vivons, bonheur comme malheur, a un sens, et que l'existence humaine n'est pas vouée à l'absurdité. C'est l'espérance de la victoire du sens, et non d'une issue facile. De toute façon, il n'y a pas d'aube sans la nuit !

P-S : Le Père Pascal Brémaud nous a quittés. La messe des funérailles aura lieu près d'Evreux, à St André de l'Eure, jeudi 10 novembre, à 10h ; elle sera suivie d'une autre cérémonie là où Pascal exerçait, puis, de l'inhumation à Paris, au cimetière Montparnasse, dans le caveau ou le carré des Pères Lazaristes. Vu l'éloignement et la difficulté de participer à tout cela, la paroisse propose que nous vivions ce temps, sur Fontenay, en union avec Nicole, sa maman, à travers la messe qui sera célébrée à l'heure habituelle, à 11h30, ce même jeudi, à la Chapelle de l'Union Chrétienne, à leurs intentions. Merci de votre prière !

3 commentaires:


Annick a dit…

Déchiffrer le sens de la vie, comprendre dans quelle aventure nous sommes engagés.... Ma pensée trouve sa source dans une observation ( que je voudrais être intelligente !) du réel biologique. Elle s'inspire de ma foi chrétienne, de ma foi en Jésus Christ, en Jésus ressuscité. Mais je me demande si la vie peut avoir un sens en dehors de ce double enracinement.
Giono écrivait : " On a l'impression qu'au fond, les hommes ne savent pas ce qu'ils font. Ils bâtissent avec des pierres et ils ne voient pas que chacun de leurs gestes pour poser la pierre dans le mortier est accompagné d'une ombre de mortier. Et c'est la bâtisse d'ombre qui compte." La bâtisse d'ombre ? Que veut dire Giono ? Qu'il y a un au-delà de toutes nos actions qui nous dépasse et perdure ? Ou, au contraire, que le meilleur de ce que nous faisons n'est qu'ombre et néant ? La foi en la résurrection affirme que la bâtisse d'ombre est pour la vie éternelle : la demeure véritable dont nous sommes les pierres vivantes qui se lient, dès cette terre, par des liens d'amour. Ces liens seuls ne passent pas, selon le mot décisif de Paul : la charité ne passera pas. Mais ces liens engagent toute la création car notre travail n'est pas fait simplement d'intentions. Il nous lie aux autres, il nous lie à la nature.
Le sens de la vie, c'est là que je peux le voir.
Puissions nous percevoir " les appels sans nombres qui descendent vers nous de l'avenir " ! Puissions-nous ne pas faire grève, ne pas enfouir nos talents et garder le goût et la force de vivre !

B.Tarnier a dit…

Quelles bonnes pages, père Olivier et Annick !
Merci pour Vaclav Havel, un grand bonhomme !
Merci aussi pour Giono dont je découvre ces belles réflexions !

J'aime bien votre dernière phrase, Annick ; c'est l'espérance, vertu théologale (=divine) qui est la réponse !
Bernard

Annick a dit…

Père Olivier, je m'unis à votre peine. Le Seigneur donne sa force pour poursuivre la route dans l'épreuve.
Pascal, ce prêtre, aujourd'hui nouveau-né de la mort est désormais pascalement aimé. Nous avons confiance en la grâce du Père. Sa puissance d'amour, cet Amour plus fort que la mort est notre source d'espérance.

Demain, à 11h30, j'offrirai ma prière pour vous,pour ce prêtre, sa famille et ses amis.

Annick